Economy

Un groupe d’Indiens sous le feu des projecteurs pour des transferts d’argent illégaux

New DelhiUn certain nombre d’Indiens ont aidé à exploiter un réseau utilisé pour transférer des millions de dollars en espèces depuis la République démocratique du Congo, selon une enquête de Congo Hold Up.

Au total, environ 350 millions de dollars américains en espèces ont été collectés et transférés à l’étranger, dont une grande partie est passé par des sociétés dirigées et contrôlées par des Indiens.

Il s’agit de la dernière d’un groupe de découvertes mises au jour par Congo Hold-Up, une enquête internationale basée sur la fuite de plus de 3,5 millions de documents et de millions de transactions bancaires de BGFIBank, obtenue par l’ONG Plateforme pour la protection des lanceurs d’alerte en Afrique ( PPLAAF). )) et la publication française Mediapart. le fil Il est partenaire média en coopération.

Selon les enquêtes, plusieurs institutions et sociétés unipersonnelles opérant dans la succursale congolaise de BGFI Bank, BGFI RDC, ont reçu des millions de dollars en espèces et utilisé des virements électroniques pour transférer des fonds à l’étranger. Les enquêtes se concentrent sur neuf entreprises avec le plus grand volume de transactions.

D’après les recherches de Radio France Internationale (RFI), certains des principaux opérateurs de cette méthode illégale présumée de transfert d’argent sont des personnes d’origine indienne et sont basées au Congo.

Une société du nom de Nizal a levé 135 millions de dollars de dépôts entre mars 2016 et janvier 2018. Ces dépôts sont effectués en espèces via les nombreuses succursales de BGFI RDC réparties à travers le Congo. Au cours de la même période, Nazzal a transféré 140 millions de dollars à l’étranger.

READ  Le ministre français Pompili visite Surat et rencontre les acteurs du projet de ville durable pour la mobilité intelligente - ANI

L’entreprise est dirigée par deux frères – Tawfiq Khawaja et Munir Khawaja Zulficar, selon une enquête de RFI.

Tous deux sont originaires du Gujarat et co-fondateurs de plusieurs sociétés, dont Ghadeer et National Transfer Services (NTS), un service de transfert d’argent. NTS était aussi dans le passé Accusé blanchiment d’argent. Al-Khawaja n’a pas répondu aux questions envoyées par le consortium.

« Vous leur donnez du cash pour 1,5%, ils trouvent un moyen de vous l’envoyer à Dubaï », a déclaré une source à RFI.

Les activités de l’entreprise ont fait sourciller au sein du groupe BGFI dès juillet 2017. Le responsable de la conformité de BGFI Europe, basé à Paris, Yves da Silva, a suggéré d’interdire les transferts de l’entreprise, « compte tenu de l’activité très diversifiée de l’entreprise, des risques de la RDC pays, Diversité des destinataires des flux (et aussi diversité de leurs activités), écarts constatés sur certaines factures et justificatifs, absence de motif dans Swifts, absence de réponses sur de nombreux flux… ».

Da Silva a également noté que la banque n’avait pas reçu beaucoup de documents importants pour la société, y compris les statuts. « Il s’avère que malgré des courriels et des demandes répétés et détaillés, nous n’avons toujours pas reçu ces documents. »

Mais les activités de Nazzal ont continué.

Une autre société liée à Munir Khawaja Zulficar et qui serait impliquée dans le réseau de transfert d’argent illégal est Alia Company, selon une enquête de RFI.

Entre septembre 2015 et juin 2016, la société a transféré 34 millions de dollars sur divers comptes au Congo. Environ 23 millions de dollars américains ont été transférés avec la même description de « payer les dettes ».

RFI a découvert qu’Alia était apparentée à l’une des familles indiennes les plus puissantes du Congo, la famille Dhrolia du Gujarat. Sajid Drulia, également membre de la famille avoir trouvé Mention dans les Panama Papers.

comme le fil mentionné Auparavant, Sajid était également associé dans l’une des sociétés de Harish Jagtani Modern Construction. Jagtani lui-même est accusé d’avoir détourné des millions via BGFI.

READ  Cuisine française - avec une touche Yorkshire !

L’enquête a révélé que trois sociétés – Nizal, Nil shop et SMB – ont transféré 1,3 million de dollars américains à Vinmart Group, dont le cousin de Sajid, Rahim Dhrolia, est l’un des partenaires.

Vingt et un transferts distincts ont été effectués pour des montants relativement faibles. On disait qu’il s’agissait d’acheter des meubles, des ordinateurs, des téléphones, du parfum et des additifs alimentaires. L’enquête indique que ces achats ne semblent pas être liés aux transactions commerciales légitimes d’aucune des sociétés de transfert.

« Aucune entreprise Finmart ne transfère d’argent illégalement »

Mais Rahim Daruliya a nié que l’un des transferts était illégal. « Aucune des sociétés Finmart ne transfère d’argent illégalement », a-t-il déclaré.

Kamlesh Shukla, président du Congo Hindu Mandal, est un autre maillon indien dans le prétendu mouvement illégal d’argent en provenance du Congo. Une enquête de RFI a permis d’identifier des liens entre une société dont il est propriétaire et deux sociétés impliquées dans des activités présumées de blanchiment d’argent.

Sa société, UAC, qui exploite des magasins, des salles d’exposition et des centres de services, apparaît de manière suspecte dans les messages internes de BGFI. Par exemple, dans plusieurs lettres à BGFIBank, les responsables de la BGFI font parfois référence à UAC et Nil Shop, l’une des entités connues pour être impliquées dans le mouvement illégal d’espèces, comme un seul client : « Ets Nil Shop/UAC ».

Encore une fois, un comptable de l’UAC demande un relevé bancaire pour le magasin ETS Nil. Le comptable est également retranscrit dans certains courriels liés au travail d’une autre entreprise connue pour être impliquée dans le blanchiment d’argent, SMB.

Le compte SMB n’a été actif que quelques mois chez BGFI mais il a rapporté de belles affaires. Entre janvier 2017 et novembre 2018, elle a collecté 53 millions de dollars de dépôts et transféré 52 millions de dollars de dépôts. Le comptable a également reçu environ 100 000 dollars américains.

D’autres transactions incluent des factures au nom du géant coréen de l’électronique Samsung où le logo de la société a été découpé et semble avoir été ajouté aux factures.

En réponse au consortium, Shukla a déclaré qu’il était le représentant officiel de Samsung au Congo. Il a nié avoir des liens avec le Nil Shop et SMB. « UAC ne traite que de la vente au détail et n’a aucun lien avec ces réseaux », a-t-il déclaré.

Un responsable congolais a déclaré que des familles étaient impliquées dans le transfert illégal d’argent depuis un certain temps.

« Certaines de ces familles sont arrivées il y a près de 40 ans, et les parents faisaient déjà du blanchiment d’argent, mais à un niveau infime », a déclaré le responsable. Ils prétendent importer les marchandises, mais leurs factures ne correspondent jamais à ce qu’ils importent. Ils font cette lessive dans toutes les banques du pays.

READ  Washington limite la vente de technologie au géant chinois des semi-conducteurs

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer