Economy

Le groupe énergétique français ENGIE retient l’offre de Bouygues pour une unité de service

Une photo du logo du groupe français de gaz et d’énergie Engie dans la ville française de Nantes, le 28 septembre 2020. REUTERS/Stefan Mahe/File Photo

PARIS (Reuters) – Le groupe énergétique français a annoncé vendredi qu’Engie (enge.ba) avait maintenu l’offre du groupe français Bouygues de racheter sa division de services Equans après que son conseil d’administration s’est réuni pour examiner les offres.

Engie a annoncé qu’il entrait en pourparlers exclusifs avec Bouygues après que le groupe eut fait une offre ferme valorisant Equans, qui fournit des services de gestion de l’énergie et des services publics et emploie actuellement environ 40 % de l’effectif total d’Engie, à 7,1 milliards d’euros (8,20 milliards de dollars).

Avec un chiffre d’affaires annuel de 12 milliards d’euros, l’acquisition d’Equans fera des services industriels l’une des activités les plus importantes de Bouygues avec des intérêts allant de la construction à la communication et aux médias.

Chez Engie, la cession de la division s’inscrit dans le cadre d’une cession plus large d’actifs non stratégiques alors que le groupe se recentre sur les énergies renouvelables. Inge a déclaré que la quasi-totalité du produit de l’accord ira au remboursement des dettes.

L’offre de Bouygues était en concurrence avec les offres concurrentes du groupe français de génie civil Eiffage (FOUG.PA) et du groupe de capital-investissement américain Bain Capital (BCSF.N) après le retrait de la société d’ingénierie française Spie et de la société de capital-investissement américaine Carlyle.

« L’offre de Boyge était la plus convaincante, prenant en compte tous les critères, y compris l’évaluation financière », a déclaré Engy dans un communiqué.

READ  Le PDG d'Air Canada s'excuse et s'engage à apprendre le français alors que la réaction grandit au Québec

Moins de six mois après l’élection présidentielle, l’accord est politiquement sensible étant donné qu’Equans est un employeur majeur en France avec 27 000 salariés et que l’Etat français est le premier actionnaire d’Engie avec une participation de près de 24 %.

Pour gagner Engy et les syndicats, Puig s’est engagé à ne pas procéder à des licenciements forcés sur cinq ans en France et en Europe et à créer 10.000 emplois supplémentaires durant cette période.

La famille Puig a également déclaré cette semaine qu’elle n’aurait pas besoin de lever des capitaux pour financer l’opération. Lire la suite

Engi a déclaré que l’accord devrait expirer au second semestre 2022.

(1 dollar = 0,8655 euro)

(Couverture de presse) Par Gwenel Brzech, écrit par Lee Thomas, édité par Rosalba O’Brien et Daniel Wallis

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer