Economy

Les candidats à la présidentielle française se disputent les rassemblements électoraux alors que COVID-19 se propage

Alors que la France se prépare à l’élection présidentielle de cette année au milieu d’un pic de cas de Covid-19, l’approche des différents candidats aux mesures sanitaires lors des rassemblements politiques a conduit à l’émergence d’une campagne à deux vitesses.

Lundi, le parti d’extrême droite du Rassemblement national de Marine Le Pen a déclaré qu’il n’appliquerait pas de limite de 2 000 personnes aux événements en salle, ni n’exigerait de preuve de vaccination, mesures que le gouvernement du président Emmanuel Macron a demandées lors de nombreux événements.

Les partis politiques peuvent choisir quels protocoles de santé COVID-19 seront mis en œuvre après une décision de la Cour constitutionnelle du pays en mai Le gouvernement ne peut pas restreindre inutilement les activités religieuses, politiques ou syndicales en exigeant que les gens produisent des passeports de santé.

De grands partis tels que La République en marche de Macron et Les Républicains de Valérie Pécresse se sont engagés à plafonner le nombre de foules et à mettre en œuvre d’autres mesures car ils disent qu’il s’agit d’une approche responsable de la campagne pendant la pandémie. En revanche, les candidats d’extrême droite et d’extrême gauche d’Eric Zemmour à Jean-Luc Mélenchon les boudent au nom de la liberté.

« L’élection présidentielle ne nous sera pas volée ni aux Français », Sébastien ChénoUn député et porte-parole de l’Assemblée nationale a déclaré à la radio France Inter. Il y a beaucoup de problèmes dans ce pays. . . Pendant les élections, nous devons pouvoir discuter et informer le public.

Mais la campagne de Le Pen a indiqué qu’elle retarderait son premier grand rassemblement, initialement prévu du 15 au 16 janvier à Reims, en raison de la « situation sanitaire et du pic épidémiologique attendu » à cette époque, et aurait lieu le 5 février à la place.

READ  Howe s'attend à plus d'affaires alors que Newcastle se rapproche de Guimaraes

Melenchon a déclaré qu’il distribuerait des masques N95 hautement filtrés aux personnes lors d’un rassemblement le 16 janvier à Nantes. « Nous prendrons des mesures pour protéger les gens, mais vous ne pouvez pas mener une campagne sans rassemblements », a-t-il déclaré.

En attendant, Pécresse a déclaré qu’elle mettrait fin à la taille des foules dans le but d’être « modèle ».

Comme pour d’autres élections dans le monde, la pandémie devrait jouer un rôle dans la dynamique électorale française et la perception qu’ont les électeurs des candidats.

L’augmentation du nombre d’infections au Covid-19 en France devrait rendre plus difficile la campagne des candidats © Ian Langsdon / EPA / Shutterstock

Les infections ont atteint des niveaux record au cours de la semaine dernière, en grande partie à cause de la variante la plus transmissible du coronavirus, Omicron, qui, selon les responsables de la santé, représente désormais environ 60% des nouveaux cas. Environ 160 000 nouvelles infections sont détectées par jour sur la base d’une moyenne mobile de sept jours, ce qui met la France à 234 cas pour 100 000 habitants, similaire au Royaume-Uni et bien supérieur aux États-Unis ou à l’Union européenne, selon le Financial Times Covid . Suivre.

Le nombre d’hospitalisations liées au Covid en France a augmenté de 20% la semaine dernière. La semaine dernière, le gouvernement a demandé aux gens de travailler à domicile au moins trois jours par semaine, limité la taille du public lors des événements et resserré le port de masques, mais il s’est arrêté avant de fermer des entreprises ou d’imposer des couvre-feux comme l’année dernière.

Le ministre français de la Santé Olivier Veran a critiqué certains candidats pour leurs décisions sur les rassemblements. « Je me demande comment ils peuvent prétendre qu’ils seront responsables une fois arrivés au pouvoir s’ils sont incapables d’assumer leurs responsabilités alors qu’ils sont à la poursuite du pouvoir », a-t-il déclaré.

READ  COVID-19 : 4 millions d'euros d'aide de l'UE pour trouver du travail à 473 travailleurs licenciés en France | générateur

Macron est en tête des sondages d’opinion, avec environ 24% des électeurs déclarant qu’ils envisagent de le choisir au premier des deux tours des élections françaises, selon Harris Interactive. Pécresse a interrogé environ 17 pour cent, suivi de Le Pen à 16 pour cent et Zemmour à 15 pour cent.

Dominic Rainey, analyste du groupe de réflexion Fundabol, a déclaré que la montée en flèche de Covid avait rendu difficile pour les candidats le lancement de leurs campagnes et créerait une « volatilité » dans l’opinion publique.

Cela retardera grandement les électeurs dans le choix de leurs intentions. Pour la première fois, aucun des candidats, pas même le président, ne peut vraiment contrôler l’agenda, donc cela crée des conditions de surprises.

Reportage supplémentaire de Sarah White

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer