sport

L’Ecosse face à un temps mort contre la France à Murrayfield

L’Ecosse face à un temps mort contre la France à Murrayfield

SAM SKINNER PENSE QU’IL EST TEMPS DE « MOURIR OU MOURIR » Écosse Alors qu’ils se préparent à affronter le Grand Chelem de la France à Murrayfield samedi, après avoir échoué à sauvegarder leur victoire du week-end d’ouverture contre l’Angleterre en perdant au Pays de Galles au deuxième tour de leur campagne des Six Nations.

La pression est forte, mais Skinner insiste sur le fait qu’il s’agit d’affiner le plan de match de l’équipe plutôt que de le réparer, alors que l’équipe de Gregor Townsend cherche à remporter sa troisième victoire dans les Six Nations sur un rebond contre les Blues.

Être du mauvais côté de ce score [against Wales]malgré un niveau de performance similaire [to the England game]Cela provoque naturellement du stress, de la déception et de la frustration », a admis Skinner. beauté C’est du sport d’avoir encore une semaine pour faire changer d’avis les gens et gagner à nouveau sous votre ceinture, donc on a hâte que la France ce week-end.

« Nous devons passer à autre chose, nous devons bien faire les choses, car c’est faire ou mourir pour nous ce week-end. »

Le manque de disponibilité dû aux blessures de Johnny Gray et Scott Cummings verra probablement Skinner passer ce week-end de l’aile aveugle (où il a joué contre le Pays de Galles) à la deuxième ligne de mêlée.

Certains pourraient considérer qu’il a été rétrogradé pour un rôle moins glamour, mais l’homme des Exeter Chiefs est catégorique, il accueillerait favorablement la chance de revenir dans la salle des machines de son forfait maison avec son vieil ami Grant Gilchrist.

READ  US Open: Iga Swiatek bat Arina Sabalenka pour organiser le match final avec Anas Jaber | l'actualité du tennis

« Si nécessaire, ce serait un honneur de se manifester », a déclaré le joueur de 27 ans. « Je la trouvais [switching between second and back-row] Un peu plus difficile que ce que je fais en ce moment. Pour être honnête, j’apprécie les deux rôles.

« Dans la rangée arrière, vous êtes plus à l’abri des trucs serrés et dangereux – donc dans le mélange, vous êtes un peu plus rapide – tandis qu’au deuxième rang, vous pouvez faire plus de trucs serrés.

« Je pourrais dire que je suis plus habitué à jouer dans la deuxième rangée, et je pourrais dire que je suis plus à l’aise de jouer dans la deuxième rangée, mais j’aime vraiment jouer dans la rangée arrière comme nous le ferions. »

Skinner a fait ses débuts en Écosse avec Gilchrist contre les Fidji en novembre 2018, capturant les maillots numéro quatre et cinq dans deux de ses plus importants succès récents, contre la France à Paris à la fin du Championnat des Six Nations l’année dernière et contre l’Australie. En novembre.

« J’adore jouer avec Jelko [Gilchrist]dit Skinner. « C’est un grand joueur et un grand serviteur des Ecossais Footballdonc c’était génial de le voir faire 50 sélections contre le Pays de Galles.

« J’aime à penser que nos méthodes se complètent, et j’espère que si nous avons l’opportunité de jouer ensemble ce week-end, nous pourrons réaliser une performance similaire à Paris l’an dernier. »

Quatre des 17 sélections de Skinner jusqu’à présent ont été contre la France, et son taux de réussite de 75% contre la France est le genre de record que de nombreux joueurs écossais des dernières années auraient envie.

READ  Pierre-Edouard Bellemare a une chimie instantanée avec la nouvelle équipe Lightning

Il pense qu’il n’y a pas de formule secrète pour se démarquer dans ce match. La clé est de fournir physiquement.

« Nous avons joué contre la France à plusieurs reprises au fil des ans et gagner à domicile et à l’extérieur nous donne définitivement confiance et la conviction que nous pouvons les battre », a-t-il déclaré.

« Mais je pense que vous pouvez lancer la pièce… Ils sont venus chez nous pour gagner un Grand Chelem et nous les avons arrêtés. [in 2020] Et puis on a gagné à Paris, donc ça leur donnerait beaucoup d’énergie pour attiser le feu. On ne se fait pas d’illusions sur ce qu’on va affronter ce week-end, c’est sûr.

« C’est une équipe qui s’améliore et ils sont très forts en ce moment, tout le monde peut le voir, et ils ont également été cohérents. Donc, je pense que c’est l’équipe française la plus forte que nous ayons affrontée ces dernières fois. nous avons joué, et nous devons nous assurer que nous sommes à notre meilleur afin de gagner le match. .

« La façon dont nous allons le faire est d’être aussi physiques que possible, de gagner de la vitesse dans les collisions dans la zone de contact et de nous assurer que nous prenons soin du ballon autant que possible.

« Nous voulons jouer dans l’espace, nous voulons jouer au rugby qui gagne le rugby et finalement mettre Murrayfield derrière nous. Ce sera notre plus grand objectif : nous concentrer sur le grand rugby. Nous voulons que cette répartition soit agréable et rapide pour nous, mais La France est très forte. Dans ce domaine, il va donc falloir se concentrer là-dessus.

READ  Crutchlow remplace Vinales chez Yamaha pour le GP de Grande-Bretagne

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer