Economy

Vers un arrêt du marché immobilier avec la reconfiguration – Achat Vente


Les prix ont reculé de 0,6% à Paris en octobre

Les prix ont baissé de 0,6% à Paris en octobre (© Bertrand Guay – AFP)

Dans son dernier baromètre mensuel, MeillAgents a noté une stabilisation des prix en octobre. Et pour le spécialiste de la valorisation immobilière, le reconditionnement devrait peser sur les prix dans les mois à venir.

(BFM Immo) – Ralentissement du marché immobilier. En octobre, les prix se sont stabilisés. Certaines villes connaissent une légère reprise après le traditionnel ralentissement saisonnier de la rentrée scolaire, comme Lille (+ 0,4% sur un mois), Nantes (+ 0,4%) ou Strasbourg (+ 0,6%). Quant aux autres, dont Paris (-0,6%), Toulouse et Bordeaux (-0,7%), au contraire, ils subissent une pression à la baisse plus ou moins marquée, note MeilleurAgents dans son dernier baromètre. Une situation qui devrait perdurer. Si les acteurs de la transaction immobilière (notaires, banques, etc.) peuvent continuer à travailler, ce n’est pas tout à fait le cas des agents immobiliers. En effet, ils ne peuvent pas faire de visites avec les acheteurs ou les demandeurs de location pendant le confinement. Cela mettra un terme au marché, au moins jusqu’au 1er décembre, date théorique du déconfinement.

“La plupart des grandes agglomérations françaises dont la tension immobilière dépassait 20% en début d’année atteignent actuellement un ratio proche d’un acheteur pour un vendeur”, précise MeilleurAgents. “Ce nouveau confinement ne peut qu’amplifier l’affaiblissement de la demande”. En effet, non seulement le chômage augmentera, mais surtout les banques vont probablement moins prêter. «L’incertitude subsiste désormais sur leur politique d’octroi de crédit, compte tenu du contexte et de l’impact de ce nouveau confinement sur la solvabilité des ménages. Le resserrement des conditions d’octroi des crédits aux meilleurs profils risque donc de baisser.» Être exacerbé, impactant directement la demande, »s’inquiète MeilleurAgents.

READ  Un diamant rose exceptionnel de Russie vendu 22,5 millions d'euros

>> Estimez le prix de votre propriété avec notre simulateur gratuit

Phase de repli à venir

C’est pourquoi le spécialiste de la valorisation immobilière s’attend à ce que la sortie de ce nouveau confinement ne s’accompagne pas d’un rebond spectaculaire tant des volumes que des prix. “D’autant que la saisonnalité risque de faire défaut: contrairement au printemps, la fin d’année n’est pas une période où les ménages sont pressés de finaliser un projet immobilier”.

Et à plus long terme? MeilleurAgents n’est pas très confiant. “A ce jour, les nombreuses incertitudes qui subsistent (durée de la crise, maintien du niveau d’activité, 3ème vague) ne permettent pas une quantification précise de l’impact pour le marché immobilier. Cependant, MeilleurAgents estime que loin d’une stabilisation, c’est en effet une phase de déclin qui attend le marché immobilier ».

Les prix continuent d’augmenter depuis début janvier

Pour l’instant, cela n’apparaît pas encore dans les chiffres. Les prix sont toujours en hausse de 2% à Paris depuis le début de l’année, selon MeillAgents. Une progression assez similaire est observée dans presque toutes les grandes villes, comme Nantes (+ 4,6% depuis janvier), Rennes (+ 4,3%), Lille (+ 3%), Lyon (+ 2,9%), Strasbourg et Marseille (+ 2,6 % pour les deux communes), ainsi que Nice et Toulouse (+ 1,9%). En revanche, les prix sont stables à Montpellier (+ 0,7% depuis le début de l’année) et même en légère baisse à Bordeaux (-0,6%), où ils s’étaient envolés ces dernières années.

>> Partenariat BFM Immo: Trouvez le meilleur taux pour votre crédit immobilier avec notre comparateur gratuit

READ  demande d'autorisation de mise sur le marché pour un traitement par anticorps anti-Covid

Également, dans leur dernière note de conjoncture, les notaires notent également que les prix ont continué de grimper sur un an jusqu’à fin octobre. Le marché de l’appartement devrait ainsi croître en France de 2,1% sur un an fin octobre selon les contrats préliminaires des notaires (contre + 1,8% au deuxième trimestre) et celui des maisons de 2,6% (contre + 1,4% dans le deuxième quartier). Mais après l’effet de rattrapage post-déconfinement, le nouveau confinement pourrait bien briser cette dynamique. Cependant, il faudra attendre encore plusieurs mois pour avoir une idée.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer