Economy

Singapour autorise la vente de viande artificielle, une première mondiale

Les pépites de viande de poulet fabriquées en laboratoire par la start-up californienne Eat Just pourront bientôt être vendues dans les restaurants de Singapour après une autorisation délivrée mercredi 2 décembre par les autorités sanitaires du pays, qui les ont jugées sans danger à la consommation.

Le produit “A été déclarée sans danger pour la consommation dans les quantités prévues et a été autorisée à la vente à Singapour en tant qu’ingrédient de pépites Eat Just”, a ajouté l’agence. Le produit conçu à partir de cellules animales restera pendant au moins vingt ans sous le contrôle de l’autorité sanitaire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi “La viande de culture est un poison alimentaire, social, écologique et intellectuel”

C’est “Une première mondiale”Eat Just a dit dans un communiqué reçu mercredi 2 décembre. démarrage déclaré à la BBC espérons que d’autres pays prendront la même décision. Eat Just, qui travaille sur le développement de ce produit depuis plusieurs années, a déclaré avoir fabriqué plus de 20 lots de viande de poulet artificielle dans des bioréacteurs de 1200 litres avant de soumettre sa production à des tests de qualité et de sécurité.

Réduisez la consommation de viande

La consommation de viande devrait augmenter de 70% d’ici 2050, selon l’entreprise, mais les scientifiques préviennent que cette tendance est l’un des principaux moteurs du changement climatique. “Je suis convaincu que l’autorisation du régulateur pour notre viande de culture sera la première d’une série à Singapour et dans d’autres pays du monde”, a noté Josh Tetrick, co-fondateur et PDG d’Eat Just.

READ  Une cyberattaque en cours aux États-Unis présente un «risque sérieux» (gouvernement)
Comprendre : quelles sont les causes du réchauffement climatique en France?

Des dizaines de start-ups travaillent sur des projets de viande artificielle dans le monde, mais la production est restée jusqu’à présent expérimentale. La viande de laboratoire a longtemps été considérée comme beaucoup trop chère pour concurrencer l’élevage, mais les entreprises qui tentent de se positionner sur ce créneau ont l’intention de réduire les coûts au cours des prochaines années.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La croissance mondiale de l’élevage pourrait être un facteur de risque infectieux

Singapour, dont les terres agricoles sont rares, est obligée d’importer plus de 90% de sa nourriture pour ses six millions d’habitants. Le pays est très sensible à la volatilité du marché alimentaire mondial, aux interdictions d’exportation et à la perturbation des itinéraires de transport. Cependant, la pandémie de Covid-19, qui a mis l’économie à l’arrêt, a une fois de plus mis en évidence le problème de la sécurité alimentaire dans la cité-État.

L’annonce de l’autorisation de vendre la viande artificielle intervient alors que Singapour s’est fixé comme objectif d’augmenter la production alimentaire locale au cours des dix prochaines années.

Le monde avec l’AFP

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer