science

Une planète métallique, la charte COVID et l’heure du télescope Hubble

Pendant la journée, l’exoplanète GJ 367b (montrée ici dans une vue d’artiste) est très chaude et le fer qu’elle contient peut presque commencer à fondre.Crédit : SPP 1992 (Patricia Klein)

Cette petite planète est riche en fer un super métal

Les astronomes ont découvert De loin la plus petite et la plus grande planète métallique Un monde riche en fer, à des années-lumière de la Terre, tourne autour de son étoile toutes les huit heures.

La planète, connue sous le nom de GJ 367b, fait les trois quarts de la taille de la Terre, mais beaucoup plus massive. Il est très similaire à Mercure, en ce sens qu’il est composé principalement de fer et est intensément chauffé par l’allumage du rayonnement de son étoile. GJ 367b est à 1500°C pendant la journée – assez chaud pour commencer à faire fondre le fer.

GJ 367b est la plus petite exoplanète dont les scientifiques ont pu déterminer la composition, explique Christine Lamm, astronome au Centre aérospatial allemand de Berlin. Elle et ses collègues ont signalé la découverte le 2 décembre (KWF Lam et al. Science 374, 1271-1275; 2021).

Les astronomes ont découvert plus d’une douzaine de planètes de très courte période, si proches de leurs étoiles qu’elles entrent en orbite complète en moins d’une journée. La découverte de GJ 367b « démontre notre capacité à mesurer la masse de petites planètes souterraines », explique David Armstrong, astronome à l’Université de Warwick à Coventry, au Royaume-Uni. « Pouvoir observer de telles planètes est fantastique et promet de nombreuses autres découvertes de planètes semblables à la Terre à l’avenir. »

READ  Une nouvelle stratégie en ingénierie tissulaire

Le monde s’est engagé à respecter la charte de riposte à la pandémie

Alors que les chercheurs se sont précipités la semaine dernière pour en savoir plus sur Omicron, la dernière variante de l’alarmant coronavirus SARS-CoV-2, les dirigeants mondiaux se sont réunis pour négocier un moyen de garantir qu’une crise de l’ampleur de la pandémie de COVID-19 ne se reproduise plus. Initialement sur la table était un traité de pandémie juridiquement contraignant qui dicterait la façon dont les pays réagiraient aux futures épidémies. Une forme plus floue de ce mouvement avance maintenant, à peaufiner dans les mois et années à venir.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré lors de la session extraordinaire de l’Assemblée mondiale de la santé, qui s’est tenue du 29 novembre au 1er décembre à Genève, en Suisse.

La proposition initiale, poussée en grande partie par le président du Conseil européen, Charles Michel, contenait des termes forts tels que « juridiquement contraignant » et « traité ». Le retrait de la terminologie plus belliciste semble avoir persuadé les 194 États membres de l’Organisation mondiale de la santé de parvenir à un consensus final pour aller de l’avant. Les pays qui défendent leur souveraineté, comme les États-Unis, s’opposent souvent aux traités.

Michel a déclaré que le traité serait un bon moyen d’assurer la distribution équitable des vaccins et d’autres contre-mesures médicales, telles que les équipements de protection et les tests de diagnostic.

Les accords internationaux mettent généralement des années à devenir une réalité, et le processus d’un tel accord devrait se poursuivre jusqu’en 2024 au moins.

READ  Activité sismique intéressante que l'on commence à découvrir sur Mars

Le nombre d’utilisateurs du télescope Hubble a augmenté pour la première fois

Un nombre sans précédent de chercheurs a obtenu pour la première fois du temps d’observation sur le télescope spatial Hubble de la NASA dans les années qui ont suivi la refonte de son processus de demande par l’agence afin de réduire les biais.

En 2018, la NASA a changé la façon dont elle évalue les demandes de surveillance du temps sur Hubble en introduisant un système « à double insu », dans lequel ni les candidats ni les évaluateurs évaluant leurs propositions ne connaissent l’identité de l’autre. Tous les autres télescopes de l’agence ont emboîté le pas l’année suivante.

Cette décision visait à réduire le sexisme et d’autres préjugés, notamment la discrimination à l’encontre des scientifiques qui travaillent dans de petits instituts de recherche ou qui n’ont jamais reçu de subventions de la NASA.

Les données du Space Telescope Science Institute (STScI) montrent que depuis l’introduction du changement, De plus en plus de chercheurs principaux pour la première fois sécurisaient le temps de visionnage de Hubble. En 2018, 15 % des propositions retenues provenaient de candidats qui n’avaient pas bénéficié d’un temps de suivi auparavant. Ce pourcentage est passé à un peu moins de 32 % en 2021 (voir « Observateurs pour la première fois »).

Observateurs pour la première fois : un graphique à barres montrant les applications réussies du télescope spatial Hubble en observant le cycle.

Source : STScI

Selon les données du STScI, de plus en plus de chercheurs ont travaillé pour sécuriser le temps d’observation de Hubble ces dernières années. Cette année, un peu plus de 29 % des candidatures retenues provenaient d’IP. Et en 2018, les femmes ont eu pour la première fois un taux de réussite avec les applications plus élevé que les hommes.

Un examen en double aveugle a le potentiel d’uniformiser les règles du jeu pour les groupes sous-représentés, déclare Priamvada Natarajan, astrophysicien à l’Université Yale à New Haven, Connecticut. « C’est la première étape pour atténuer les préjugés », dit-elle.

La NASA a lancé un examen en double aveugle de tous ses programmes à venir, et certaines autres organisations ont adopté des systèmes similaires pour allouer le temps du télescope et les subventions de recherche. Il s’agit notamment de l’Observatoire européen austral à Garching, en Allemagne, et du grand réseau millimétrique/submillimétrique d’Atacama dans le désert d’Atacama au Chili.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer