World

Un député australien a été licencié pour s’être masturbé dans le bureau d’un collègue et a prétendu être victime de vengeance pornographique

La police du territoire de la capitale australienne a confirmé à ABC News dans un communiqué qu’elle avait reçu un rapport le 30 mars.

«À ce moment, les agents traitent avec le plaignant et achèvent l’évaluation du rapport», indique le communiqué.

Le rapport diffère de la plainte officielle, qui est généralement requise pour garantir une enquête approfondie.

Des sources au sein du gouvernement australien ont déclaré à ABC News que l’ancien législateur est un homme pro-coalition et ne veut pas plus de controverse.

Ils ont dit qu’il était dans «un endroit très sombre» avec sa santé mentale.

Le député libéral Warren Inch a déclaré: «Je suis très fier de lui d’avoir eu le courage de le faire, même de parler à la police».

« Je suis vraiment inquiet pour tout cet épisode. Pour moi, tout cet épisode et la façon dont il est dépeint revient à dénigrer les homosexuels. Je pense que cela serait géré différemment par tout le monde si les hommes et les femmes le faisaient. »

« Ce type est jeune, compatissant, travailleur et gentil. Il a fait quelque chose de stupide mais ce n’est pas une personnalité publique, il n’est pas nécessaire de le poursuivre pour toujours. »

L’homme de Canberra, qui a partagé la vidéo et les photos, a nié qu’elles constituaient une vengeance pornographique, affirmant qu’elles n’étaient partagées que pour mettre en valeur la culture du lieu de travail au Parlement.

Une enquête sur six hommes accusés d’avoir participé à des actes sexuels est en cours au Parlement australien.

READ  Les noms de bébé les plus célèbres d'Australie ont été révélés - y compris ceux dont personne ne veut

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer