World

« Absurdité totale » : un homme a du mal à récupérer sa voiture, à la prendre et à l'envoyer en Allemagne

Un homme de Troyan est devenu détective par hasard. Milin Dimovsky a pu découvrir à qui la voiture confisquée lui avait été restituée. La voiture a été confisquée parce qu'elle était soupçonnée d'avoir commis un crime en Allemagne.


L'homme a acheté la voiture légalement, l'a enregistrée auprès de la police de la circulation et bientôt la police est arrivée. La voiture a été restituée en Allemagne et Dimovsky a tenté de la racheter à son prétendu propriétaire. Ainsi, un propriétaire légitime de voiture a cherché un autre propriétaire légitime pour acheter deux fois la même voiture. Cependant, il s'est avéré que la police allemande n'a pas identifié le propriétaire à qui la voiture volée trouvée en Bulgarie a été restituée.


«Je suis allé deux fois en Allemagne. La première fois, la police m'a dit qu'elle ne cherchait pas la voiture et qu'elle n'avait aucun problème, je suis retourné en Bulgarie et j'ai signalé l'affaire à la police bulgare», raconte Demovski.


Une fois la voiture retrouvée, l’homme a manifesté un regain d’intérêt en tant qu’acheteur. «J'ai contacté l'entreprise propriétaire de la voiture», dit-il. Cependant, lorsqu'il a rencontré l'homme à qui appartenait prétendument la voiture en Allemagne, Dimovsky a été étonné.


« J'y suis allé avec une palette pour pouvoir la mettre de côté. Au moment de payer, je leur ai demandé de me donner les documents pour voir s'ils étaient en règle. Il m'a répondu que de tels documents n'existaient pas », raconte l'homme de Troyen.


Le propriétaire allemand présumé a alors demandé des documents à la police locale, mais celle-ci lui a répondu que ce n'était pas possible. Ils lui ont demandé de dicter le numéro de châssis et lui ont expliqué que cette voiture était destinée à l'exportation vers la Bulgarie.

READ  La ministre des Affaires étrangères Nanaya Mahota met en lumière le Pacifique et s'inquiète des tensions dans le détroit de Taiwan


« Le directeur de l'entreprise m'a dit d'y aller d'ici une semaine. Il ne pouvait y avoir aucun problème, il aurait tout réparé et j'aurais pu racheter la voiture », raconte Demovsky.


Un tourbillon de pourparlers et de négociations s'ensuivit, mais le Bulgare se heurta à un obstacle.


« Cela fait un mois, cela fait deux mois. Les autorités allemandes ne reconnaissent pas l'entreprise comme propriétaire de cette voiture », a expliqué l'homme.


Regardez la vidéo pour en savoir plus sur le sujet.







Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer