sport

Taïwan espère progresser dans son accord commercial avec l’Union européenne sous présidence française

TAIPEI (Reuters) – La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a déclaré jeudi aux législateurs français que Taïwan espère faire progresser les négociations commerciales avec l’Union européenne l’année prochaine lorsque la France prendra la présidence du bloc, et que les démocraties doivent travailler ensemble face à l’autoritarisme.

Taïwan est impatient de renforcer ses relations avec d’autres démocraties occidentales alors qu’il fait face à une pression militaire et diplomatique croissante de la Chine pour accepter les revendications chinoises de souveraineté sur l’île.

L’Union européenne a inclus Taïwan sur sa liste de partenaires commerciaux pour un éventuel accord bilatéral d’investissement en 2015, un an avant que Tsai ne prenne la présidence de Taïwan pour la première fois, mais elle n’a pas eu de discussions avec Taipei sur la question depuis lors.

L’Union européenne s’est engagée en septembre à rechercher un accord commercial avec Taïwan, dans le cadre de sa stratégie officielle visant à renforcer sa présence dans l’Indo-Pacifique et à contrer la montée en puissance de la Chine.

S’adressant à un groupe de parlementaires français en visite dans son bureau à Taipei, Tsai a noté que la France assumera la présidence tournante de l’Union européenne l’année prochaine.

« Nous espérons que l’UE, sous la direction de la France, pourra promouvoir davantage les négociations entre Taïwan et l’UE sur un accord d’investissement bilatéral, afin d’ouvrir une nouvelle relation de coopération entre Taïwan et l’UE », a-t-elle déclaré.

Tsai a rencontré le groupe dirigé par François de Rugy, chef du Groupe d’amitié parlementaire entre la France et Taïwan, et n’a pas mentionné directement la Chine, mais a appelé les démocraties à se serrer les coudes.

READ  L'équipe de la ligue anglaise de rugby en fauteuil roulant se prépare pour le test français de mi-saison - en direct sur Sky Sports | nouvelles de la ligue de rugby

« Face à l’évolution rapide de la situation internationale et à la propagation continue de l’autoritarisme, les partenaires démocratiques devraient coopérer davantage », a-t-elle déclaré.

« Taïwan s’acquittera de ses responsabilités internationales et se réjouit de travailler avec la France et les partenaires européens aux idéaux élevés pour contribuer davantage à la paix et à la stabilité dans la région indo-pacifique. »

La visite française intervient alors que la Chine est enfermée dans une querelle de plus en plus horrible avec l’État membre de l’UE, la Lituanie, à propos de la décision de l’État balte d’autoriser Taïwan à y ouvrir une ambassade de facto.

La délégation diplomatique lituanienne en Chine a quitté le pays mercredi lors d’une sortie arrangée à la hâte qui a aggravé les relations.

(Reportage de Ben Blanchard ; Montage par Michael Berry)

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer