World

Madrid et sa banlieue à nouveau bouclées

La pandémie causée par le nouveau coronavirus a tué au moins un million de personnes dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a signalé le début du Covid-19 fin décembre, selon un rapport rédigé le vendredi 9 octobre en 13 heures.

Jeudi, plus de 6 000 nouveaux décès ont été enregistrés dans le monde. Parmi les pays les plus durement touchés, le Pérou est celui qui déplore le plus grand nombre de décès par rapport à sa population, avec 100 décès pour 100000 habitants, suivi de la Belgique (87), de la Bolivie (70), du Brésil (70), de l’Espagne (70) . Ce dernier pays a annoncé vendredi de nouvelles mesures restrictives, afin de limiter la propagation du virus.

Lisez aussi: visualiser l’évolution de l’épidémie en France et dans le monde
  • Le gouvernement espagnol déclare l’état d’alerte dans la région de Madrid

Le gouvernement espagnol a rétabli vendredi la fermeture partielle de la capitale et de neuf communes voisines, en vigueur depuis le 2 octobre. Cette dernière avait été levée la veille, par décision d’un tribunal de Madrid. Dans leur décision, les six magistrats soulignent que les restrictions imposées “Affectent les droits et libertés fondamentaux” qui ne peut être limité par la loi invoquée par le ministère de la Santé.

Au terme d’une réunion extraordinaire de deux heures du Conseil des ministres, la décision a cependant été prise de rétablir cet enfermement partiel. “Nous devons prendre des mesures pour protéger la santé des Madrilènes” et empêcher l’explosion des cas de coronavirus de se propager au reste du pays, a déclaré le ministre de la Santé Salvador Illa.

READ  Le candidat de Trump à la Cour suprême reste flou sur l'avortement

La décision du gouvernement de gauche du socialiste Pedro Sanchez a été prise malgré l’opposition farouche du gouvernement régional de Madrid, dirigé par le Parti populaire (opposition conservatrice). “Le président de la communauté autonome de Madrid a décidé de ne rien faire”M. Illa a parlé d’Isabel Diaz Ayuso, qui a tenté de convaincre le gouvernement de ne pas déclarer l’état d’alerte.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19: à Madrid, la difficulté de fermer la capitale espagnole
  • Aggravation de la situation en Allemagne

L’inquiétude grandit en Allemagne, alors que le pays a enregistré plus de 4000 nouveaux cas confirmés quotidiens de Covid-19 cette semaine – une première depuis début avril. “Le nombre d’infections augmente (…) d’une ampleur inquiétante », a ainsi mis en garde le ministre de la Santé, Jens Spahn, jeudi 8 octobre. D’autant que ce bond intervient alors que les vacances d’automne sont sur le point de commencer dans une grande partie du pays.

Vendredi, Angela Merkel a annoncé que de nouvelles mesures restrictives seraient prises si le nombre de contaminations Covid-19 ne se stabilise pas dans les dix jours. “Ce sont les jours et les semaines à venir qui décideront de la position de l’Allemagne face à cette pandémie cet hiver”, a averti la chancelière allemande lors d’une conférence de presse, rappelant l’importance du port du masque, du respect des distances sociales et “Ventilation de la pièce”. À Berlin, la plupart des magasins ainsi que tous les restaurants et bars devront fermer de 23h à 6h du samedi et au moins jusqu’au 31 octobre.

READ  Positif pour Covid-19, Trump est hospitalisé "pour quelques jours"

En Allemagne, porter un masque ne s’impose cependant pas dans la rue. Elle n’est obligatoire dans les commerces et dans les transports que depuis fin avril. Dans les écoles, il est généralement obligatoire à partir du «5e classe “ (l’équivalent du CM2 en France), mais pas en classe.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19: en Allemagne, cacophonie et inquiétude face à l’augmentation rapide du nombre de contaminations
  • L’Italie au milieu du gué

Selon dernier bulletin quotidien de la protection civile italienne, publié jeudi, tous les indicateurs montrent une aggravation rapide de la situation. Avec 4458 nouveaux cas (et une moyenne hebdomadaire 60% supérieure à la semaine précédente), 164 hospitalisés de plus (dont 21 patients supplémentaires en réanimation) et 22 décès, l’Italie n’est pas épargnée par la «deuxième vague» de contaminations, actuellement au travail .

Contrairement au printemps, la Lombardie est relativement épargnée par cette recrudescence, le Latium (région de Rome) et le sud de la péninsule étant cette fois les plus durement touchés. Jeudi, le gouvernement a annoncé qu’il rendait obligatoire le port de masques de protection dans tous les espaces publics, ainsi que dans Pologne.

Si la tendance à la hausse est trop nette pour ne pas être inquiétante, la situation reste relativement confortable au niveau hospitalier. En effet, le pays compte actuellement un peu plus de 4 000 hospitalisations, dont 358 en réanimation (au plus fort de la crise, en avril, il y avait 4 000 patients en réanimation).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Crise sanitaire: l’Italie en alerte et fière de résister au virus
  • Ailleurs en Europe, les restrictions sont également renforcées

En Belgique, cafés et bars fermés jeudi matin dans toute la région bruxelloise. Partout au pays, ils devront fermer au plus tard à 23 h le vendredi soir.

READ  L'Italie envisage d'alléger son protocole de santé anti-Covid-19

Dans L’Autriche et en Croatie, les gouvernements n’excluent pas un deuxième verrouillage après un nombre record de nouvelles contaminations en vingt-quatre heures.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le monde avec l’AFP

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer