Top News

Macron accueille les sommets africains sur le Soudan et le financement post-Covid

Publié en: la moyenne:

Paris (AFP)

Le président français Emmanuel Macron accueille cette semaine les dirigeants africains et les chefs des institutions financières mondiales lors de deux sommets qui chercheront à aider le Soudan dans une nouvelle ère démocratique et à fournir à l’Afrique le financement nécessaire qui a été englouti par la pandémie de Covid-19.

La conférence de lundi, à laquelle ont participé un certain nombre de chefs d’État, vise à mobiliser le soutien du gouvernement soudanais dirigé par le Premier ministre Abdullah Hamdok dans la phase de transition après l’éviction en 2019 du puissant président Omar el-Béchir.

Cela sera suivi du sommet de mardi sur les économies africaines qui tentera de combler le déficit de financement d’environ 300 milliards de dollars dû à la pandémie de Covid-19.

Les deux rencontres auront lieu dans un centre d’expositions temporaires à l’ombre de la Tour Eiffel à Paris, et seront l’occasion pour Macron de se montrer comme un homme d’État en Afrique dont le rayonnement transcende les régions francophones du continent.

Avec une vingtaine de chefs d’État africains présents au sommet mardi, ce sera l’une des plus grandes réunions de haut niveau en personne à avoir lieu pendant la pandémie de Covid-19.

Il devrait également être le témoin d’une visite rare en France du président rwandais Paul Kagame alors que Paris fait pression pour la réconciliation avec Kigali après qu’un rapport historique ait clairement montré les échecs de la France dans la prévention du génocide en 1994.

READ  Macron promet de "ne jamais accepter le discours de haine"

– ‘Explorer les opportunités’ –

Hamdok a déclaré à l’AFP dans une interview avant la réunion qu’il espérait que le Soudan pourrait aider à éliminer une facture de dette extérieure de 60 milliards de dollars cette année en obtenant des accords d’allégement et d’investissement lors de la conférence de Paris.

On estime que la dette du Soudan envers le Club de Paris, qui comprend les principaux pays créanciers, représente environ 38% de sa dette extérieure totale de 60 milliards de dollars.

Hamdok a déclaré: “Nous allons à la conférence de Paris pour permettre aux investisseurs étrangers d’explorer les opportunités d’investissement au Soudan.”

“Nous ne recherchons ni subventions ni dons”, a-t-il ajouté.

Hamdok et son gouvernement ont cherché à reconstruire l’économie chancelante et à mettre fin à l’isolement international du Soudan sous le règne d’Al-Bashir, dont le règne de trois décennies a été caractérisé par des difficultés économiques et des sanctions internationales.

Le Soudan a été retiré de la liste noire des États sponsors du terrorisme de Washington en décembre, supprimant un obstacle majeur à l’investissement étranger.

Mais de nombreux défis nous attendent.

Son gouvernement cherche à ramener la paix avec les groupes rebelles pour mettre fin aux conflits dans la région ouest du Darfour, ainsi que dans les États du Sud Kordofan et du Nil Bleu.

– ‘Nouveau, moins cher, plus longtemps’ –

L’Afrique a jusqu’à présent été moins touchée par la pandémie de Covid-19 que d’autres régions du monde – avec un bilan total de 130000 morts à travers le continent – bien que la catastrophe humaine en Inde montre qu’il est trop tôt pour paraître clair.

READ  L'Inde et la France commencent demain des exercices navals en mer d'Oman

Mais le coût économique n’était que trop clair, comme l’a averti le Fonds monétaire international à l’automne que l’Afrique était confrontée à une pénurie de fonds pour son développement futur – un écart budgétaire – de 290 milliards de dollars jusqu’en 2023.

La suspension du service de la dette publique convenue par le Club de Paris et le G20 en avril de l’année dernière a été saluée, mais elle ne suffira pas à elle seule. Beaucoup veulent arrêter le service de toute la dette extérieure jusqu’à la fin de la pandémie.

“Nous sommes collectivement en train d’abandonner l’Afrique en utilisant des solutions remontant aux années 1960”, a déclaré Macron le mois dernier, avertissant que l’échec entraînerait une réduction des opportunités économiques, des flux migratoires soudains et même l’expansion du terrorisme.

Des dirigeants financiers internationaux participeront à la conférence, notamment la présidente du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, et le directeur général des opérations de la Banque mondiale, Axel van Trotsenberg.

Serge Eco, président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), a déclaré à l’AFP que l’Afrique a besoin de maturités beaucoup plus longues de plus de sept ans et de taux d’intérêt de 3% au lieu de 6%.

«En Afrique de l’Ouest, la durée de vie moyenne est de 20 ans, et vous entrez (la plus grande ville de Côte d’Ivoire) à Abidjan, et il y a une énergie incroyable», a-t-il déclaré, notant que l’Afrique a connu des taux de croissance compris entre 5 et 6%. au cours des dernières années.

Il a déclaré: “Le problème, alors, n’est pas autant un gel que d’obtenir des taux bas. Parce qu’il vaut mieux émettre des dettes nouvelles, moins chères et plus longues que d’obtenir une suspension.”

READ  L'Allemagne et la Norvège ouvrent un lien pour une énergie propre sous la mer

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer