Tech

L’Oréal soutient un fonds franco-canadien axé sur l’économie circulaire

Andrée-Lise Méthot, fondatrice et associée directrice de Cycle Capital.Kilian Petrie/Le Globe and Mail

L’investisseur montréalais en technologies propres Cycle Capital et son partenaire français ont levé 108 millions de dollars pour soutenir les entreprises et les fonds axés sur l’économie circulaire dans le cadre d’une initiative dirigée par le géant des cosmétiques L’Oréal SA.

Dans une économie circulaire, les produits et services sont conçus pour éliminer les déchets et prolonger les cycles de vie, tout en réduisant les émissions de carbone et autres impacts environnementaux. En tant qu’entreprise mondiale de produits de soins personnels, L’Oréal doit faire face à ces problèmes dans son emballage et sa distribution.

Les recettes proviennent de la première étape de la levée de fonds auprès du Circular Innovation Fund (CIF), une joint-venture à 50-50 entre Cycle et Demeter, un gestionnaire de capital-risque basé à Paris. L’Oréal est le principal investisseur, ayant investi 58 millions de dollars dans le fonds.

À terme, les partenaires visent à lever 160 millions de dollars pour le fonds, qui sera géré par Benoit Forsier de Cycle en Amérique du Nord et Matthew Godot de Demeter en Europe.

Le CIF recherchera des entreprises et des fonds dans de nombreuses industries du monde entier qui se concentrent sur la technologie pour des choses comme l’emballage, les composants de produits biosourcés, le remplacement des billes de plastique et le recyclage, ainsi que la réduction des émissions de carbone dans les chaînes d’approvisionnement.

Cycle investit actuellement dans des entreprises de technologies propres qui développent des technologies pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, comme Enerkem à Montréal, un producteur de biocarburants et de carburants renouvelables qui a récemment Clôture d’une ronde de financement de 255 millions de dollars. Cycle a 600 millions de dollars sous gestion.

READ  Nouvel effort pour cartographier l'univers et percer les mystères de «l'énergie noire»

Andrée-Lise Méthot, fondatrice et associée directrice de Cycle, a déclaré que Cycle et Demeter avaient soumis des plans conjoints lorsque la société française L’Oréal a soumis une demande de propositions pour le fonds d’économie circulaire. Cycle a une longue relation avec Demeter, ayant déjà collaboré sur des fonds de technologies propres. Les deux se sont concentrés sur les entreprises, le capital-investissement et les investissements dans les infrastructures.

« Nous étions en concurrence avec les grands acteurs. Nous étions les petits dans la foule. Mais nous avons gagné », a déclaré Mme Mithot. L’Oréal, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 32,3 milliards d’euros (44 milliards de dollars) en 2021, a devancé les succès antérieur des partenaires dans la technologie circulaire – la structure « Transforming Molecules » en particules vertes « , a-t-elle déclaré.

Outre le financement, L’Oréal fournit également ses experts pour travailler avec le CIF, a déclaré Mme Méthot.

Parmi les autres investisseurs initiaux du fonds figurent le français Axens, la société de technologie de conversion de carburant, et des investisseurs familiaux tels que Haltra et Claridge.

Le CIF ciblera les entreprises qui ont besoin de capital-risque à un stade avancé lorsqu’elles commercialisent leurs produits et services.

Nous ferons 12 à 15 investissements directs dans des entreprises. Stefan Velkruze, associé directeur de Demeter, a déclaré que la taille moyenne des investissements serait de 10 millions de dollars, en tenant compte, bien sûr, des investissements initiaux ainsi que des investissements ultérieurs, qui sont très courants dans les accords de type projet.

Jeudi, les partenaires ont annoncé des investissements dans deux fonds : le Loop Venture Fund II, basé à New York, et le European Circular Bio-Economy Fund.

READ  Un nouveau rapport PS5 inquiète les abonnés PlayStation Plus

Le CIF est prêt à se conformer aux critères de l’article 9 du règlement de l’Union européenne sur la divulgation en matière de finance durable. Cela signifie qu’elle mesurera son impact et surveillera en permanence les performances non financières, y compris les émissions de gaz à effet de serre, l’utilisation des ressources naturelles et la diversité des genres parmi les entreprises de son portefeuille. La rémunération des administrateurs est également liée à ces actions.

« Vous avez beaucoup de gens qui parlent de durabilité, qui est plus une marque qu’elle n’est réelle », a déclaré Mme Mithu. « Je peux dire que c’est vraiment réel quand cela peut affecter votre poche en tant que manager, et je pense que c’est une bonne chose à faire. »

Votre temps est précieux. Recevez facilement notre newsletter sur les principaux titres d’entreprise dans votre boîte de réception le matin ou le soir. Inscrivez-vous aujourd’hui.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer