Economy

L’Europe voit l’espoir d’un accord final au Mali

Un diplomate européen clé estime qu’il existe encore une chance de désamorcer la crise politique croissante au Mali qui a vu le gouvernement militaire intérimaire du pays s’affronter à plusieurs reprises ces derniers jours avec ses voisins et les membres de la communauté internationale.

Emanuela del Rey, représentante spéciale de l’Union européenne pour le Sahel, a critiqué les dirigeants actuels du Mali pour avoir provoqué les pays de la région et l’Europe en retardant les élections de cinq ans et en faisant venir des mercenaires russes pour aider à la sécurité.

Mais dans une interview avec VOA vendredi, del Rey a déclaré qu’elle pensait que les putschistes n’auraient finalement d’autre choix que de reculer.

«Je pense que malgré le fait que le gouvernement est très résolu à dire qu’il veut cette longue transition parce qu’il veut probablement rester au pouvoir pendant longtemps, la pression sera si forte qu’à un moment donné, ils veulent que nous devions en arriver à un accord. faire des compromis. »

Del Rey a salué les sanctions visant le Mali qui ont été adoptées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union européenne en début de semaine, les décrivant comme cohérentes et cohérentes, et a appelé la communauté internationale à maintenir la pression sur le gouvernement intérimaire.

Réunion de Bruxelles

Dans le même temps, cependant, elle et d’autres responsables européens continuent de parler aux responsables financiers et s’attendent à ce que le Mali participe à la réunion prévue plus tard ce mois-ci à Bruxelles.

READ  L'opération de rachat de Veolia-Suez est bien suspendue, confirme la justice

« L’UE veut être cohérente avec cette approche des sanctions… elle veut être ferme dans ce sens », a déclaré del Rey à VOA. « En même temps, vous voulez aussi garder les portes ouvertes à la négociation. »

Je suis sûr qu’il y aura des négociations. « Il y aura un dialogue », a-t-elle ajouté.

Dossier – Le Premier ministre malien Chogoel Maiga s’adresse à la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies au siège des Nations Unies le 25 septembre 2021.

Des milliers de partisans du gouvernement militaire du Mali sont descendus dans la rue vendredi dans la capitale, Bamako, jugeant les sanctions de la CEDEAO injustes.

« Ces actions illégales et illicites ont trois objectifs : déstabiliser les institutions, déstabiliser l’armée malienne et déstabiliser le Mali », a déclaré à la foule le Premier ministre Chogoel Maiga.

Mais ce qu’ils ne doivent pas oublier, c’est que mon argent est un verrou, et mon argent est un barrage. S’il frappe le Mali et que Dieu nous aide, il n’explosera pas, mais si cela se produit, personne n’aura la paix dans la CEDEAO. »

De nombreux manifestants ont félicité le gouvernement militaire pour avoir tenu tête à la France, tandis que d’autres ont renoncé aux drapeaux maliens, et certains ont même renoncé aux drapeaux russes.

Un homme tenant une pancarte indiquant "A bas Emmanuel Macron, vive la Russie" Lors d'une manifestation de masse à Bamako, le 14 janvier 2022, pour protester contre les sanctions imposées par la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) au Mali et à la junte.

Un homme brandit une pancarte indiquant « A bas Emmanuel Macron, vive la Russie » lors d’une manifestation de masse à Bamako, le 14 janvier 2022, pour protester contre les sanctions imposées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) contre le Mali et la junte. ).

La présence de drapeaux russes est susceptible d’accroître l’inquiétude en Occident, où les pays européens et les États-Unis ont à plusieurs reprises mis en garde le gouvernement militaire contre l’arrivée de mercenaires du groupe Wagner, une société paramilitaire liée au Kremlin.

« Nous avons vu ce qu’ils ont fait en République centrafricaine, le comportement agressif et les violations des droits de l’homme, nous avons donc clairement indiqué que nous étions totalement contre leur intervention au Mali », a déclaré vendredi à la presse un responsable européen sous couvert d’anonymat. Il a abordé le sujet sensible lorsqu’il a été interrogé sur des informations selon lesquelles il y aurait maintenant plusieurs centaines de mercenaires au Mali.

Selon le Centre d’études stratégiques de l’Afrique, le gouvernement militaire du Mali s’est engagé à payer à Wagner 11 millions de dollars par mois – 132 millions de dollars par an – pour les services de 1 000 mercenaires, un montant égal à plus de 20 % des dépenses de défense annuelles du Mali.

Le gouvernement malien a nié les informations faisant état de l’utilisation de mercenaires russes, mais cette décision semble avoir un impact sur d’autres forces internationales envoyées dans le pays pour aider à combattre les terroristes liés à l’État islamique et à Al-Qaïda.

La Suède se retire

La ministre suédoise des Affaires étrangères a déclaré vendredi que son pays se retirerait de la task force Takoba, une mission de forces spéciales européennes au Mali, et qu’il pourrait retirer quelques centaines de forces opérant au Mali sous la supervision des Nations unies.

« Nous savons maintenant qu’il existe un groupe Wagner », a déclaré la Suédoise Anne Lind aux journalistes à Brest, en France, après une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne. « S’ils avaient une influence de plus en plus forte, il ne serait pas possible de continuer avec autant de forces de notre part. »

D’autres responsables européens ont mis en garde contre la possibilité de retirer les troupes supplémentaires si la situation s’aggravait et ont mis en garde contre le potentiel de répercussions régionales.

« Cela ne peut pas être accepté de sa part au risque d’avoir un effet domino », a déclaré Del Rey à VOA. « Les pays de la région, les pays du G5 par exemple, ont peur que ce soit un exemple qui pourrait en quelque sorte donner l’idée de copier la situation à d’autres pays. »

Malgré ces complications, del Rey et d’autres responsables européens insistent sur le fait qu’ils n’ont aucune intention d’abandonner le Mali ou ses voisins du Sahel.

« Ce qui nous inquiète beaucoup, c’est le peuple malien, car il est déjà dans un tel état », a déclaré Del Rey à VOA. Ils ne méritent pas cette situation. »

Annie Riesberg a contribué à ce reportage depuis Bamako.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer