science

Les tigres de Tasmanie commencent à apparaître comme des chiens dans le sac

Lorsque les colons européens sont arrivés pour la première fois en Tasmanie, ils ont été surpris de trouver un grand marsupial ressemblant à un chien avec des rayures ressemblant à un tigre.

Ces traits ont donné à l’animal son nom commun, le tigre de Tasmanie et son nom scientifique, Thylacinus cynocephalusCela s’est traduit par une «poche avec une tête de chien».

Le dernier tigre de Tasmanie est mort en captivité en 1936. Photo: TMAG Tasmanian Art Gallery and Museum

Malgré les similitudes remarquables entre le tigre de Tasmanie et les grands chiens comme le loup gris, ce sont des parents très éloignés et n’ont pas partagé d’ancêtre commun depuis la période jurassique, il y a plus de 160 millions d’années.

ils Une similitude frappante Est le résultat Convergent L’évolution, qui est un processus dans lequel différents animaux évoluent pour se ressembler parce qu’ils occupent des endroits similaires dans un écosystème et qu’ils partagent certains facteurs de style de vie tels que la chasse.

Cependant, la manière dont les animaux ont évolué pour converger, et en particulier les forces motrices de leur première évolution, est une question qui déroute encore les scientifiques.

une Nouvelle étude collaborative Dirigés par des chercheurs de l’Université de Melbourne, ils utilisent les dernières technologies telles que CT scan fin Et des reconstructions numériques pour comparer les crânes du tigre et du loup de Tasmanie à travers leurs premiers stades de développement jusqu’à l’âge adulte, et ont constaté qu’ils étaient plus similaires qu’il n’y paraît.

Tigre de Tasmanie dans le sac

Après avoir reconstruit tôt Développement de pochettes pour les tigres de TasmanieNous voulons toujours comprendre quand le tigre de Tasmanie, en grandissant, a établi la forme de son crâne ressemblant à un chien.

Nous savons que les tigres et les loups de Tasmanie ressemblent à des adultes, mais nous ne savons pas quand ils ont commencé à montrer des similitudes remarquables entre eux au cours de l’évolution.

Cartes thermiques des tigres d’engraissement (T), des crânes de loup (W) et de quoll côte à côte. Le bleu / vert indique une similitude plus étroite. Photo: fourni

En collaboration avec les musées australiens et le Northern Museum of Alaska, États-Unis, notre équipe a prêté des crânes de tigre et de loup de Tasmanie de différents âges, stades et tailles, des nouveau-nés aux adultes matures.

Nous avons ensuite appliqué la tomographie micro-calculée aux crânes pour créer des modèles numériques qui peuvent être comparés pour déterminer quand les similitudes entre le tigre de Tasmanie et le loup sont apparues au cours de l’évolution.

La tomodensitométrie est une technique similaire à une tomodensitométrie médicale et peut générer des reconstructions numériques à haute résolution de formes complexes telles que des crânes et des os. Nous pouvons alors faire des comparaisons statistiques détaillées entre des structures telles que la forme du nez et de la bouche.

Tigres de Tasmanie et chiots loups

En utilisant ces comparaisons, nous avons constaté que le tigre de Tasmanie non seulement ressemblait à un loup à l’âge adulte, mais était également inhabituellement similaire aux juvéniles et aux nouveau-nés.

Fait remarquable, les chiots tigres de Tasmanie ressemblaient davantage aux chiots loups que d’autres marsupiaux étroitement apparentés tels que Kool.

C’était une découverte vraiment inattendue, étant donné que les tigres de Tasmanie et le loup partageaient un ancêtre commun il y a plus de 160 millions d’années, lorsque les dinosaures parcouraient encore le monde antique.

En collaboration avec les musées australiens et le Northern Museum en Alaska, aux États-Unis, des chercheurs ont prêté des crânes de tigre et de loup de Tasmanie de différents âges, stades et tailles, des nouveau-nés aux adultes matures. Photo: fourni

Cette découverte est d’autant plus impressionnante si l’on considère à quel point la reproduction est différente chez les marsupiaux, car ils donnent naissance à de très jeunes chiots qui continuent la plupart de leur développement précoce dans la poche.

Nous pensions que le besoin de téter à un stade aussi précoce de développement, par rapport aux chiens, pouvait faire pousser leur crâne de manière très différente.

Nos résultats ont également montré que certaines parties du crâne, telles que le visage et le cerveau, étaient plus similaires que d’autres zones, telles que la bouche et la mâchoire.

La collaboratrice Dr Vera Weisbecker de l’Université Flinders dit que tous les marsupiaux – y compris les tigres de Tasmanie – sont nés avec des mâchoires inhabituellement développées par rapport au reste de la tête.

Les scientifiques pensent que cela réduit la capacité des marsupiaux à développer des formes de crâne extrêmes. Cependant, cela n’a clairement pas empêché le développement du crâne inhabituel en forme de loup des tigres de Tasmanie », explique le Dr Weisbecker.

Une autre découverte est que ces régions se développent à partir de groupes connus de cellules dans l’embryon précoce.

Ces observations complètent nos autres découvertes selon lesquelles le loup et les tigres de Tasmanie ont évolué Des instructions similaires sont dans leur génome Affectant les cellules souches crâniennes pendant le développement.

Tigre tigre avec trois petits au zoo de Beaumaris à Hobart, 1909. Photo: Tasmanian Museum and Art Gallery

Ensemble, ces résultats soulignent que les tigres et les loups de Tasmanie ont développé un plan génétique et des stratégies de développement similaires pour générer des similitudes dans la forme du crâne qui surviennent aux premiers stades de l’évolution.

Docteur collaborateur Christy Hibbsley du Musée de Victoria, spécialisé en imagerie CT et a déjà travaillé avec notre équipe Séquençage du génome du tigre de TasmanieNotez qu’il s’agit d’un autre exemple où l’imagerie 3D peut révéler une diversité cachée dans la nature.

«En comparant toute la chaîne de croissance des nouveau-nés aux adultes, nous avons pu visualiser de subtiles différences de développement qui déterminent quand et où dans le crâne les adaptations aux carnivores se produisent au niveau cellulaire.

“Cette découverte n’a été possible que grâce à l’emprunt de spécimens préservés par les musées, dans ce cas d’aussi loin que l’Alaska.”

Bannière: gauche, tigre de Tasmanie adulte (échantillon C5744), droite: loup adulte (échantillon UAM101206), fourni

READ  Les grands arcs de glace de l'Arctique fondent, mettant la «dernière zone de glace» en danger de disparaître

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer