science

Les données sismiques révèlent des ondes mégaribo dues à l’impact du tsunami qui a tué les dinosaures

Il y a environ 66 millions d’années, un gros astéroïde d’environ 10 kilomètres de diamètre a heurté la Terre dans ce qui est aujourd’hui le golfe du Mexique. L’impact a formé le cratère Chicxulub, d’environ 200 kilomètres (125 mi) de large, le long de la côte de la péninsule du Yucatan. L’impact aurait jeté des milliards de tonnes de poussière dans l’atmosphère, refroidissant considérablement le climat de la Terre et conduisant à l’extinction du Crétacé et du Paléogène, un événement d’extinction mondial responsable de la disparition de près de 80% de toutes les espèces animales, y compris les dinosaures.

D’après les modèles informatiques publiés en 2019L’impact a également provoqué un tsunami avec des vagues jusqu’à 1,5 kilomètre (ou environ un mile) de haut.

Maintenant, pour la première fois, les scientifiques ont détecté des preuves directes de ce tsunami à 1 000 kilomètres (620 miles) du site d’impact. Les images sismiques des aquifères de la Louisiane montrent des structures sédimentaires pétrifiées associées aux courants d’eau comme lors d’un tsunami.

Les images sismiques sont largement utilisées dans l’exploration pétrolière et gazière. Gary Kinsland, géophysicien à l’Université de Louisiane, Lafayette, a analysé les données d’imagerie sismique pour le centre de la Louisiane fournies par Devon Energy, une société qui explore les zones autour du golfe du Mexique.

À une profondeur de 1 500 mètres sous terre, dans des roches datant de 66 millions d’années, l’équipe de Kinsland a découvert un champ de 16 mètres (52 pieds) de haut et 600 mètres (environ 2 000 pieds) de long, de « méga anneaux ».

Les chercheurs soutiennent que les anneaux massifs se sont formés lorsque le tsunami a frappé l’ancien littoral. Lorsque le tsunami a inondé la terre, une partie de l’énergie des vagues a été réfléchie dans la mer, formant des ondulations de sable symétriques sur le fond marin. Ces anneaux massifs sont conservés dans les sédiments en raison de leur formation sous la base de l’érosion due aux ondes de tempête, puis enfouis par des roches d’eau profonde.

le L’étude a été publiée dans Earth and Planetary Science Letters.

READ  Bretagne: le taux d'incidence du covid-19 tombe en dessous du seuil d'alerte - Coronavirus

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer