science

Le climat expliqué : Pourquoi l’Arctique se réchauffe-t-il plus vite que le reste du monde ?

En fait, le L’Antarctique ne s’est pas réchauffé Au cours des sept dernières décennies, malgré l’augmentation constante des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

L’exception est la péninsule Antarctique, qui s’étend au nord jusqu’à l’océan Austral et a été Chauffage plus rapide que tout autre environnement terrestre dans l’hémisphère sud au cours de la seconde moitié du vingtième siècle.

Lire la suite: Si le réchauffement dépasse 2 degrés Celsius, alors la fonte des calottes glaciaires de l’Antarctique pourrait augmenter la surface de la mer de 20 mètres dans les siècles à venir

Les données satellitaires montrent également qu’entre 2002 et 2020, l’Antarctique En moyenne, 149 milliards de tonnes de glace ont été perdues فقدت Chaque année, cela est dû en partie au réchauffement des océans autour du continent.

Les effets du réchauffement de l’Arctique

L’un des effets les plus importants de l’amplification arctique est Affaiblissement des courants-jets d’ouest en est dans l’hémisphère nord. Avec le réchauffement de l’Arctique à un rythme plus rapide que les tropiques, cela se traduit par une atmosphère plus faible composant de pression D’où une vitesse du vent plus faible.

Les liens entre amplification arctique, ralentissement (ou méandre) des courants-jets, hauteurs de blocs Les phénomènes météorologiques extrêmes aux latitudes moyennes à élevées de l’hémisphère nord sont controversés. Une opinion est que Le lien est fort La principale raison du dernier danger canicules estivales Et le vagues froides d’hiver. mais plus Recherche récente Il s’interroge sur la validité de ces liens pour les latitudes moyennes.

READ  symptômes de Covid-19 ou rhume, durée

Ici, nous examinons un plus grand nombre de preuves soutenant la relation entre un réchauffement de l’Arctique et le ralentissement des courants-jets.

Lire la suite: Canicule sibérienne : pourquoi l’Arctique se réchauffe-t-il tellement plus vite que le reste du monde ?

L’Arctique se réchauffe beaucoup plus rapidement que le reste de la planète et la perte de glace réfléchissante contribue de 30 à 50 % au réchauffement de la planète. Cette perte rapide de glace affecte le courant-jet polaire, un chemin d’air intense dans la haute atmosphère qui détermine les conditions météorologiques dans l’hémisphère nord.

Le faible courant-jet serpente et amène le vortex polaire vers le sud, ce qui événements météorologiques extrêmes en Amérique du Nord, en Europe et en Asie.

Alors quelles sont les perspectives d’avenir pour l’Australie et Aotearoa/Nouvelle-Zélande ? Les modèles climatiques mondiaux prédisent de plus fortes hausses de la température de surface dans Le pôle Nord vu du pôle Sud sous le changement climatique. Étant donné que les températures au-dessus de l’Antarctique sont restées stables pendant plus de 70 ans malgré l’augmentation des gaz à effet de serre, nous pouvons nous attendre à peu de changements dans notre région – juste une variabilité naturelle du climat due à d’autres facteurs climatiques tels que El Niño-Oscillation Australe, Le position annulaire sud, et le Océan Indien bipolaire.

Mais avec la continuation des tropiques chaleureux et en expansion, vents d’ouest arctiques.

Intensification récente et emplacement le plus polaire de la ceinture de l’hémisphère sudحزام vent de l’ouest Il a été lié à la sécheresse continentale et aux incendies de forêt, y compris ceux en Australie. Nous pouvons également nous attendre à ce que la force de l’Occident affecte le mélange dans l’océan Austral, ce qui pourrait réduire sa capacité à absorber le dioxyde de carbone et favoriser la fonte océanique des plates-formes glaciaires qui entourent les calottes glaciaires de l’Antarctique occidental.

READ  Les données en millions d'années le confirment : les moussons risquent de s'aggraver

Ces changements, à leur tour, ont des implications de grande envergure pour la circulation océanique mondiale et l’élévation du niveau de la mer.

Steve Turton est professeur adjoint de géographie environnementale à la CQUniversity Australia.

Conversation

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer