Top News

La France, l’Allemagne et l’Ukraine cherchent de nouveaux pourparlers de paix avec la Russie

  • Macron, Schulz et Zelensky se rencontrent à Bruxelles
  • Les dirigeants visent à relancer les négociations à quatre avec la Russie
  • Les dirigeants de cinq pays de l’ex-Union soviétique rejoignent l’Union européenne pour le sommet
  • La Géorgie, l’Ukraine et la Moldavie veulent à terme rejoindre l’Union européenne

BRUXELLES (Reuters) – Les dirigeants de la France, de l’Allemagne et de l’Ukraine ont cherché mercredi à relancer les pourparlers avec la Russie tout en maintenant la pression sur Moscou pour dissuader ce qui, selon l’Occident, pourrait être des préparatifs d’une nouvelle offensive sur le sol ukrainien.

Le bureau de Macron a déclaré que le président français Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le président ukrainien Volodymyr Zelensky se sont rencontrés en marge d’un sommet européen à Bruxelles pour trouver des moyens de relancer les négociations « au format normand » qui incluent également la Russie.

« Les trois dirigeants ont affirmé leur attachement à cette forme de négociations afin de trouver une solution durable au conflit et de préserver la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine », a ajouté son bureau.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

L’Ukraine est actuellement le principal foyer de tension entre la Russie et l’Occident. Les États-Unis affirment que la Russie a massé plus de 100 000 soldats à la frontière ukrainienne, peut-être en prévision d’une invasion. Moscou dit que ses actions sont purement défensives.

« Toute violation de l’intégrité territoriale aura un prix élevé et nous parlerons ici d’une seule voix avec nos partenaires européens et alliés transatlantiques », a déclaré Schultz à Berlin avant de partir pour son premier sommet à Bruxelles en tant que conseiller, ajoutant qu’il cherchait toujours un « dialogue constructif » avec la Russie.

READ  La feuille de triche de l'Atlético de Madrid - Barcelone (1-0): Le pire c'est que le Barça est à sa place

Sur Twitter, le ministère russe des Affaires étrangères a exhorté l’Occident et l’Ukraine à mettre en œuvre les accords de paix de 2014 et 2015 qui incluent l’échange de prisonniers, l’aide et le retrait des armes.

Les relations entre Moscou et Berlin ont atteint un nouveau creux mercredi lorsqu’un tribunal allemand a constaté que la Russie avait ordonné l’assassinat d’un ancien militant tchétchène dans un parc de Berlin, et a condamné l’agent qui a mené l’opération « terreur d’État » de 2019 à la prison à vie. . Lire la suite

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalina Barbock a déclaré que l’Allemagne avait convoqué l’ambassadeur de Russie après la décision et l’avait informé que deux membres du personnel diplomatique de son ambassade seraient expulsés.

Zelensky a déclaré sur Twitter qu’il espérait obtenir le soutien de la France pour contrer « l’agression hybride » de la Russie en Europe tandis que Paris prendrait la présidence tournante de six mois de l’UE en janvier.

Schulz a également invité l’Ukraine et a exprimé le souhait d’approfondir la coopération avec Berlin dans les domaines de l’énergie, de la sécurité et de la défense – une critique voilée des différences entre les pays concernant le gazoduc Nord Stream 2, ainsi que les livraisons d’armes à l’Ukraine.

Objectif d’adhésion à part entière

Après la réunion, l’Ukraine a rejoint la Géorgie et la Moldavie lors du sommet pour faire pression sur l’Union européenne pour leur permettre d’entamer des négociations pour rejoindre le bloc. Mais pour l’instant, ils n’obtiendront que des assurances de soutien contre une éventuelle agression russe.

READ  Le test match entre la France et l'Angleterre a été annulé après la panne de la lampe de poche en seconde période

Le sommet d’une journée du Partenariat oriental à Bruxelles met en évidence le succès limité de l’approche de l’UE envers les six anciennes républiques soviétiques qu’elle accueille, qui sont toutes situées dans ce que la Russie considère comme son arrière-cour où elle a des intérêts de sécurité.

Parmi les six pays, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine sont entrées en conflit territorial avec Moscou. Les dirigeants arméniens et azerbaïdjanais assistent au sommet mais ne cherchent pas à devenir membres de l’UE. Le président biélorusse Alexandre Loukachenko, qui a fait l’objet de sanctions occidentales pour son bilan en matière de droits humains, est resté à l’écart.

« Notre objectif est une adhésion à part entière à l’Union européenne », a déclaré Zelensky après avoir rencontré le président du sommet de l’UE, Charles Michel.

Des extraits du projet de déclaration finale du sommet, vu par Reuters et qui doit être publié plus tard mercredi, montrent que l’UE « reconnaîtra les aspirations européennes et l’option européenne » pour les cinq pays concernés. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

Reportage supplémentaire de Philip Blinkinsop et Johnny Cotton à Bruxelles et Michel Rose à Paris ; Montage par Gareth Jones et Giles Elgood

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer