Top News

La France met fin à l’opération militaire Barkhane en Afrique de l’Ouest

Des soldats français de l’opération Barkhane se tiennent devant un véhicule blindé de transport de troupes lors d’une tempête de sable à Inat, au Mali, le 26 mai 2016. REUTERS/Media Coulibaly

Le président Emmanuel Macron a déclaré jeudi que l’opération de la France pour lutter contre les militants islamistes dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest se terminerait avec des troupes opérant désormais dans le cadre d’un effort international plus large dans la région.

La France, l’ancienne puissance coloniale, a salué quelques succès contre les militants du Sahel ces derniers mois, mais la situation est très fragile et Paris a été frustré sans fin en vue pour ses opérations et ses troubles politiques, notamment au Mali.

“Il est temps de commencer une profonde transformation de notre présence militaire au Sahel”, a déclaré Macron lors d’une conférence de presse, faisant référence à l’opération Barkhane, qui compte quelque 5 100 soldats déployés dans la région.

Cette décision intervient quelques jours après que le colonel de l’armée malienne Asimi Gueta a pris le pouvoir après avoir évincé un deuxième président en neuf mois et suscité des critiques croissantes contre certains gouvernements négociant avec des militants.

Macron plus tôt ce mois-ci a qualifié la décision du Mali de “coup d’État dans un coup d’État” et a temporairement suspendu les opérations conjointes entre les forces françaises et maliennes le 3 juin.

Deux sources ont déclaré jeudi à Reuters que la décision de couper les forces françaises avait été prise lors d’une réunion du Conseil de défense mercredi.

Macron a déclaré que les détails des changements seraient finalisés d’ici la fin juin, après des consultations avec les États-Unis, les pays européens participant à la région et les cinq pays du Sahel, à savoir le Mali, le Niger, le Tchad, le Burkina Faso et la Mauritanie.

READ  Le saint dont le nom est situé à Arras, France

“Beaucoup de nos soldats sont tombés, j’ai une idée pour leurs familles. Nous leur devons de la cohérence et de la clarté”, a déclaré Macron.

Notre objectif souhaité est de réduire nos bases et de réduire les opérations extérieures.”

Quelque 55 soldats français ont été tués dans la région depuis que Paris est intervenu en 2013 pour vaincre les groupes liés à Al-Qaïda qui ont pris des villes et des villages dans le nord du Mali il y a un an.

Macron a déclaré que plusieurs centaines de forces spéciales françaises travailleraient aux côtés d’autres pays européens dans le groupe de travail Takuba combattant des militants dans le Sahel avec les militaires maliens et nigérians.

Il a déclaré que davantage de pays seront nécessaires pour fournir des troupes à cette coalition, y compris les États-Unis, qui n’ont jusqu’à présent fourni qu’un soutien logistique et de renseignement dans la région du Sahel.

D’autres forces françaises interviendront dans le cadre d’opérations d’entraînement et dans le cadre de missions internationales opérant déjà dans la zone.

Macron a déclaré que “la présence permanente des opérations étrangères de la France ne peut remplacer le retour de l’État et des services de l’État, la stabilité politique et la sélection d’États souverains”, notant que malgré des opérations répétées, l’État n’est pas encore revenu dans de nombreux domaines.

Macron a critiqué le récent coup d’État au Mali et a déclaré que le bloc occidental (CEDEAO) avait commis une erreur en le soutenant. Il a déclaré que la France ne pourrait pas continuer à envoyer des soldats à la mort si les gouvernements du Sahel négociaient avec les personnes qu’ils ont tuées.

READ  EN DIRECT - L'Italie assouplit les restrictions anti-Covid dans plusieurs régions

Le dirigeant français a retardé une décision sur les réductions de troupes après un sommet virtuel en février. L’année dernière, Paris a augmenté ses forces au Sahel de 600.

Des militants liés à al-Qaïda et à l’État islamique ont consolidé leur emprise dans toute la région, rendant de vastes étendues de territoire ingouvernées et provoquant des violences ethniques, en particulier au Mali et au Burkina Faso.

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer