Top News

Les législateurs français votent pour supprimer les frais de licence de diffusion télévisée qui financent les diffuseurs

L’Assemblée nationale française a voté samedi pour approuver un projet de loi gouvernemental qui éliminerait les redevances de télévision qui financent près de 85% des budgets annuels des radiodiffuseurs publics français. Il s’agit notamment de France TV, France 24, Arte et Radio France, entre autres.

Le projet de loi a été présenté par le président nouvellement réélu Emmanuel Macron lors de sa campagne dans le cadre de plusieurs mesures visant à « augmenter le pouvoir d’achat des familles françaises ».

Selon les amendements adoptés par l’Assemblée nationale par 170 voix contre 57, la radiodiffusion publique sera désormais financée par une « petite partie » de la taxe sur la valeur ajoutée, qui s’élèvera à 3,7 milliards d’euros (3,8 milliards de dollars), selon le média. RFI.

La redevance, créée il y a 70 ans pour contribuer au financement des radios et télévisions publiques françaises, s’appliquait à chaque foyer possédant un téléviseur et coûte 138 euros par an. Elle rapportait environ 3,2 milliards d’euros et 3,5 milliards d’euros par an et finançait la plupart des services de Radio-TV France (composés de cinq chaînes nationales et de plusieurs chaînes régionales), ainsi que ses grilles de programmes et contenus délégués et emploie environ 110 000 personnes. personnes.

Alors que le montant du financement sur papier restera à peu près le même, la source du financement est au cœur du problème. Beaucoup en France craignent que les radiodiffuseurs ne dépendent désormais d’une subvention gouvernementale des recettes de TVA plutôt que d’une taxe prélevée sur les ménages. Ils craignent également que le montant puisse être réduit en temps de crise économique ou si un candidat d’extrême droite est élu à la présidence. Cela signifie que les radiodiffuseurs pourraient finir par dépendre davantage de la publicité et pourraient également être plus vulnérables aux pressions de personnalités gouvernementales éminentes, selon plusieurs personnalités du secteur.

READ  La belle ville côtière qui ressemble au sud de la France a été surnommée la "Riviera anglaise".

Le 28 juin, des milliers de travailleurs de la radio française se sont mis en grève pour protester contre le projet de loi avant qu’il ne soit présenté au Conseil des ministres le 6 juillet. Des émissions de premier plan comme le journal télévisé du matin « Télématin » n’ont pas diffusé un nouvel épisode pour la première fois depuis trois décennies, avec « Complément d’Enquête » et une foule d’autres.

entretien par diversPlusieurs journalistes protestataires ont déclaré qu’ils craignaient beaucoup que l’abrogation des frais de licence n’affaiblisse leur indépendance éditoriale et ne les mette à la merci du gouvernement.

La décision de supprimer les droits de licence a été soutenue principalement par des politiciens du centre, de la droite et de l’extrême droite, tandis que les politiciens de gauche ont voté contre, arguant qu’elle reflétait les efforts de Macron pour démanteler les radiodiffuseurs publics français. .

Rima Abdel-Malik, récemment nommée ministre de la culture, a déclaré que « ce n’est pas la redevance qui garantit l’indépendance » mais l’organisme connu sous le nom d’Arcom (ex-CSA) qui nomme les responsables des éditeurs.

quand je l’ai rencontré divers Le mois dernier, Tristan Walkes, un journaliste de télévision très respecté pour « Complément d’Enquête », a déclaré que lui et ses collègues journalistes craignaient de devoir « renégocier ce budget tous les ans, ou tous les deux ans », et seraient au miséricorde des gouvernements futurs. .

Beaucoup comme Wallek avaient espéré que le gouvernement envisagerait des mécanismes de financement dans d’autres pays comme la Norvège, où les droits de licence de télévision avaient été remplacés par un impôt sur le revenu des personnes.

READ  «Mes objectifs n'ont pas changé» - Chris Fromm va gagner le Tour de France avec une nouvelle équipe

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer