World

Joe Biden met en garde Vladimir Poutine contre des « sanctions dures » si la Russie envahit à nouveau l’Ukraine

Le président américain Joe Biden a averti le président russe Vladimir Poutine lors d’un appel téléphonique qu’il y aurait « un lourd tribut à payer ». Si la Russie envahissait à nouveau l’Ukraine.

Biden a déclaré qu’il avait « clarifié » que toute nouvelle action militaire du Kremlin entraînerait des « sanctions sévères », mais n’est pas allé jusqu’à dire que Washington le ferait. La réponse à la présence militaire russe continue près de la frontière avec l’Ukraine.

Lire la suite:
* Biden et Poutine tiennent un appel téléphonique au milieu de l’escalade des tensions en Ukraine
* Poutine accuse l’Occident de tensions et exige des garanties de sécurité
* Biden et Poutine restent divisés après des discussions sur les tensions en Ukraine

« Je ne négocierai pas ici en public », a déclaré Biden aux journalistes à Wilmington, Delaware, où il passe le réveillon du Nouvel An. « Mais nous avons clairement indiqué qu’il ne peut pas, je le souligne, qu’il ne peut pas envahir l’Ukraine. »

Après son appel jeudi (vendredi, heure de Nouvelle-Zélande) avec Poutine, Biden prévoit de s’entretenir par téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky dimanche (lundi, heure de Nouvelle-Zélande) au milieu des inquiétudes croissantes concernant le renforcement de l’armée russe près de sa frontière avec l’Ukraine.

Selon un responsable de la Maison Blanche, Biden « réaffirmera le soutien des États-Unis à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine », en prévisualisant l’appel aux journalistes sous couvert d’anonymat conformément aux règles de base fixées par la Maison Blanche.

Le président américain Joe Biden a déclaré aux journalistes à Wilmington, Delaware, qu'il avait averti Vladimir Poutine de ne pas envahir l'Ukraine.

Caroline Custer/AFP

Le président américain Joe Biden a déclaré aux journalistes à Wilmington, Delaware, qu’il avait averti Vladimir Poutine de ne pas envahir l’Ukraine.

Biden devrait également revoir les préparatifs avec Zelensky pour les prochains pourparlers diplomatiques.

De hauts responsables américains et russes se réuniront à Genève les 9 et 10 janvier, avant la réunion et les négociations du Conseil Russie-OTAN du 12 janvier à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe à Vienne le 13 janvier.

Biden a déclaré aux journalistes vendredi (samedi heure néo-zélandaise) qu’avant ces conférences, « Poutine a fait part de certaines de ses préoccupations concernant l’OTAN, les États-Unis et l’Europe, et nous avons clairement exprimé nos préoccupations. Et nous avons dit que nous ‘ Je vais commencer à négocier certains de ces problèmes. Mais j’ai clairement indiqué qu’ils ne peuvent agir que s’il s’agit en fait d’une désescalade, pas d’une escalade de la situation là-bas. »

Le président russe Vladimir Poutine a exigé des garanties de sécurité de l'Occident au milieu d'une accumulation de forces russes près de l'Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine a exigé des garanties de sécurité de l’Occident au milieu d’une accumulation de forces russes près de l’Ukraine.

L’appel avec Zelensky interviendra trois jours après que Biden s’est entretenu avec le président russe pendant près d’une heure à la demande de Poutine, au cours de laquelle les dirigeants ont discuté des répercussions potentielles de la poussée russe.

Biden a déclaré à Poutine que la Russie serait confrontée à des sanctions sans précédent si Moscou menait davantage d’actions militaires à la frontière avec l’Ukraine, car les Russes ont amassé des dizaines de milliers de soldats et déclenché un barrage test d’armes hypersoniques, a déclaré un haut responsable de l’administration aux journalistes après l’appel.

En 2014, la Russie a envahi l’Ukraine et annexé la Crimée.

Poutine a averti que toute nouvelle sanction pourrait conduire à une « rupture complète des relations entre les deux pays », selon l’assistant présidentiel russe en matière de politique étrangère, Youri Ouchakov.

Poutine a réitéré la proposition du Kremlin interdisant à l’Ukraine de rejoindre l’OTAN et excluant toute nouvelle expansion vers l’Est de la coalition militaire dirigée par les États-Unis, ce que la Maison Blanche a rejeté.

Dans un tweet vendredi (samedi NZT), le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a indiqué que les États-Unis et leurs alliés ne se laisseront pas décourager.

Nous avons eu une conversation fructueuse avec la ministre canadienne des Affaires étrangères Melanie Joly au sujet de nos efforts conjoints pour contrer l’agression russe contre l’Ukraine. « Nous travaillerons ensemble pour imposer des conséquences désastreuses et des coûts énormes pour de nouvelles agressions », a écrit Blinken.

READ  La Pologne et la Hongrie se disent prêtes à lever leur veto

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer