World

J’ai vu des vagues d’Australiens voter pour ne pas donner aux peuples autochtones une voix constitutionnelle

La militante indigène Susan Levy se tient près d’une pancarte s’opposant au référendum alors que les Australiens ont voté la semaine dernière. La perspective d’une voix autochtone au Parlement a profondément divisé la minorité autochtone d’Australie ainsi que la société dans son ensemble. (Photo AP/Rod McGuirk)

avis:

Le week-end dernier, il y a eu deux élections qui m’ont beaucoup intéressé. La première a été nos élections générales, qui se sont déroulées comme beaucoup l’espéraient.

Le deuxième événement s’est produit en Australie, où j’étais la semaine dernière. Là-bas, la question locale dominante était le référendum Voice organisé le même jour que notre élection. La première partie de la proposition était de modifier la Constitution australienne afin qu’elle « reconnaisse les premiers peuples d’Australie en créant un organisme appelé Voix des aborigènes et des insulaires du détroit de Torres ».

Il a été rejeté, comme prévu.

Pour ceux qui ne sont pas sûrs du contexte, de nombreux peuples autochtones d’Australie – composés d’aborigènes et d’insulaires de Torres – regardent avec envie le traité de Waitangi de la Nouvelle-Zélande. Cela donne aux Maoris la reconnaissance constitutionnelle de leur appartenance à un peuple autochtone, ce qui leur manque en Australie, m’a dit cette semaine un universitaire autochtone. La Constitution australienne ne mentionne pas les peuples des Premières Nations, sauf pour dire que lorsqu’on compte le nombre d’habitants d’un État pour déterminer le nombre de sièges parlementaires de chaque État, les Autochtones ne devraient pas être pris en compte. Autrement dit, ils ne sont pas considérés comme des citoyens.

READ  Sasho Yuvkov a également bloqué pour la deuxième fois la candidature au poste de président du BNT.

Lorsque le Parlement fédéral a été formé en 1901, on débattait pour savoir qui pouvait voter, car chaque État avait des règles différentes. La Nouvelle-Galles du Sud a autorisé certains hommes aborigènes à voter, et les femmes ont pu voter en Australie-Méridionale et en Australie-Occidentale. Un débat intéressant a porté sur la question de savoir si les Maoris devraient être autorisés à voter. Ils ont discuté de la question car à ce stade, il n’avait pas encore été décidé si la colonie néo-zélandaise rejoindrait et ferait partie du Commonwealth d’Australie. Les politiciens néo-zélandais ont déclaré que s’ils adhèrent, la population maorie sera comptée et qu’ils pourront également voter.

Le débat australien enregistré dans le Hansard a été parfois acrimonieux. Le ministre de l’Intérieur, responsable du projet de loi, a déclaré que tous les peuples autochtones de Nouvelle-Zélande et d’Australie devraient pouvoir voter car il serait injuste de leur refuser le droit de vote dont ils jouissent déjà. Un homme politique de Tasmanie semblait à l’aise avec le vote des Maoris, mais pas avec les peuples autochtones. Sa justification était que « les Aborigènes ne sont pas aussi intelligents que les Maoris. Il n’existe aucune preuve scientifique qu’ils soient humains. »

Finalement, la législation de 1902 a permis aux Maoris vivant dans le Commonwealth d’Australie de voter, mais pas aux aborigènes. Ce n’est qu’en 1967 que tous les peuples autochtones ont pu voter, mais leur statut de peuple autochtone n’a pas été reconnu dans la constitution. C’est ce que le sondage The Voice a cherché à corriger. Cela aurait reconnu leur statut en Australie et leur aurait donné un canal de communication direct avec le gouvernement « pour déposer des plaintes auprès du Parlement et du gouvernement exécutif du Commonwealth sur des questions relatives aux peuples aborigènes et insulaires du détroit de Torres ».

Aujourd’hui, les aborigènes et les insulaires du détroit de Torres constituent un groupe minoritaire représentant 3,8 % de la population australienne, soit un peu moins d’un million de personnes. Ils avaient peu d’influence sur la manière dont les services gouvernementaux étaient fournis. Lorsque les politiciens prétendent dépenser de l’argent pour les services autochtones, ils parlent souvent de l’argent versé aux Australiens blancs pour fournir des services, qu’ils soient utiles ou appropriés ou non.

Anaru Ekiton.  Photo / Fourni
Anaru Ekiton. Photo / Fourni

J’ai regardé certains débats et j’ai remarqué qu’ils ont été une aubaine pour la droite – qui prêche tout le temps l’égalité et accepte les inégalités flagrantes – qui dit que c’est une source de division, ignorant le fait qu’il y a toujours eu deux Australiens, qui appellent à la démocratie, mais semblent préférer le genre de démocratie où les gens votent Deux loups et un mouton sur ce qu’ils mangeront pour le dîner.

La préparation au vote a été frustrante, car elle semblait vouée à l’échec, comme ce fut finalement le cas. Le Premier ministre Anthony Albanese a tenté de donner une tournure positive à la question, mais beaucoup y ont vu un nouveau rejet des peuples autochtones. Refusez de leur permettre une plus grande influence sur leurs propres affaires.

Ce que j’en ai appris, c’est que ce type de référendum crée la division qu’il est censé résoudre et donne de l’énergie à l’extrême droite pour recueillir des voix. En Nouvelle-Zélande, je m’attends à ce qu’ACT observe attentivement et fasse pression de toutes ses forces pour un référendum sur le traité de Waitangi, car il y a des voix à gagner en suscitant davantage de mauvaise volonté.

READ  Où manger, se loger et jouer à Cairns

Quant à l’Australie, ce débat a été douloureux pour de nombreux aborigènes et insulaires du détroit de Torres, et a justifié leur moquerie des valeurs véhiculées par l’Australie blanche. Bien que cela soit considéré comme un revers majeur dans leur quête d’un plus grand contrôle sur les choses qui affectent leur vie, s’il y a un groupe de personnes qui ont fait preuve d’une persévérance incommensurable, c’est bien eux.

Anaru Eketoni est professeur agrégé de travail social et communautaire à l’Université d’Otago et chroniqueur pour l’Otago Daily Times. Cette chronique a été republiée avec autorisation.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer