Top News

La Cour suprême met fin au projet de « chaudière à déchets » à Sofia

La Cour administrative suprême a finalement annulé l'évaluation environnementale émise pour la construction de l'usine d'incinération des déchets de RDF à « Toplofikatsia » – Sofia, mettant ainsi un terme au projet de 292 millions de BGN.

Une étude d'impact environnemental (EIE) a été publiée pour l'installation en 2015 par le chef de l'Inspection régionale de l'environnement et de l'eau. Ainsi, le projet de construction d'une usine de production d'énergie combinée à Sofia utilisant le combustible RDF produit par l'usine de déchets de Sofia a été officiellement lancé.

L'installation devait être construite sur le site de la centrale thermique « Sofia », dans le centre de Sofia, ce qui a suscité des protestations de la part des organisations environnementales, craignant une pollution supplémentaire de l'air sale de Sofia.

Finalement, le groupe environnemental For Earth et plusieurs autres organisations ont attaqué le projet devant les tribunaux.

Après près d'une décennie de litige, le SAC a conclu l'affaire en concluant que l'évaluation environnementale de l'usine avait été publiée sans preuves suffisantes que la technologie était sans danger pour les humains.

« En toute formalité, l'organe administratif a approuvé le rapport d'EIE de manière incomplète et dans des circonstances peu claires concernant l'impact attendu de l'activité de proposition d'investissement sur la santé humaine et son impact sur l'environnement », indique la décision du tribunal.

Au début de l'année dernière, Toplovikatsia Sofia a finalisé la commande de sélection d'une entreprise pour construire l'installation sur le territoire de l'Accord de partenariat transpacifique (Sofia). Même alors, il était clair que la capitale perdait l’argent que l’UE avait approuvé pour l’installation.

READ  La star iranienne des échecs exilée en France salue le "courage" des manifestants

Après le rejet définitif de l'évaluation environnementale, la municipalité métropolitaine devra décider si elle doit recommencer toute la procédure à partir de zéro.

Une fin prometteuse

En juillet 2021, Heating – Sofia a sélectionné un consortium autour de l'entreprise bulgare Mix Construction pour construire l'installation. Parmi eux se trouve la société turque « Osal Energi Inshaat Chevre Teknolojileri Sanayi ve Tirjaret ». Trois sociétés chinoises participent également à la fusion. L'un d'eux était Dongfang Electric.

Everbright (Changzhou) sera responsable de l'équipement technique pour la protection de l'environnement, et China GDE Engineering sera le sous-traitant.

Cependant, les enchères ont été reprises par l'association entourant la société GCR, l'expert nucléaire Bogomil Manchev et son fils Petar Manchev. Finalement, le tribunal a rendu une décision finale selon laquelle le consortium sélectionné ne satisfaisait pas aux exigences du contrat et aurait en fait dû être licencié.

Ainsi, la municipalité de la capitale, propriétaire du projet « Toplovikatsia », a complètement perdu le financement européen pour le projet. Sa valeur s'élève à plus de 177 millions de BGN, et il est clair depuis des mois qu'elle ne pourra pas être entièrement absorbée. Le montant total du projet est d'environ 370 millions de BGN.

La municipalité devra également restituer l'avance du programme européen de 70 millions de BGN déjà transférée en 2018.

Les dirigeants précédents de la municipalité de la capitale avaient promis que Sofia proposerait des projets alternatifs qui seraient financés par des fonds européens, qui ne pourraient plus être utilisés dans l'usine de valorisation énergétique.

La maire de la ville de l'époque, Yordanka Fandakova, avait évoqué la possibilité de construire une liaison ferroviaire vers les cimenteries brûlant actuellement le combustible RDF produit à Sofia, ainsi qu'un projet d'amélioration de l'assemblage séparé.

La municipalité métropolitaine doit trouver une solution pour le combustible RDF produit par l'usine de déchets de Sofia, qui devait être utilisé dans la nouvelle centrale thermique et électrique. Actuellement, il est brûlé dans les cimenteries, mais au fil des années, l'intérêt pour ce combustible a diminué et le combustible doit être stocké.

L'usine de traitement des déchets peut produire jusqu'à 180 000 tonnes de RDF par an, mais en réalité elle n'a pas encore atteint ces quantités, car il n'y a nulle part où le récupérer.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer