sport

Equipe de France: avantage en défense contre le Portugal – Foot – Bleus

Après le festival offensif contre l’Ukraine (7-1), les Bleus ont joué ce dimanche un tout autre score, plus défensif, contre le Portugal (0-0). Alors que Didier Deschamps continue de répartir le temps de jeu entre ses joueurs, tout comme il poursuit ses tests sur les différents systèmes qui leur conviendraient le mieux, les champions du monde, avec leur nouveau diamant 4-4-2, ont laissé très peu de place à l’Européen. champions pour s’exprimer. C’était leur principale satisfaction après la rencontre. «Je m’attendais à ce type de match contre une équipe aussi compacte qui défend bien. Nous l’avons bien fait aussi », a déclaré l’entraîneur satisfait après la réunion.

“Quand on ne sait pas gagner, il faut savoir ne pas perdre, a rappelé pour sa part Benjamin Pavard, pour souligner les performances convaincantes du secteur défensif. C’est ce que nous avons fait, nous avons eu un match solide. “ Pourtant, il y avait un sacré client dans l’équipe adverse, mais Cristiano Ronaldo n’a toujours pas marqué en cinq rencontres contre l’équipe de France. “Cette statistique est agréable, un souri Pavard. Cela signifie que nous avons bien défendu en équipe. Nous savions qu’il aimait être entre le défenseur central et l’arrière latéral. Nous l’avons très bien pris. Nous sommes heureux de ne pas avoir concédé de but, ni de lui ni d’un autre joueur. “

“Presnel Kimpembe a été fort comme le secteur défensif dans son ensemble”

Didier Deschamps, entraîneur de l’équipe de France

Dans la rangée arrière, cependant, un membre s’est mieux comporté, si vous regardez de plus près. Avec neuf balles récupérées, huit dégagements défensifs et surtout une impression d’ensemble d’autorité, que ce soit dans les duels, dans la tête ou dans ses retours de balle, Presnel Kimpembe s’est démarqué de la foule. «Il a toujours eu ces qualités athlétiques, il a ajouté la concentration, J’ai remarqué Deschamps. Tant mieux malgré une petite reprise ratée à la fin. Il était fort comme le secteur défensif dans son ensemble. “

Si Pavard reconnaissait que c’était “Un peu plus compliqué” pour jouer haut dans les couloirs pour les arrières latéraux, afin de ramener l’excès, son entraîneur ne lui en voulait pas, ni son homologue de gauche, Lucas Hernandez, également intéressant: «Nous pouvons toujours faire plus. […] Mais les arrières latéraux ne sont pas là non plus pour éliminer trois ou quatre joueurs et se croiser. Il n’y avait pas de solution pour eux, ils étaient également dans un registre solide. “ Celui qui a fonctionné le mieux.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer