World

Congrès divisé entre le Sénat républicain et la Chambre démocratique

Comme une répétition des élections de mi-mandat en 2018. Les démocrates devraient confirmer leur majorité à la Chambre des représentants. Dans la nuit du mardi 3 au mercredi 4 novembre, les résultats partiels des élections suggèrent une avance au moins équivalente à celle qu’ils détiennent depuis deux ans.

Alors que la majorité est fixée à 218 sièges, les démocrates disposaient jusque-là d’une marge importante, avec 232 sièges contre 198 pour le Parti républicain. Mais la nuit a réservé quelques surprises. Trois républicains en difficulté ont remporté ou conservé leurs sièges en Floride et au Texas. En Géorgie, Marjorie Taylor Greene, qui a défendu les thèses de conspiration de QAnon, a été largement élue (près de 75% des voix). En Caroline du Nord, la républicaine Madison Cawthorn a également gagné. Ce jeune homme paraplégique, tenant une ligne radicale, devient à 25 ans le plus jeune de la Chambre des représentants, conservant le siège du chef de cabinet de Donald Trump, Mark Meadows. Dans cet état, cependant, les démocrates ont remporté deux sièges. Mais ils enregistrent des revers en Ohio ou en Illinois, où ils pensaient évincer les candidats républicains sortants.

Lire aussi Duel serré et tendu entre Joe Biden et Donald Trump: suivez les résultats des élections américaines 2020 en direct

Pour cette élection, les démocrates ont bénéficié d’un nombre relativement restreint d’élus (neuf) qui ne se sont pas présentés à la réélection. Du côté républicain, 26 étaient dans ce cas, tandis que le statut de titulaire est considéré comme un atout dans une assemblée qui est entièrement sujette à réélection tous les deux ans.

READ  Philippe de Belgique: rencontre surprise du roi avec sa demi-sœur Delphine Boël

Deuxième tour en Géorgie

En 2018, les démocrates élus, dont de nombreuses femmes et personnes issues de minorités, ont remporté 40 sièges auparavant détenus par des républicains. Les gains ont été particulièrement marqués dans les banlieues des grandes villes, y compris dans les États traditionnellement conservateurs. Les électeurs qualifiés avaient fait la différence, abandonnant les candidats républicains. L’un de ces nouveaux élus a souffert d’une concurrence étroite avec son adversaire républicain. En Floride, Debbie Mucarsel-Powell, qui était la première Américaine équatorienne au Congrès, a été battue par le républicain Carlos Gimenez.

La stabilité pourrait également prévaloir au Sénat où les républicains étaient dotés à la veille du 3 novembre d’une courte majorité de trois sièges. Une demi-douzaine de sortants étaient aux prises avec des opposants démocrates. Ces courses les plus serrées impliquaient l’Arizona, le Colorado, le Maine, la Caroline du Nord, la Géorgie, l’Iowa et même le Montana. Dans les deux premiers, Martha McSally et Cory Gardner ont été laissés pour compte. Dans les deux suivants, Susan Collins et Thom Tillis ont plutôt conservé leurs chances de réélection en fonction des premiers résultats, tout comme Joni Ernst dans l’Iowa. Comme prévu, le Parti démocrate a perdu un siège en Alabama, un bastion républicain où un candidat conservateur controversé n’avait pas réussi à conserver un siège vacant.

Vous avez 27,34% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer