Economy

Carlos Ghosn, bloqué à Beyrouth, se dit prêt pour les enquêteurs français

BEYROUTH – Carlos Ghosn, l’ancien dirigeant de l’automobile en fuite, s’est dit satisfait de sa vie au Liban et prêt pour son prochain défi – traitant avec une équipe d’enquêteurs français qui prévoient de l’interroger la semaine prochaine sur les paiements qu’il a effectués à la tête de Renault SA.

Fin 2019, M. Ghosn a échappé à son procès au Japon pour des allégations d’inconduite financière à la tête de Nissan Motor Corporation en fuyant le pays dans une boîte de vitesses de fête. Il a déclaré dans un entretien qu’il se préparait à une rencontre volontaire avec les enquêteurs français à travers des séances qui ont duré des heures avec son avocat.

«J’avais hâte d’y être», a-t-il déclaré depuis un fauteuil vintage dans un hôtel de charme ici. “Je souhaite qu’ils viennent beaucoup plus tôt.”

Nissan ne communique pas les revenus de Ghosn au Japon: rapports

Alors que le centre de gravité du risque juridique de M. Ghosn se déplace du Japon vers la France, l’homme de 67 ans nie les actes répréhensibles dans les deux endroits. Il dit également ne pas regretter l’année et demie qu’il a passée coincé dans sa maison d’enfance au Liban. En plus de travailler sur ses défenses juridiques, M. Ghosn passe une journée par semaine à organiser un cours de commerce dans une université locale. Il se promène avec ses amis dans les montagnes autour de Beyrouth et joue en ligne.

M. Ghosn a longtemps déclaré qu’il avait fui le Japon parce qu’il ne croyait pas pouvoir y obtenir un procès équitable après son arrestation en 2018. Maintenant, il dit qu’il n’est plus sûr qu’il obtiendra un procès équitable en France non plus. Les autorités françaises ont saisi des millions de dollars d’actifs en la possession de M. Ghosn et de son épouse, au cours de l’enquête.

Concernant le traitement de la justice française, il a dit: «Je verrai». “Je jugerai les faits.” Il décrit la décision de la France de geler ses avoirs comme un moyen «d’affaiblir ma défense». Les autorités françaises affirment que les saisies sont conformes aux allégations sur lesquelles elles enquêtent.

L’évasion de M. Ghosn a annulé un procès prévu à Tokyo, où il a été accusé d’avoir abusé de sa position de chef de Nissan à des fins personnelles et de complot pour cacher une partie de son indemnisation différée, des accusations qu’il nie.

Le Liban n’extrade pas ses citoyens, le procès reste donc en suspens. Mais la vague d’autres actions en justice qu’elle a engendrées dans le monde devient de plus en plus fréquente. La France enquête pour savoir si M. Ghosn a abusé de sa position de PDG de Renault lorsqu’il a organisé deux soirées sur le terrain du château de Versailles, l’ancien palais majestueux du roi Louis XIV.

Il cherche également à savoir si M. Ghosn a transféré des millions de dollars de fonds d’entreprise via un distributeur de voitures Nissan et Renault à Oman et aux entreprises qu’il contrôle. Nissan et Renault construisent des voitures dans le cadre d’une coalition que M. Ghosn a dirigée jusqu’à son arrestation.

Ghosn se bat pour les documents intérieurs de Nissan et Mitsubishi devant le tribunal néerlandais

M. Ghosn a nié tout acte répréhensible lié aux partis de Versailles, affirmant qu’il s’agissait d’un problème de relations publiques et non juridique. Il a déclaré que les paiements au distributeur omanais étaient des incitations légitimes.

Pendant ce temps, aux Pays-Bas, un tribunal a ordonné la semaine dernière à M. Ghosn de payer environ 6 millions de dollars du salaire qu’il avait payé par une joint-venture à Amsterdam entre Nissan et Mitsubishi Motors, une autre société de l’alliance. Le tribunal a jugé que le salaire n’était pas justifié. M. Ghosn – qui a lancé la procédure – dit qu’il va reprendre et qu’il doit de l’argent.

Au total, les avocats de Ghosn affirment qu’il fait face à plus d’une vingtaine d’affaires ou d’enquêtes judiciaires découlant des allégations du Japon, de son départ de Nissan et de Renault, ainsi que de son évasion ultérieure du Japon. M. Ghosn ne peut pas quitter le Liban. INTERPOL a publié une soi-disant notice rouge, alertant la police et les agents de contrôle aux frontières du monde entier que le Japon est recherché. Les autorités ici détiennent son passeport libanais.

READ  Netflix France a commencé aujourd'hui à tester discrètement "une chaîne de télévision en direct" avec certains de ses abonnés et sera accessible à tous à partir de décembre

Ghosn, qui possède également la double nationalité française et brésilienne, menait autrefois un style de vie volant. Il était un habitué de la retraite annuelle de montagne pour les cadres et les dirigeants mondiaux à Davos, en Suisse. Il a beaucoup voyagé entre les maisons au Brésil, en France et au Japon, ainsi que dans les opérations de Renault et de Nissan à travers le monde.

Dans l’interview, il a déclaré qu’il ne regrettait pas de fuir le Japon et d’abandonner tout cela.

«J’ai perdu mon autre vie, mais j’ai gagné ma liberté», a déclaré M. Ghosn. Il a déclaré que la liberté méritait des conséquences juridiques et financières, étant donné qu’il faisait face à un procès qui aurait pu durer des années et à des accusations de prison qui auraient pu prolonger le reste de sa vie.

Il a dit: «J’allais mourir au Japon». “J’ai fini.” Le Japon a déclaré qu’il aurait bénéficié d’un procès équitable s’il était resté.

Fichier – Le 10 janvier 2020, photo d’archive, l’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, s’adresse aux médias japonais lors d’une interview à Beyrouth, au Liban. Les procureurs ont soumis des documents le mardi 7 juillet 2020, détaillant les virements électroniques que Ghosn a effectués à une société associée.

Trois autres anciens associés de Ghosn font face à des accusations résultant de son arrestation et de son évasion. Le procès de deux Américains accusés d’avoir orchestré l’évasion étonnante de M. Ghosn commence le mois prochain. Son ancien assistant de Nissan, Greg Kelly, est jugé pour avoir aidé M. Ghosn à dissimuler une indemnisation. M. Kelly combat les accusations.

“Je regarde ce pauvre Greg Kelly, pourri au Japon”, a déclaré M. Ghosn. Il dit que M. Kelly fait l’objet de poursuites inéquitables et cite son cas de longue date comme une autre raison justifiant sa décision de fuir.

M. Ghosn se rend au bureau de son avocat deux fois par semaine. Il y entretient une petite pièce modeste, donnant sur une école, alors qu’il passe des conférences téléphoniques avec ses avocats partout dans le monde.

READ  Axa entend recapitaliser sa filiale XL à hauteur d'un milliard d'euros

Escape Challenge Carlos Goosen: Yamaha met en garde contre la dissimulation dans des boîtiers matériels

L’enquête française a été au centre des préoccupations ces derniers temps. Serge Tournier, qui a débuté sa carrière dans le crime organisé en Corse, mène cette enquête. L’une des enquêtes récentes de M. Tournier a conduit à une peine de cinq ans de prison pour l’ancien Premier ministre français François Fillon, qui a été reconnu coupable de faute financière. M. Fion a fait appel.

Il a également été impliqué dans une affaire qui a conduit à une condamnation de plusieurs milliards de dollars et à une amende contre la banque suisse UBS GROUP AG pour fraude fiscale. La banque avait alors annoncé qu’elle reprendrait.

Ghosn a déclaré que son équipe juridique française, dirigée par Jean Tamalette du cabinet de chaussures blanches King & Spalding LLP à Atlanta et l’éminent avocat parisien Jean-Yves Le Bourgogne, avait travaillé avec lui pendant des séances de cinq heures avant la visite.

Pendant ce temps, les autorités françaises ont gelé un appartement parisien de 7 millions de dollars appartenant à sa femme, une maison tentaculaire à l’extérieur de la capitale que M. Ghosn possède avec son ex-femme, et plus de 10 millions d’euros, soit environ 12,2 millions de dollars, sur un compte bancaire. . Au Luxembourg qui détient des parts dans Renault et le service public français Engie SA.

Cliquez ici pour en savoir plus sur FOX BUSINESS

Ces actifs ne seront pas libérés tant que les enquêtes françaises ne seront pas résolues. Les autorités françaises ont permis à M. Ghosn de continuer à retirer sa pension financée par l’État, qui est d’environ 7 000 euros, soit environ 8 500 dollars par mois.

Une autre affaire judiciaire se déroule plus près de chez nous. Ghosn se bat ici pour séjourner dans un palais historique de Rose qui a été acheté et restauré avec l’argent d’avril. Ghosn, qui vit chez lui depuis son arrivée au Liban, dit qu’on lui l’a promis dans le cadre de son programme de retraite. Nissan dit être le propriétaire légitime de la propriété et le constructeur automobile tente d’expulser M. Ghosn.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer