Economy

BlackRock exclusif lève 673 millions de dollars pour un fonds d’infrastructure axé sur le climat

Des gens devant un showroom hébergeant BlackRock à Davos, en Suisse, le 22 janvier 2020. REUTERS/Arnd Wegmann

  • Le partenariat pour le financement du climat dépasse l’objectif de 500 millions de dollars
  • La France, l’Allemagne et le Japon investissent dans un nouveau fonds
  • Investir dans les marchés émergents est un enjeu clé dans les discussions sur le climat de la COP26

Glasgow/Boston (Reuters) – BlackRock (BLK.N) a déclaré à Reuters avoir levé 673 millions de dollars pour un fonds d’infrastructure soutenu par les gouvernements français, allemand et japonais afin d’investir dans des projets axés sur le climat tels que les énergies renouvelables dans les marchés émergents.

Le plus grand directeur financier du monde espère que le fonds, qui sera annoncé mardi et appelé Partenariat pour le financement du climat, montrera comment mobiliser des capitaux privés dans les pays en développement pour lutter contre le changement climatique, un point de friction dans les pourparlers en cours des Nations Unies sur le climat à Glasgow. Lire la suite Les investisseurs ont hésité à investir dans des projets risqués sans plus de certitude qu’ils obtiendront un retour.

Les banques de développement publiques de France, d’Allemagne et du Japon et des organisations caritatives telles que le Grantham Environmental Trust et la Fondation Quadrivium fournissent 20 % du capital du fonds et ont accepté de prendre les pertes avant les autres investisseurs.

Alors qu’un certain nombre de fonds d’énergie renouvelable totalisant des milliards de dollars ont été levés au cours de l’année écoulée pour aider à construire des projets solaires, éoliens et autres, la majeure partie a été dépensée dans des pays riches offrant aux investisseurs moins de risques.

READ  Le Canada imposera le vaccin Covid aux fonctionnaires

BlackRock a déclaré que les économies émergentes, y compris les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, auront besoin d’environ 1 000 milliards de dollars par an jusqu’en 2050 pour les aider à passer à une économie à faible émission de carbone. En 2020, seulement 150 milliards de dollars ont été investis, hors Chine.

BlackRock et d’autres bailleurs de fonds tentent de recueillir davantage de soutien pour de telles initiatives axées sur les marchés émergents lors de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 à Glasgow. Le nouveau fonds pourrait aider les pays développés à atteindre l’objectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an pour aider les pays pauvres à lutter contre le changement climatique. Lire la suite

Parmi les 22 bailleurs de fonds du fonds figurent l’énergéticien français TotalEnergies (TTEF.PA) et des investisseurs institutionnels dont AXA (AXAF.PA) et Dai-ichi Life Insurance. BlackRock a déclaré que le fonds avait largement dépassé son objectif de collecte de fonds de 500 millions de dollars.

« Ce partenariat est la preuve que les gouvernements, les organisations philanthropiques et les investisseurs institutionnels peuvent s’unir pour mobiliser des capitaux à grande échelle sur les marchés émergents, qui sont les plus vulnérables à l’impact du changement climatique », a déclaré Larry Fink, PDG de BlackRock, dans un communiqué. Fink a déjà appelé à lier les financements publics et privés pour lutter contre le changement climatique.

Le fonds a une période de blocage typique de 10 ans avec une période d’investissement de cinq ans, et l’investissement moyen en actions devrait se situer entre 25 et 75 millions de dollars, a déclaré David Giordano, responsable mondial des énergies renouvelables chez BlackRock Alternative Investors. Reuters.

READ  Le PDG de SocGen s'attend à ce que la croissance des bénéfices en 2022 soit plus modérée

« L’une des principales choses dont nous avons parlé avec nos partenaires en 2018, lorsque nous avons commencé dans cette voie, était vraiment de proposer quelque chose de simple mais qui donnait ce sentiment d’absence de risque sur les marchés émergents », a déclaré Giordano.

Giordano a déclaré que le Kenya, le Maroc et l’Égypte étaient tous attrayants pour les investissements, tout comme le Pérou et le Vietnam, où le gouvernement était « vraiment engagé » dans la transition énergétique.

Edwin Conway, responsable mondial de BlackRock for Alternative Investors, a déclaré que les énergies renouvelables dans les pays non membres de l’OCDE devraient représenter 49 % de la capacité énergétique mondiale d’ici 2050.

« Maintenant, c’est énorme … Je pense que nous parlons de décennies, en termes d’opportunités à venir », a déclaré Conway.

(Cette histoire a corrigé le paragraphe 6 pour montrer les chiffres sur les économies d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine et à l’exclusion de la Chine)

Reportage supplémentaire de Simon Jessup à Glasgow et Ross Kerber à Boston. Montage par Matthew Lewis

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer