Economy

Shakespeare : pourquoi le public anglais a le plus de mal avec Shakespeare

Tout le monde est théâtre mais l’ironie est que le reste du monde est souvent plus facile à comprendre que les anglophones.

Grâce à des traductions constamment mises à jour qui s’affranchissent de la langue de l’Ancienne Renaissance, le public étranger suit souvent facilement Bard.

Prenez, par exemple, « King Lear », la nouvelle édition qui a ouvert à la Comédie Française à Paris la semaine dernière.

Dans la scène d’ouverture originale, le comte de Kent réagit au bannissement en disant: « Seth est la façon dont vous allez apparaître, la liberté vit d’ici, l’exil est ici. »

La nouvelle version française se traduit par « Puisque c’est ainsi que vous voulez apparaître, la liberté est ailleurs et l’exil est ici » – une phrase beaucoup plus simple pour des oreilles modernes.

« Retour aux histoires de recommandation



Olivier Cadiot, qui a écrit la nouvelle traduction, a déclaré que son travail était « comme enlever le vernis d’une image pour créer quelque chose de plus moderne – pas quelque chose de collant et de moderne, mais le décaper un peu pour le rendre plus vivant ».

Il a déclaré à l’AFP qu’il visait principalement « la fluidité et la précision », mais qu’il n’avait pas pu résister à des moments hilarants occasionnels, comme la traduction de la célèbre phrase « chaque pouce est roi » en « total royal ».

Le danger est réel

En anglais, un tel jeu avec Bard serait considéré comme sacrilège par beaucoup.

Il y a eu des cris de protestation lorsque la Oregon Shakespeare Company a entrepris de traduire ses œuvres en anglais contemporain en 2015 (« Le danger pour Shakespeare est réel », a tonné une pétition).

READ  Le drôle de défi de voyage de SA doit être résolu

Mais cela laisse de nombreux amateurs de théâtre ordinaires incapables de comprendre le dramaturge le plus accompli au monde.

« Le public anglais est désavantagé car la langue a évolué et est devenue de plus en plus distante. Ils ont besoin des notes de bas de page, des accessoires et de l’étape pour comprendre », a déclaré Alexa Alice Gubin, spécialiste de Shakespeare à l’Université George Washington.

En fait, une étude réalisée en 2016 par le British Council et YouGov a révélé que Shakespeare était considéré comme plus important dans de nombreux pays non anglophones que chez nous.

Dans l’ensemble, 36 % des répondants britanniques ont déclaré ne pas comprendre Shakespeare, contre 25 % ailleurs.

« La mort dans la vigne »

Ceci est important car un langage difficile peut masquer des discussions importantes et pertinentes dans son travail sur des questions telles que la race, la hiérarchie sociale et la légitimité des dirigeants, a déclaré Robin Espinosa, un expert froid à l’Arizona State University.

« Il y a beaucoup d’importance culturelle », a-t-il déclaré. « Mais la langue est si complexe que beaucoup de temps est perdu pour les gens.

« Si nous devions le traiter comme sacré et le laisser intact, ce serait une collection de travail mourant sur la vigne. »

Les autres pays n’ont pas ce problème.

En Allemagne et en France, les célèbres copies de Goethe et du fils de Victor Hugo, François Victor, sont toujours utilisées, mais des traductions modernes paraissent régulièrement.

Il en va de même au Japon, où des versions plus anciennes (telles que la vie du marchand de Venise aussi fragile que les fleurs de cerisier du Biz du XIXe siècle) utilisaient le vieux japonais pour refléter le style de Shakespeare, mais il a été dissous plusieurs fois depuis lors.

READ  Le Premier ministre Modi et le français Macron discutent de commerce et d'économie au sommet du G7

esprit fébrile
Certains disent que beaucoup a été perdu dans la mise à jour.

Le chercheur James Shapiro a soutenu dans le New York Times que l’émotion fait partie intégrante du caractère musical des mots. Il a dit que les sermons de Macbeth étaient « intentionnellement difficiles; Shakespeare captivait un esprit frénétique au travail ».

Mais d’autres soutiennent que la popularité universelle de Shakespeare montre que les pièces sont tout aussi puissantes sans les paroles originales.

« Il y a quelque chose d’inné dans la caractérisation et la façon dont les histoires sont racontées et c’est tellement créatif et unique », a déclaré Gubin.

Elle a dit que « Roméo et Juliette » est très populaire, non seulement pour la langue, mais à un rythme rapide – la tragédie se produit rarement.

Gubin pensait que Shakespeare lui-même aurait approuvé les versions mises à jour.

« Quelqu’un avec une telle créativité – je doute sérieusement qu’il dise que vous ne pouvez pas mettre à jour mes pièces », a-t-elle déclaré. « Il a lui-même modernisé la langue anglaise de la Renaissance. »

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer