Economy

Weidmann brandit un drapeau de faucon blanc

Le difficile processus de constitution d’alliances en Allemagne a acquis une nouvelle complexité après Annonce de la démission de Jens Weidmann Peu de temps avant que la Banque centrale européenne ne prenne des décisions de grande envergure sur sa politique monétaire expansionniste. Le départ du chef de la Bundesbank, chef officieux des « faucons » au conseil d’administration de la BCE depuis plus de 10 ans, est prévu pour le 31 décembre. La résolution consacre les politiques expansionnistes comme la position privilégiée de la Banque centrale européenne dans un avenir prévisible.

Le moment, qui coïncide avec le départ de son ancien patron, la chancelière Angela Merkel, ouvrira les décisions sur la succession de la Bundesbank à une rupture potentielle entre les partenaires de la coalition du chancelier potentiel Olaf Schulz. L’actuel ministre des Finances social-démocrate essaie de former un nouveau gouvernement avant Noël. Il s’agirait du premier gouvernement dirigé par les sociaux-démocrates depuis 2005, marquant une rupture décisive par rapport aux 16 années de règne des démocrates-chrétiens conservateurs de Merkel, au cours des huit dernières années en coalition avec le SPD.

Bien que son retrait soit politiquement controversé en Allemagne, un responsable chevronné de la BCE a déclaré qu’il s’agissait d’une manière « élégante » d’annoncer un nouveau chapitre dans les relations entre la BCE et la Bundesbank.

Le successeur de Weidmann sera probablement Claudia Buch, l’humble professeur d’économie qui est son adjointe depuis 2014. Sa promotion s’alignera sur la campagne de Schulz pour amener plus de femmes dans les emplois économiques de première ligne. Cependant, d’autres dirigeants du SPD pourraient préférer une option politique de haut niveau, comme Marcel Fratzcher, un ancien responsable respecté de la BCE qui dirige l’institut de recherche économique allemand de centre-gauche DIW. Jörg Cokes, secrétaire d’État au ministère des Finances de Schulz et ancien banquier de Goldman Sachs, serait un autre candidat de premier plan.

En outre, le FDP et les Verts, partenaires potentiels de la prétendue coalition des « feux de circulation » de Schulz, voudraient influencer la sélection à la fois du successeur de Weidmann et d’un nouveau membre potentiel du conseil d’administration de la Bundesbank si le poste était pourvu au sein de cet organe. .

READ  Le PDG de SNC-Lavalin annule la prise de parole en anglais alors que le débat linguistique fait rage au Québec

La sortie de Weidmann attire l’attention en Allemagne et à l’étranger sur l’antipathie croissante entre les politiques de la Banque centrale européenne sur l’assouplissement monétaire quasi permanent et la position plus belliciste généralement favorisée par la Bundesbank et l’opinion économique allemande conservatrice.

Selon un Bundesbanker de longue date qui connaît bien Weidmann, « le moment de la décision est surprenant, mais la décision elle-même ne l’est pas. Il n’a pas caché son opposition à la politique expansionniste de la Banque centrale européenne. À long terme, il était impossible de maintenir cette position. Il part en même temps avec Merkel. C’est une décision politique. Cela se produit à un moment où l’Allemagne connaît une inflation de 5% tirée par un excédent monétaire massif.

Il sait à quel point le président de la Bundesbank et l’Allemagne elle-même ont peu d’influence sur les décisions prises par la majorité du conseil de la BCE. La prise de décision est fortement impulsée par l’Italie et la France.

La décision de Weidmann de démissionner seulement deux ans et demi après son deuxième mandat de huit ans fait de lui le cinquième membre consécutif de l’organe directeur de la Banque centrale européenne à démissionner avant la fin de son mandat. Weidmann était auparavant le conseiller économique en chef de Merkel auprès de la chancellerie allemande. Sa décision ressemble un peu aux démissions du président de la Bundesbank Axel Weber et de l’économiste en chef de la BCE Jürgen Stark en 2011 pour protester contre les politiques d’assouplissement de la BCE visant notamment à vendre les membres les plus faibles de l’union monétaire. Weber (président d’UBS) et Stark se sont récemment montrés très critiques à l’égard de la position accommodante de la BCE.

La Bundesbank affirme que l’annonce du 20 octobre reflète l’intérêt de longue date de Weidmann, 53 ans, pour son futur cheminement de carrière. Cela intervient après qu’il n’a pas réussi à succéder à Mario Draghi à la présidence de la BCE en novembre 2019. L’annonce officielle a salué « l’atmosphère ouverte et constructive » à la BCE sous Christine Lagarde, la nouvelle présidente, « dans les discussions parfois difficiles des dernières années ». .

READ  Il semble que le différend entre les États-Unis et la France ait commencé à bouillir après l'appel de Biden et Macron

La frustration de Weidmann face à son appartenance permanente à une « minorité structurelle » au conseil d’administration de la BCE a été un facteur majeur à l’origine de cette décision. Au cours des épisodes d’opposition aux politiques de la BCE, Weidmann s’est brouillé avec le président français Emmanuel Macron et Draghi, l’actuel Premier ministre italien. Aussi frustrant que fût ce rôle, il n’en était pas moins indispensable : sa volonté d’endosser des points de vue bellicistes tout en jouant dans les coulisses était importante pour légitimer les processus décisionnels de la politique monétaire européenne.

La Bundesbank est devenue progressivement indépendante pour prolonger au-delà de mars 2022 le programme d’achat d’urgence en cas de pandémie de 1,85 billion d’euros de la Banque centrale européenne pour acheter des obligations d’État, par décision prévue le 16 décembre. Bien que les achats mensuels d’obligations PEPP soient en baisse de 5 milliards d’euros par mois contre 80 milliards d’euros plus tôt cet été, c’est loin de la réduction plus marquée favorisée par Weidmann et d’autres partisans du resserrement du Conseil de la BCE.

Le timing pourrait déclencher une rupture entre les Verts et le Parti libre-démocrate, qui font des réclamations concurrentes au Trésor. Selon la Bundesbank de longue date, « si un nouveau ministre des Finances vient du FDP, le parti voudra participer à la décision. [Christian] Lindner [FDP leader and possible finance minister] Il sera la deuxième personne la plus importante impliquée dans la prise de décision après Schulz.

Parmi les autres femmes préférées qui pourraient occuper un emploi à la Bundesbank ou un poste au conseil d’administration de la banque figurent Isabelle Schnabel, membre du directoire de la BCE, et Bettina Stark Watzinger et Katja Hessl, toutes deux membres du Parti démocrate fédéral du Bundestag, et de la anciens et actuels présidents de la commission des finances du Bundestag. Un autre candidat potentiel serait Sabine Moderer, membre du SPD du conseil d’administration de la banque en charge de la finance durable.

READ  Gazprom a multiplié par 1,5 les exportations de gaz vers la France depuis le début de l'année - Affaires et économie

Des membres allemands du conseil d’administration ont vécu des expériences similaires. Le successeur immédiat de Stark au Conseil des gouverneurs de la BCE, Jörg Asmussen, largement considéré comme un allié de Draghi dans la poursuite de l’assouplissement monétaire, a démissionné en décembre 2013 – moins de deux ans après le début de son mandat – pour occuper le poste de vice-ministre du Travail dans le troisième gouvernement de Merkel. . En septembre 2019, le successeur d’Asmussen au conseil d’administration de la Banque centrale européenne, Sabine Lautenschlager, a brusquement quitté son poste en référence à un contrecoup à un nouveau cycle d’assouplissement de la politique monétaire annoncé quelques semaines plus tôt. Le nouveau train de mesures, qui comprenait une baisse des taux ainsi que la reprise des achats d’actifs à un moment de faible inflation prolongée, a ouvert des divisions sans précédent au sein du conseil des gouverneurs de la BCE.

Neuf des 25 membres du conseil étaient contre l’accord. Les banquiers centraux de France, d’Allemagne, des Pays-Bas et d’Autriche se sont prononcés contre ces mesures, sapant la cohésion de la Banque centrale européenne. À l’époque, Weidmann avait déclaré que les nouvelles mesures « dépassaient la barre » et étaient disproportionnées par rapport à l’environnement économique de la zone euro. Lautenschlager a récemment terminé son mandat de vice-présidente du mécanisme de surveillance unique de la Banque centrale européenne. Elle a été remplacée au Conseil des gouverneurs de la BCE par Isabelle Schnabel, qui est considérée comme plus proche à la fois de Draghi et de son successeur Lagarde.

Le départ de Weidmann intervient alors que François Villeroy de Gallo, gouverneur de la Banque de France, approche de la fin de son mandat. Alors que ce dernier devrait se réinitialiser, les ouvertures potentielles à la tête des deux banques centrales nationales les plus solides créeront une incertitude importante dans la structure globale de financement en Europe.

David Marsh est le président du conseil d’administration de l’OMFIF. Pierre Ortepe est titulaire de la chaire d’analyse des politiques à l’Institut de politique économique et monétaire de l’OMFIF.

Source de l’image : Frank Rampenhorst

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer