Economy

Universal Music IPO a une note unique

La plus grande compagnie de musique du monde commence enfin à opérer en solo, mais pas à la place habituelle.

Samedi, le propriétaire de la société française Universal Music Group Vivendi a annoncé qu’il lancerait et listerait son activité musicale aux Pays-Bas plus tard cette année. L’idée du label travaillant avec Lady Gaga et Taylor Swift a déjà été lancée publiquement en 2022. Le fort appétit des investisseurs pour les actifs musicaux depuis le début de la pandémie pourrait expliquer l’accélération du calendrier. La nouvelle a fait grimper le cours de l’action Vivendi d’un cinquième lundi.

Une fois la sous-candidature terminée, la société française dirigée par le milliardaire Vincent Bolloré détiendra toujours un cinquième d’Universal. Le géant chinois de la technologie Tencent détiendra 20% après avoir récemment exercé une option pour augmenter sa participation dans le géant de la musique de 30 milliards d’euros – soit 36 ​​milliards de dollars -. Les 60% restants seront cédés aux investisseurs de Vivendi dans le cadre d’une distribution privée.

Depuis des années, les actionnaires font pression pour que le mouvement soit un moyen de libérer de la valeur dans le secteur de la musique. L’action Vivendi se négocie avec une décote moyenne d’environ 10% par rapport à la somme de la valorisation des pièces depuis fin 2017, selon les analystes de Barclays. Bientôt, les investisseurs pourront faire des affaires directement avec Universal au lieu de devoir acheter des actions dans le conglomérat français tentaculaire.

Bien que les organisateurs de concerts en direct aient connu des difficultés pendant la pandémie, les services de streaming en ont profité car les consommateurs passent plus de temps à écouter de la musique. Spotify a augmenté le nombre d’utilisateurs actifs mensuels à 345 millions au quatrième trimestre 2020, une augmentation de 27% par rapport à la même période l’année précédente. En conséquence, les grandes maisons de disques comme Universal et Warner récoltent plus de redevances sur les plateformes de musique numérique. Au troisième trimestre, le flux de revenus d’Universal a augmenté de 23%, la croissance la plus rapide enregistrée depuis début 2019.

READ  Le chef français Darouz attribue la féminité aux cinq étoiles Michelin

Il n’y a toujours pas beaucoup d’informations sur la valorisation d’Universal à part au moins 30 milliards d’euros. La demande devrait cependant être forte: depuis sa cotation l’été dernier, la valeur marchande du plus petit concurrent Warner Music Group a augmenté de 27% pour atteindre 19 milliards de dollars. Universal peut valoir la peine d’être négocié avec une prime pour Warner en raison de sa taille plus grande et de ses marges bénéficiaires plus élevées.

Mais l’emplacement peut être un obstacle. Contrairement à Spotify et Warner Music, concurrents qui ont choisi de s’inscrire à New York, Universal a plutôt choisi Amsterdam. Vivendi a déclaré que les Pays-Bas avaient gagné parce que c’était “une maison historique pour UMG”, bien que l’entreprise soit située aux États-Unis, et qu’un autre attrait est que les lois néerlandaises sur la gouvernance d’entreprise offrent de solides protections contre les rachats.

Cela ne suffira pas à freiner les investisseurs, mais les raisons de faire ses débuts à Amsterdam plutôt qu’à New York valent la peine d’être étudiées.

Cette histoire a été publiée à partir du fil de l’agence de presse sans modifications de texte.

participation à Bulletins de menthe poivrée

* Entrez une adresse e-mail disponible

* Merci de vous être abonné à la newsletter.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer