Economy

Une unité de Vinci face à un juge français le 9 novembre en raison des conditions de travail au Qatar

PARIS (Reuters) – Le groupe français de BTP Vinci (SGEF.PA) Il a déclaré lundi que l’une de ses unités ferait face à un juge d’instruction à Paris mercredi pour répondre aux accusations de violation des droits des travailleurs migrants aidant à construire des stades pour la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Yenchi a nié à plusieurs reprises les allégations du groupe de défense des droits de l’homme basé à Paris Sherpa qui, en 2015, a déposé une plainte devant un tribunal de Nanterre, en banlieue parisienne, contre la division des grands projets de construction de Vinci et les directeurs de son unité nationale QDVC détenue à 49%. Travail forcé et maintien des personnes en servitude.

Cette plainte a été rejetée en janvier 2018.

En mars 2019, Sherpas et une autre ONG, le Comité contre l’esclavage moderne (CCEM), ainsi que six anciens travailleurs indiens et népalais, ont déposé une nouvelle plainte contre Vinci en tant que plaignants civils examinés par Reuters. Plus tard, cinq autres plaignants se sont joints à la plainte, selon Sherpa.

Dans la plainte, des ONG et d’anciens travailleurs ont accusé l’entreprise de faire travailler des travailleurs migrants 11 heures par jour six jours par semaine, plus longtemps que ne le permet la loi qatarienne, dans des conditions difficiles et au grand risque pour leur santé personnelle, en échange d’un salaire équivalent à 2 % des salaires du Qatar. revenu moyen.

Un témoignage d’un Népalais qui a travaillé pour l’entreprise entre mai 2015 et janvier 2016 disait : « C’était beaucoup de travail. « J’étais tellement fatigué tout le temps. »

READ  Du billet à l'embarquement, la reconnaissance faciale testée comme une première mondiale à l'aéroport pour simplifier le voyage du voyageur

Un autre homme, qui a travaillé comme agent de sécurité d’octobre 2012 à janvier 2014, a témoigné qu’il n’y avait pas de climatisation dans les pièces où il travaillait, malgré les risques de stress thermique pouvant entraîner des maladies cardiaques par temps chaud au Qatar.

« J’étais dans des zones ouvertes, donc ce n’était pas sûr et toujours très chaud », a-t-il déclaré lors de son témoignage.

Dans un communiqué lundi, Vinci a déclaré qu’il était « extrêmement regrettable » que, bien que la procédure ait commencé il y a sept ans, sa filiale doive faire face à des accusations juste avant le début de la Coupe du monde au Qatar.

« Aucun des projets attribués à QDVC n’a rien à voir avec la Coupe du Monde de la FIFA 2022 au Qatar. En fait, ces projets ont été sous-traités à QDVC avant l’attribution du concours au Qatar et principalement liés aux infrastructures de transport », a déclaré la société.

« Vinci n’a signé aucun contrat avec le Supreme Committee for Delivery & Legacy, ni construit de stade ou d’hôtel au Qatar », a-t-elle ajouté.

Il a déclaré qu’il continuerait à coopérer avec les tribunaux « dans le but de démontrer que les allégations contre le groupe sont injustes ».

L’action Vinci était en baisse de 2% à 93,99 € à 07h59 GMT.

QDVC est détenue à 51 % par la Qatari Diar Real Estate Investment Company, elle-même détenue par la Qatar Investment Authority, le fonds souverain de l’État du Qatar.

(Reportage de Dominic Vidalon et Juliette Jabkeru) Montage par Sudeep Kar Gupta, Emilia Sithole Mataris et David Evans

READ  Des incendies de forêt se sont allumés dans le sud-ouest de la France avec 1 500 hectares en feu

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer