science

un bébé est né avec des anticorps anti-SRAS-CoV-2 (et en bonne santé) d’une mère qui a été infectée

Après plus de 10 mois de lutte contre la pandémie, certains aspects du COVID-19 sont encore peu compris par les médecins. C’est notamment le cas du risque de transmission mère-enfant pendant la grossesse et l’accouchement. Certaines études suggèrent que ce risque de transmission est relativement faible et que les nouveau-nés peuvent être temporairement protégés. Une hypothèse récemment étayée par le cas d’une mère atteinte de COVID-19 au début de sa grossesse, ayant donné naissance à un enfant déjà porteur d’anticorps anti-SRAS-CoV-2 le protégeant de la maladie.

Lorsque Céline Ng-Chan était enceinte de 10 semaines, elle a reçu un diagnostic de COVID-19. À l’époque, en mars, les médecins savaient très peu comment le coronavirus affectait les femmes enceintes et leurs futurs enfants. Mais maintenant que Ng-Chan a donné naissance à son fils Aldrin début novembre, la nouvelle est encourageante à la fois pour Ng-Chan et pour d’autres femmes qui contractent le COVID-19 pendant la grossesse.

Aldrin est exempt de COVID-19 et semble avoir acquis des anticorps protecteurs, au moins temporairement, contre la maladie de sa mère. Ng-Chan n’était pas positif pour le COVID-19 pendant l’accouchement. ” Ma grossesse et ma naissance se sont bien déroulées malgré le diagnostic de COVID-19 au cours de mon premier trimestre, qui est la phase la plus instable de la grossesse. J’ai beaucoup de chance d’avoir Aldrin et il est en très bonne santé », Explique Ng-Chan.

Anticorps anti-COVID-19 transmis de la mère à l’enfant

Quelques études ont suggéré que les mères atteintes de COVID transmettent des anticorps IgG – le type qui indique la guérison – contre le virus à leurs fœtus in utero. Un article publié en mars en examinant six femmes qui ont été testées positives pour le virus à l’accouchement, par exemple, on a constaté que cinq des bébés avaient des niveaux élevés d’anticorps IgG, bien qu’aucun d’entre eux n’ait le COVID-19. Toutes les femmes portaient des masques, ont accouché par césarienne dans des chambres d’isolement à pression négative et ont été isolées de leurs enfants immédiatement après l’accouchement.

READ  La Chine atterrit sur Mars dans la dernière avancée de son programme spatial
Tableau montrant les taux d’anticorps trouvés chez six bébés nés après avoir donné naissance à leur mère infectée. Crédits: Hui Zeng et al. 2020

Un rapport de cas d’octobre décrit également un nourrisson né d’une mère avec COVID-19 asymptomatique qui avait des anticorps IgG mais un test COVID négatif, démontrant une «immunité passive» à travers le placenta. À certains égards, cela est prévisible, car les anticorps IgG contre d’autres bactéries et virus sont connus pour protéger les fœtus et les nouveau-nés contre les maladies infectieuses.

« C’est pourquoi certains vaccins, comme la coqueluche et la grippe, sont recommandés pendant la grossesse. Les anticorps IgG augmentent chez les fœtus plus tard dans la grossesse, en particulier après la 36e semaine de gestation », Explique Jessica Madden, pédiatre et néonatologiste. Néanmoins, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre comment la gravité de la maladie affecte les niveaux d’anticorps, comment le moment de l’infection pendant la grossesse joue un rôle et à quel point l’immunité présumée des bébés est forte et durable.

Une étude menée à Wuhan, en Chine, en examinant 24 femmes enceintes positives pour le COVID-19, a suggéré que l’immunité des nouveau-nés diminue rapidement. De plus, dit Madden, nous ne savons pas si le fait d’avoir COVID-19 avant la grossesse procurera une immunité IgG aux fœtus conçus après qu’une mère se soit déjà rétablie du virus.

Anticorps protecteurs trouvés dans le lait maternel

On pense également que le lait maternel de mères récemment infectées par COVID-19 offre une certaine protection aux nouveau-nés. Une étude non évaluée publié en septembre a montré que sur 37 échantillons de lait, aucun ne contenait de virus détectable, mais tous contenaient des anticorps censés neutraliser le COVID-19.

READ  La dépakine augmente le risque de troubles du développement de cinq

Cela n’est pas non plus tout à fait surprenant, car certains anticorps contenus dans le lait maternel sont connus pour aider à protéger les bébés de diverses maladies comme la rougeole lorsqu’ils sont trop jeunes pour recevoir un vaccin. L’allaitement est également associé à un risque moindre d’affections telles que le diabète, l’asthme, le syndrome de mort subite du nourrisson et certaines maladies gastro-intestinales.

Ces avantages l’emportent sur les risques encore invisibles de l’allaitement maternel avec COVID-19, selon des organisations de santé de premier plan telles que les Centers for Disease Control and Prevention, tant que les nouvelles mères atteintes de la maladie en prennent soin. des précautions telles que le port d’un masque et le lavage des mains et des seins avant l’allaitement.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer