science

La Namibie suspend l’utilisation du vaccin russe contre le COVID après que l’Afrique du Sud a exprimé ses préoccupations concernant le VIH

Un employé tient un flacon contenant le vaccin Spoutnik à l’usine Hankook Korus Pharm, à Chuncheon, en Corée du Sud, le 10 septembre 2021. Photo prise le 10 septembre 2021. REUTERS/Heo Ran

La Namibie suspendra le déploiement du cinquième vaccin russe contre le COVID-19, a annoncé samedi le ministère namibien de la Santé, quelques jours après que l’autorité de réglementation des médicaments de l’Afrique du Sud voisine eut fait part de ses inquiétudes quant à sa sécurité pour les personnes risquant de contracter le VIH.

Le régulateur SAHPRA a décidé de ne pas approuver l’utilisation d’urgence de Spoutnik V pour le moment car certaines études ont suggéré que l’administration de vaccins avec un vecteur de type 5 – ce que fait Spoutnik V – pourrait conduire à une susceptibilité accrue à l’infection par le VIH chez les hommes. Lire la suite

L’Afrique du Sud et la Namibie ont des taux de prévalence du VIH élevés.

Le ministère namibien de la Santé a déclaré dans un communiqué que la décision d’interrompre l’utilisation du vaccin russe était « en raison () d’une grande prudence selon laquelle les hommes (qui) ont reçu du Spoutnik V pourraient être plus à risque de contracter le VIH », ajoutant qu’il était extrait de SAHPRA. décision en tête.

Le Jamalia Research Institute, qui a développé Spoutnik V, a déclaré que la décision de la Namibie n’était basée sur aucune preuve scientifique ou recherche.

« Sputnik reste l’un des vaccins les plus sûrs et les plus efficaces contre le COVID-19 utilisés dans le monde », a déclaré l’institut à Reuters, ajoutant que plus de 250 essais cliniques et 75 publications internationales ont confirmé l’innocuité des vaccins et des médicaments basés sur des vecteurs d’adénovirus humains. .

READ  Coronavirus: 16% des patients traités par Covid n'ont que des symptômes intestinaux

La Namibie a déclaré que la suspension entrerait en vigueur immédiatement et se poursuivrait jusqu’à ce que Spoutnik V reçoive la liste d’utilisation d’urgence de l’OMS. Mais il proposera une deuxième fois aux personnes ayant reçu une première dose de Spoutnik V de terminer leur cycle de vaccination.

La Namibie a reçu 30 000 doses de Spoutnik V en guise de don du gouvernement serbe, mais seulement 115 doses ont été administrées au 20 octobre.

La Namibie utilise également des vaccins COVID-19 développés par la société chinoise Sinopharm, Pfizer (PFE.N), AstraZeneca (AZN.L) Johnson & Johnson (JNJ.N)obtenu grâce à une combinaison d’achats et de dons.

Jusqu’à présent, il n’a complètement vacciné qu’environ 240 000 de ses 2,5 millions d’habitants, ce qui reflète les difficultés rencontrées par les pays africains pour obtenir suffisamment de vaccins dans un contexte de ruée mondiale vers les injections.

Reportage supplémentaire de Nyasha Nyongwa à Windhoek et Polina Devitt à Moscou ; Montage par Alexander Winning et Rose Russell

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer