World

Prudence et espoir : les expatriés brésiliens souffrent de troubles et approfondissent la division

Conor Knell écrit que la division politique croissante, à la suite des élections brésiliennes historiques, se fait vivement sentir à plus de 12 000 kilomètres.

Alors que les querelles entre amis et familles s’enveniment chez eux, les expatriés brésiliens de Manawatu observent la tourmente avec prudence, espoir et soulagement.

Le pays sud-américain a ramené au pouvoir Luis Inacio Lula da Silva fin octobre, avec une majorité de pas plus de deux millions de voix, laissant l’ancien président Jair Bolsonaro et ses partisans incrédules.

Il y a eu différents niveaux de colère et d’agitation dans le pays, avec Les camionneurs bloquent les artères Les partisans de Bosonaro manifestent devant la caserne de l’armée pour exiger une intervention militaire.

Pour des Néo-Zélandais comme Jamil Hammoud, les échos de la tension politique ont traversé le Pacifique.

Lire la suite:
* Jair Bolsonaro refuse d’admettre avoir perdu les élections brésiliennes, mais ouvre la voie à la passation du pouvoir
* Routes fermées, vols annulés alors que Bolsonaro reste silencieux sur la perte des élections brésiliennes
* Victor Lula fait face à une économie dévastée et un Brésil profondément divisé

Des camionneurs fidèles à l'ancien président Jair Bolsonaro ont bloqué les routes principales en colère contre le résultat des élections et se sont livrés à de violents affrontements avec la police.

Andreï Beiner/AFP

Des camionneurs fidèles à l’ancien président Jair Bolsonaro ont bloqué les routes principales en colère contre le résultat des élections et se sont livrés à de violents affrontements avec la police.

Le propriétaire du Saleyards Café à Velden, qui avait décoré un coin de son entreprise avec des emblèmes du football brésilien avant la Coupe du monde de football, a déclaré qu’il devait s’assurer que les clients ne photographient pas les maillots à des fins politiques.

READ  Le service de réconciliation de l'Église est une occasion capitale dans l'histoire des Fidji - Chaudhry

Le maillot jaune distinctif était un symbole de la base de soutien de Jair Bolsonaro.

« Je me suis assuré que je ne portais pas de maillot de football brésilien et que je ne portais pas non plus de maillot rouge lorsque je suis allé voter à l’ambassade de Wellington.

« Quand je suis arrivé, il y avait environ 20 partisans de Lula et 20 partisans de Bolsonaro avec les gardes du corps de l’ambassade parmi eux. »

Hammoud doute que le mouvement Bolsonarismo se poursuive malgré la défaite de Bolsonaro aux élections.

Warwick Smith / Trucs

Hammoud doute que le mouvement Bolsonarismo se poursuive malgré la défaite de Bolsonaro aux élections.

Hammoud est originaire d’Araçatuba, un centre-ville de São Paulo. Ces États du sud ont voté massivement pour Bolsonaro.

Alors qu’il réfléchissait à l’héritage de l’ancien président, Hammoud a déclaré qu’il comprenait sa popularité.

« Pour les conservateurs, qui vont à l’église, qui ont un ensemble de valeurs très traditionnelles. Bolsonaro les respectait et les écoutait.

Et après tous les scandales de corruption de la dernière décennie, les gens pensaient qu’il pouvait « faire le ménage », pour ainsi dire.

Mais beaucoup de gens pensaient aussi qu’il était trop franc. Ma mère pense qu’il est impoli parce qu’elle n’a pas été élevée de cette façon, pour dire les choses qu’il dit. »

Les partisans de Jair Bolsonaro ont protesté contre sa défaite lors du second tour présidentiel du pays, devant une base militaire à Sao Paulo samedi.  Certains partisans appellent l'armée à maintenir Bolsonaro au pouvoir, alors même que son administration signale sa volonté de confier les choses au président élu Luiz Inacio Lula da Silva.

Mathias Delacroix/AFP

Les partisans de Jair Bolsonaro ont protesté contre sa défaite lors du second tour présidentiel du pays, devant une base militaire à Sao Paulo samedi. Certains partisans appellent l’armée à maintenir Bolsonaro au pouvoir, alors même que son administration signale sa volonté de confier les choses au président élu Luiz Inacio Lula da Silva.

Alors que Bolsonaro a perdu de peu les élections, Hammoud pensait que le « Bolsonarismo », un mouvement lâche de centre-droit soutenu par des valeurs chrétiennes conservatrices et des politiques criminelles et agricoles agressives, était là pour rester.

READ  Météo : on se croirait au printemps début décembre

L’ancien président a réussi à augmenter son nombre de voix d’un million par rapport à l’élection précédente, ce qui suscite des inquiétudes quant à une nouvelle polarisation.

Julia Medeiros, 25 ans, est originaire de la ville côtière du nord-est de Recife, un bastion du soutien de Lula. L’entraîneur de natation Palmerston North a grandi sous sa première prime dans les années 2000.

« Je me souviens avoir vu des gens sortir de la pauvreté, j’ai connu des gens qui étaient les premiers de leur famille à aller à l’université.

« Je me souviens de conversations où quelqu’un disait ‘Avez-vous entendu que cette personne a acheté une maison’ ou ‘Cette personne a acheté une voiture’, et les gens seraient choqués de ne pas avoir pu le faire auparavant. »

Julia Medeiros, 25 ans, explique que la division politique au Brésil a rendu difficile la discussion des élections avec certains membres de sa famille.

Warwick Smith / Trucs

Julia Medeiros, 25 ans, explique que la division politique au Brésil a rendu difficile la discussion des élections avec certains membres de sa famille.

Medeiros était profondément impliqué dans la communauté brésilienne de Palmerston North et regardait avec impatience le déroulement des élections.

Elle était contente du résultat mais attristée par la tourmente. Elle avait des membres de sa famille avec qui elle ne pouvait pas discuter de l’élection, et c’était le niveau de la division politique.

C’est une démocratie et les gens ont le droit de manifester, mais cela ne veut pas dire qu’il est acceptable que les gens soient agressifs et détruisent des lieux.

« Pour moi, j’espère que pour les gays, les pauvres, les noirs, les indigènes et les femmes, ce sera mieux avec Lula. »

READ  Présidentielle américaine: un groupe de sénateurs républicains refusera de certifier la victoire de Biden
Le Brésil est l'une des sociétés les plus inégales au monde, héritage de son histoire coloniale.  Des quartiers informels ou des bidonvilles comme la tour Cantagalo au-dessus des stations balnéaires aisées de Rio de Janeiro.

Mario Tama / Getty Images

Le Brésil est l’une des sociétés les plus inégales au monde, héritage de son histoire coloniale. Des quartiers informels ou des bidonvilles comme la tour Cantagalo au-dessus des stations balnéaires aisées de Rio de Janeiro.

Renata Muellert, 34 ans, chercheuse à l’université Massey, venue de São Paulo en 2018, a été soulagée par le résultat des élections.

Je sens que nous avons un gouvernement qui apporte de l’espoir. São Paulo est probablement l’un des États les plus riches, mais Lula a fourni l’accès à une meilleure alimentation, une meilleure éducation et un meilleur logement dans le passé.

« Je pense que Lula serait le meilleur pour nous sortir de cette crise actuelle. Je pense qu’il se soucie vraiment des inégalités. »

Les incendies et la déforestation ont grimpé en flèche sous la direction de Bolsonaro, et les Brésiliens espèrent que le président Lula inversera la dévastation.

PA

Les incendies et la déforestation ont grimpé en flèche sous la direction de Bolsonaro, et les Brésiliens espèrent que le président Lula inversera la dévastation.

Sous Bolsonaro, la déforestation a augmenté dans la forêt amazonienne, détruisant plus de 13 000 kilomètres carrés en seulement deux ans.

Muellert pense que cela changera sous Lula.

« C’est comme si l’Amazonie pouvait respirer à nouveau. C’est un trésor national et il est très important de protéger la forêt et les peuples indigènes qui y vivent ».

« Je me souviens de la Coupe du monde 2014 lorsque le Brésil a perdu 7-1 contre l’Allemagne. Sous Bolsonaro, chaque jour j’avais envie de perdre 7-1.

« J’espère que Lola nous donnera quelque chose à célébrer à l’avenir. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer