science

Plus de la moitié des collations commercialisées comme «saines» sont en fait extrêmement malsaines, selon les nouvelles du monde

Les experts affirment que plus de la moitié des collations vendues comme saines sont en fait riches en matières grasses, en sel et en sucre.

L’évaluation a été réalisée par Action on Salt au Royaume-Uni, qui a constaté que 119 collations comprenant des légumineuses séchées / rôties, des collations transformées à base de légumineuses et des chips de pois chiches se sont avérées plus salées que l’eau de mer.

Bien que ces aliments soient faibles en gras, en graisses saturées et en calories en moyenne, ils sont également riches en fibres. Au moins 43 pour cent de ces produits contiennent des niveaux élevés de sel.

L’agence a découvert que “Eat Real Hummus” était le produit le plus salé jamais produit, qui a été décrit comme ayant “40 pour cent moins de gras, végétalien, sans gluten” tout en contenant 3,6 grammes de sel pour 100 grammes.

Lisez aussi: Près d’un cinquième de la nourriture qui atteint les consommateurs gaspillés: les Nations Unies

Une consommation excessive de sel a causé des milliers de cas de maladies cardiaques, de cancer et d’accident vasculaire cérébral.

Sonya Pompeo, responsable de la campagne Action on Salt, a déclaré au Guardian que si les gens devraient manger plus de haricots et de légumineuses, il existe peut-être de meilleures façons de le faire. L’étude a révélé des quantités inutiles de sel dans les collations saines.

Lisez aussi: Étiquettes d’emballage et listes d’ingrédients d’aliments pour bébés difficiles à naviguer: une étude

Selon Action on Salt, la majorité des produits en question ne portaient pas d’informations nutritionnelles codées par couleur sur l’emballage, comme l’exige le gouvernement.

READ  Un astronaute de la NASA rejoint l'équipage russe de Soyouz lors du voyage d'avril à la station spatiale - Spaceflight Now

L’agence a ajouté que l’on ne sait toujours pas si les collations étudiées feront partie des plans du gouvernement visant à freiner la promotion des aliments malsains. Il n’est pas clair si cela se limitera aux nutriments qui relèvent des programmes en cours de réduction du sucre et des calories.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer