sport

Platini Platini a été accusé par les autorités suisses d’avoir versé plus de deux millions de francs suisses

Photo d’archives compilée du président de la FIFA Sepp Blatter lors d’une conférence de presse au siège de la FIFA à Zurich, en Suisse, le 2 juin 2015 et du président de l’UEFA Michel Platini (à droite) assistant au 65e Congrès de la FIFA à Zurich, en Suisse, le 29 mai 2015. REUTERS/Ruben Spreich/

  • Blatter et Platini accusés d’avoir fraudé le paiement de 2011
  • Les deux hommes ont toujours nié tout acte répréhensible
  • L’enquête a commencé en 2015 au milieu du scandale de corruption de la FIFA

ZURICH (Reuters) – L’ancien chef de la FIFA Sepp Blatter et l’ancien chef de l’UEFA Michel Platini ont été accusés d’avoir organisé illégalement un paiement de 2 millions de francs suisses (2,19 millions de dollars), a annoncé le parquet suisse. Mardi.

Les procureurs suisses enquêtaient sur Blatter, 85 ans, sur des accusations selon lesquelles il aurait arrangé le paiement de la FIFA à Platini en février 2011.

L’enquête suisse a été ouverte en 2015 au milieu d’une série de scandales qui ont balayé la FIFA. Cette affaire a donné lieu à une enquête déontologique de la FIFA qui a vu les deux hommes bannis du match et forcés de quitter leurs postes.

Le Bureau du vérificateur général a accusé Blatter et Platini de « fraude, comme alternative au détournement, dans l’autre alternative à la mauvaise gestion criminelle ainsi qu’à la falsification de documents ». Platini, qui a mené la France à la victoire au Championnat d’Europe 1984, a également été accusé de complicité.

Blatter et Platini ont été interdits en 2016 de jouer au football pendant six ans en raison d’un paiement, Blatter acceptant de travailler une décennie plus tôt. Tous deux ont nié tout acte répréhensible.

READ  Conférence de presse Naomi Osaka, Préfecture

« J’attends avec optimisme le procès devant le Tribunal pénal fédéral et j’espère que cette histoire prendra fin et que tous les faits seront correctement traités », a déclaré Blatter dans un communiqué mardi.

« En ce qui concerne le versement de deux millions de francs de la FIFA à Michel Platini, je ne peux que me répéter : il reposait sur un contrat verbal qui organisait les activités de conseil de Platini auprès de la FIFA entre 1998 et 2002 », a-t-il ajouté.

Blatter a déclaré que le paiement avait été retardé parce que la FIFA n’était pas en mesure de payer le montant total et Platini n’a fait sa demande d’argent qu’en 2010.

L’ancien président de la FIFA a déclaré que les paiements avaient été approuvés par « tous les organes responsables de la FIFA » et que Platini avait payé l’impôt sur le montant « à son lieu de résidence en Suisse ».

Platini n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire, mais son avocat suisse Dominique Nelen a déclaré le mois dernier : « Du point de vue de la défense, il est clair que l’enquête aurait dû s’arrêter il y a longtemps. les dossiers qui prouvent l’innocence de mon client. » La défense a maintenant demandé différents témoins.

L’OAG a déclaré que son enquête avait révélé que Platini avait été conseiller du président Blatter de l’époque de la FIFA entre 1998 et 2002 et qu’une compensation annuelle de 300 000 francs suisses avait été convenue dans un contrat écrit.

La Fédération française a déclaré que Platini avait facturé le contrat et l’avait payé intégralement, mais l’ancien international français de 66 ans a continué à exiger le paiement.

READ  L'équipe américaine de basket-ball Gregg Popovich, discours pour la médaille d'or aux Jeux olympiques de Tokyo

« Plus de huit ans après la fin de son activité de conseil, Platini a exigé le paiement de deux millions de francs suisses », a déclaré le Bureau du vérificateur général.

« Avec la participation de Blatter, la FIFA a effectué un paiement à Platini du même montant au début de 2011. Les preuves recueillies par le BVG ont confirmé que ce paiement à Platini a été effectué sans base légale.

« Ce montant a endommagé les actifs de la FIFA et enrichi illégalement Platini. Du point de vue de l’OAG, les accusés ont commis les crimes susmentionnés. »

Reportage supplémentaire de Rohith Nair à Bengaluru et Simon Evans et Silk Coltrowitz; Montage par Christian Radnedge

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer