Economy

Macron affirme que l’ambassadeur de France est « littéralement retenu en otage » au Niger | Nouvelles

L’ambassadeur de France Sylvain Etty vit de « rations militaires », a déclaré Macron, accusant l’armée au pouvoir au Niger d’interrompre les livraisons de nourriture à l’ambassade.

Le président Emmanuel Macron a déclaré que l’envoyé de la France au Niger vivait en otage à l’ambassade de France et a accusé les dirigeants militaires d’empêcher les approvisionnements alimentaires d’atteindre la mission.

Macron a déclaré vendredi aux journalistes à Seymour-en-Auxois, dans l’est du pays, que l’ambassadeur vivait avec des « rations militaires ».

Il a ajouté : « Au moment où nous parlons, nous avons un ambassadeur et des diplomates retenus en otage à l’ambassade de France ».

« Ils empêchent les livraisons de nourriture », a-t-il ajouté, faisant clairement référence aux nouveaux dirigeants militaires du Niger. « Il reçoit des rations militaires. »

Les chefs militaires du Niger ont informé l’ambassadeur de France Sylvain Etty qu’il devait quitter le pays après avoir renversé le président Mohamed Bazoum le 26 juillet.

Mais un ultimatum de 48 heures pour son départ, lancé en août, a été adopté et reste en vigueur car le gouvernement français a refusé de s’y conformer ou de reconnaître la légitimité du gouvernement militaire.

La France et la plupart des voisins du Niger ont condamné le coup d’État.

Macron a déclaré que l’envoyé « ne peut pas partir, car il est persona non grata et la nourriture lui est refusée ».

En réponse à une question de savoir si la France envisagerait de le renvoyer chez lui, Macron a déclaré : « Je ferai tout ce dont nous serons d’accord avec le président Bazoum car il est l’autorité légitime et je lui parle tous les jours. »

READ  Trump interrompt les négociations sur un nouveau plan de soutien à l'économie

La France maintient environ 1 500 soldats au Niger et a déclaré plus tôt ce mois-ci que tout redéploiement ne pourrait être négocié qu’avec Bazoum.

Les nouveaux dirigeants du pays ont rompu les accords de coopération militaire avec la France et ont demandé aux troupes de partir rapidement.

Macron refuse depuis des semaines de demander le limogeage de l’ambassadeur de France, une position soutenue par l’Union européenne, qui a qualifié cette demande de « provocation ».

La porte-parole de l’Union européenne pour les affaires étrangères, Nabila Masrali, a déclaré le mois dernier que l’Union européenne, comme la France, « ne reconnaît pas » les autorités qui ont pris le pouvoir au Niger.

La région pauvre du Sahel, au sud du Sahara, a souffert de ce que Macron a décrit comme une « épidémie » de coups d’État ces dernières années, avec des régimes militaires remplaçant les gouvernements élus au Mali, au Burkina Faso et en Guinée ainsi qu’au Niger.

La semaine dernière, le colonel Amadou Abderrahmane, porte-parole des putschistes au Niger, a accusé la France de mobiliser des troupes et du matériel dans les pays d’Afrique de l’Ouest dans le but de lancer une « intervention militaire » contre Niamey.

Le Niger est également plongé dans une impasse avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui a menacé d’intervenir militairement si les pressions diplomatiques visant à réintégrer Bazoum échouent.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer