World

L’homme a utilisé un dossier nommé « Boys 0-11 » pour stocker du matériel d’exploitation d’enfants

Stephen Hope avait environ 356 000 photos d'enfants sur l'un de ses 14 disques durs.  Il a plaidé coupable à trois chefs d'accusation de possession de matériel d'exploitation d'enfants.

Ben Bathgate/des trucs

Stephen Hope avait environ 356 000 photos d’enfants sur l’un de ses 14 disques durs. Il a plaidé coupable à trois chefs d’accusation de possession de matériel d’exploitation d’enfants.

Un homme qui a peut-être utilisé un logiciel « d’autodestruction » pour vider des images d’exploitation d’enfants de son disque dur – mais qui contient toujours des images classifiées – a été informé qu’il risquait une peine de prison.

Stephen John Hope, 64 ans, a plaidé coupable mercredi devant le tribunal de district de Tokoroa pour trois chefs d’accusation de « possession sciemment de matériel répréhensible – exploitation d’enfants ».

Les accusations comprenaient des photos et des vidéos des catégories A, B et C, A étant la plus grave, et la police a déclaré que la collection de Hope était « vaste ».

Condamnant les trois chefs d’accusation, le juge John MacDonald a déclaré qu’une peine de prison était presque inévitable compte tenu du « nombre et du contenu des images de maltraitance d’enfants ».

Selon le résumé des faits de la police, Hope avait 355 787 images sur un seul disque dur, bien que la police ait reconnu que toutes les images ne relevaient pas de la définition de matériel d’exploitation d’enfants.

Au total, la police a saisi trois ordinateurs portables, un iPad, un téléphone portable et 14 disques durs à son domicile de Tokoroa et sa résidence secondaire à Taupo.

La police a analysé trois des périphériques de stockage au total.

La recherche policière a révélé que Hope avait classé les photos dans des dossiers avec des titres tels que Boys 0-11, Boys 11-13 et Arab Boys.

READ  La Cour suprême a rétabli Eurolab au plafond GCP. Andrevo ᐉ Nouvelles de Fakti.bg - Enquêtes

Les descriptions d’autres dossiers et les descriptions de certaines images sont trop graphiques pour être publiées.

Lors d’une audience antérieure, il a été révélé que les recherches policières de certains des appareils étaient vides et, selon le sergent de police Terry Garnett, « il y avait peut-être un mot de passe conçu pour auto-détruire le contenu ».

Stephen Hope a plaidé coupable mercredi devant le tribunal de district de Tokoroa et on lui a dit qu'une peine de prison était presque inévitable.

Libby Wilson/personnel

Stephen Hope a plaidé coupable mercredi devant le tribunal de district de Tokoroa et on lui a dit qu’une peine de prison était presque inévitable.

Garnett a admis que c’était « ma conjecture » mais que « le mot de passe est probablement conçu pour s’autodétruire ».

« Cela arrive souvent », a-t-il déclaré.

Il a également été révélé que l’un des ordinateurs portables contenait 6 500 photos de jeunes hommes et que l’un des officiers « avait la lourde tâche de regarder 6 500 photos ».

Le résumé des faits indiquait que la police avait examiné un échantillon aléatoire d’images trouvées sur un disque dur et avait découvert que 300 des 400 images étaient du matériel d’exploitation d’enfants.

Les 100 images non classées restantes sont constituées de garçons entièrement ou partiellement vêtus, ou d’images d’âges indéterminés.

Un disque dur contenait 3 967 fichiers vidéo, et sur un échantillon de 60 fichiers, cinq se sont avérés être du matériel d’exploitation d’enfants.

La police a déclaré que l’échantillonnage « indique que la collection de l’accusé était énorme et sur plusieurs appareils ».

Bien que Hope ait refusé un entretien formel, le résumé indiquait qu’il « coopérait avec la police et leur fournissait les mots de passe nécessaires ».

Le résumé a également noté que Hope « a déterminé que le disque dur et l’ordinateur portable contiennent des images pornographiques, y compris du matériel vidéo qui est objectivement répréhensible et relève de la définition de matériel d’exploitation d’enfants ».

READ  Une barista de Starbucks partage un texto de son patron qui l'a fait démissionner sur-le-champ

Hope, qui a déjà comparu devant le tribunal, sera condamnée le 1er juin.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer