Tech

L’Europe se dirige vers l’indépendance énergétique

L’invasion russe de l’Ukraine a rapidement alimenté la volonté dans toute l’Europe d’isoler la Russie de ses systèmes énergétiques. En politique et parmi le public, les Européens se sont déplacés pour soutenir l’indépendance énergétique de la Russie. Au cours des derniers jours, ce point de bascule a produit ses premiers changements de politique énergétique.

Un projet de communication de l’UE sur les prix de l’énergie qui a fait l’objet d’une fuite met en garde : « Avec des niveaux de stockage de gaz dans l’UE à des niveaux historiquement bas et les problèmes de sécurité d’approvisionnement liés au faible endettement des gazoducs en provenance de l’Est, nous assistons à une crise du gaz croissante. L’UE reste fortement dépendent des importations d’énergie pour la production d’électricité et le chauffage.

La communication originale est attendue le 2 mars et vu par uractifIl a mis en garde contre des prix de l’énergie élevés et volatils jusqu’à « au moins 2023 ». La Commission de l’Union européenne a reporté ce document à la suite de l’invasion de l’Ukraine. Lundi, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a rencontré le secrétaire d’État américain Anthony Blinken pour discuter d’une éventuelle interdiction des importations de gaz russe. Le bloc a déjà décidé d’arrêter les paiements SWIFT à la Russie, ce qui a entravé le commerce facile du pétrole.

Il comprend désormais des mesures proposées pour annuler l’influence de la Russie au sein du bloc, telles que la diversification des approvisionnements en gaz et une nouvelle facture énergétique pour accroître le développement des énergies renouvelables. Toute diversification gazière entreprise cette année dépendra des sources aux États-Unis et dans les pays d’Asie occidentale. Cependant, l’Europe manque actuellement de terminaux GNL suffisants pour développer facilement ses importations outre-mer.

READ  Un important fonds d'investissement suggère à Intel de se séparer

Préparer la politique intérieure de séparation de l’énergie russe

La construction du premier terminal GNL d’Allemagne débutera à Brunsbüttel, sur la côte nord-ouest du pays, plus tard cette année. Vendredi, la banque publique KfW, la société énergétique allemande RWE et le service public néerlandais Gasunie ont signé un protocole d’accord pour le projet. Gasunie exploitera la station, détenue conjointement par l’État allemand.

L’usine convertira jusqu’à huit milliards de mètres cubes de GNL en gaz chaque année à partir de 2024. Cela se compare aux 140 milliards de mètres cubes de gaz que l’Allemagne importe chaque année. Bâtiment nécessitera également Importants investissements dans les gazoducs, l’usine étant située à 80 kilomètres du principal réseau gazier allemand.

Le vice-chancelier allemand et ministre fédéral de l’Économie et de l’Action pour le climat, Robert Habeck, a déclaré : « Avec le terminal GNL de Brunsbüttel, nous répondons aux derniers développements géopolitiques. Nous devons réduire la dépendance vis-à-vis du gaz russe. Les terminaux GNL contribuent à accroître la sécurité d’approvisionnement en L’Allemagne et l’Europe. »

« Parallèlement, nous préparons l’avenir en concevant l’usine de manière à pouvoir importer ultérieurement de l’hydrogène vert ou des dérivés de l’hydrogène, comme l’ammoniac. »

Habeck a également parlé de la législation à venir pour garantir que les services publics puissent remplir le stockage de gaz avant le début de l’hiver. Il a déclaré que l’Allemagne achète la moitié du charbon consommé à la Russie et que le gouvernement pourrait bientôt commander des centrales électriques pour stocker le charbon avant que les prix n’augmentent en hiver.

READ  LinkedIn Sales Insights peut aider votre entreprise à découvrir les dernières opportunités

Repensez votre mix énergétique

En Belgique, les ministres ont entamé des discussions sur le report de la sortie du pays de la production nucléaire. En 2003, le pays a adopté une loi pour mettre fin à la production nucléaire d’ici 2025. Aujourd’hui, le gouvernement a déclaré que l’invasion de l’Ukraine avait changé la situation.

La ministre de l’Énergie, Tine van der Straiten, a déclaré que la sortie prévue du nucléaire est toujours « prêt et possibleCependant, la volonté de limiter les importations d’énergie russe a conduit le gouvernement belge à envisager de prolonger la durée de vie de ses réacteurs nucléaires. dans le mois.

Si l’arrêt nucléaire se poursuit, le premier arrêt du réacteur en Belgique commencera en octobre.

Dans le même temps, la société énergétique française Engie a averti que la coupure du gaz russe entraînerait une hausse des prix l’hiver prochain. Avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine, le président français Emmanuel Macron a annoncé la construction de six nouvelles centrales nucléaires pour assurer l’indépendance énergétique. La construction des gares débutera en 2028.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer