Top News

Les prêtres catholiques de France « doivent signaler les allégations d’abus entendus dans les confessions » | catholique

Le ministre français de l’Intérieur a déclaré après avoir réprimandé l’archevêque de France pour avoir affirmé que le secret de la communauté catholique était “au-dessus des lois de la république”.

La France souffre de la publication d’un rapport indépendant dévastateur la semaine dernière qui a révélé qu’au moins 330 000 enfants ont été victimes d’abus sexuels par le clergé catholique et les membres laïcs d’institutions ecclésiastiques au cours des 70 dernières années, et que les crimes ont été dissimulés dans un ” chemin” de devant l’église.

L’archevêque de France, Eric de Moulin Beaufort, a d’abord exprimé sa “honte et son horreur” dans le rapport, mais dans une interview quelques jours plus tard, il a suscité l’indignation en rejetant la recommandation de la commission d’exiger des prêtres qu’ils signalent à la police tout cas de maltraitance d’enfants. pendant le sacrement de la confession.

Moulin Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, a déclaré à franceinfo : “La confidentialité de la confession est une exigence et restera une exigence – en quelque sorte, elle est au-dessus des lois de la République. Elle crée un espace libre pour s’exprimer avant. Dieu.”

Le ministre de l’Intérieur Moulin Beaufort a convoqué mardi une longue réunion au cours de laquelle il a précisé que le secret professionnel – y compris celui de la communauté catholique – ne s’appliquait pas à la divulgation d’éventuelles affaires pénales de violences sexuelles sur enfants, auxquelles les prêtres étaient liés. Signaler à la police et au système judiciaire.

Immédiatement après la réunion, les parlementaires de l’Assemblée nationale ont applaudi Darmanin lorsqu’il a déclaré : « Je lui ai dit ce que je dis à toutes les religions : aucune loi n’est supérieure aux lois de l’Assemblée nationale et du Sénat… La République française respecte toutes les religions à partir du moment où il respecte la République et les lois de la République.”

Après la réunion, De Moulins-Beaufort a publié une déclaration demandant pardon aux personnes offensées par ses propos la semaine dernière. La Conférence épiscopale française a déclaré dans un communiqué que l’ampleur des violations détaillées dans le rapport signifiait que l’église devrait revoir ses pratiques et qu’un travail était nécessaire pour “concilier la nature de la confession avec la nécessité de protéger les enfants”.

Le président Emmanuel Macron, qui a critiqué les musulmans ultra-conservateurs dans le passé pour ce qu’il a qualifié de tentatives de subversion de la loi française, avait demandé au ministre de l’Intérieur de rencontrer l’évêque catholique afin de “s’assurer que les choses soient claires”. Le porte-parole du gouvernement a déclaré la semaine dernière.

“Rien n’a préséance sur les lois de la République dans notre pays”, a déclaré le porte-parole, Gabriel Attal.

Moline Beaufort a provoqué la colère des groupes de victimes en déclarant que les prêtres ne sont pas obligés de signaler les abus sexuels s’ils en entendent parler lors d’une confession, un rituel catholique utilisé pour confesser les péchés. Ses propos étaient conformes aux nouvelles directives du Vatican, publiées l’année dernière sur le traitement des cas de maltraitance d’enfants par le clergé, qui stipulent que tout crime découvert lors de la confession est soumis au « lien le plus strict du sceau sacré ».

READ  Les groupes de protection de la vie privée de l'Union européenne ont à l'esprit l'entreprise de reconnaissance faciale

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer