Top News

Les livreurs de repas français gagnent le salaire minimum

Les personnes qui livrent de la restauration rapide à vélo et à scooter à des entreprises comme Deliveroo et Uber Le journal britannique The Guardian a déclaré que le mangeur gagnerait au moins 11,75 € de l’heure National Syndicat des travailleurs indépendantsEt FNAE représentant les coureurs.

Ce taux est légèrement supérieur au salaire minimum légal en France, qui est passé au 1er janvier à 11,27 euros avant impôts et cotisations sociales.

« C’est une victoire immédiate pour les livreurs, dont environ 20% étaient en dessous du seuil » 11.75, FNAE a déclaré le président Grégoire Leclerc.

Il a ajouté que l’accord de jeudi « est un accord sectoriel qui s’applique à toutes les plateformes de livraison à domicile, à celles déjà en place et à venir ».

Un autre syndicat de travailleurs indépendants, l’Union des indépendants, a déclaré qu’il consulterait ses membres au sujet de l’accord salarial.

Les patrons des syndicats indépendants ont déjà signé un accord séparé sur la résiliation des contrats des chevaliers.

« C’est la fin de couper les gens arbitrairement », a déclaré le président du syndicat Fabian Tosolini, avec des coureurs capables de « se défendre et de contester » les décisions des plateformes.

campagne contre « l’ubérisation »

Les augmentations des salaires et des conditions sont la dernière étape d’une campagne plus large contre le « changement », après que les représentants des syndicats aient passé des années à se plaindre que les plateformes exploitaient une main-d’œuvre précaire et des salaires sous-payés.

En janvier, les chauffeurs de la plate-forme ont reçu un salaire minimum par trajet – et non par heure – de 7,65 €.

READ  Coupe du monde, groupe D : la France élimine les problèmes de blessure dans le groupe A, l'Australie envoie une surprise

Deliveroo, basé au Royaume-Uni, a été condamné à une amende de 375 000 € par un tribunal de Paris l’année dernière, qui a conclu que ses passagers étaient des « travailleurs non autorisés » qui auraient dû être classés comme employés – sans priver l’État de millions de charges sociales.

« Deliveroo a utilisé un montage juridique frauduleux qui ne correspondait pas à la réalité du fonctionnement des passagers de livraison », a déclaré la présidente du tribunal dans sa décision.

L’entreprise a également été condamnée à rembourser près de 10 millions d’euros de cotisations sociales manquées.

Deliveroo a fait appel de cette décision.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer