Top News

Les labyrinthes de cultures se multiplient en tendance d’activité en France

Les labyrinthes ne sont pas un phénomène nouveau – ils remontent à la mythologie grecque – mais ils sont de plus en plus populaires en France en tant qu’attraction touristique, en particulier les labyrinthes de maïs. Une entreprise, Pop Corn Labyrinthe, dans l’ouest de la France, approche des agriculteurs ou des propriétaires terriens pour qu’ils s’engagent avec eux pour développer un labyrinthe chaque année sur leurs terres.

Les deux fondateurs, Marie et Frédéric Gilbert, un couple breton, en ont créé un en 2009 à la Presqu’île de Rhuys dans le Morbihan. L’année suivante, ils en ont ajouté un deuxième en Baie de Quiberon, et désormais on les trouve dans les Landes, la Loire-Atlantique, la Vendée, la Charente-Maritime et à proximité des villes d’Angers, Bordeaux et Paris.

10 autres ont ouvert cette année, portant le total à 23, et d’autres devraient ouvrir l’année prochaine :

“Ça marche très bien”, dit Mary Gilbert. “Depuis l’isolement, de nombreux agriculteurs ont compris qu’ils devaient se diversifier pour assurer un revenu décent et beaucoup sont attirés par l’idée. Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux endroits pour installer nos labyrinthes, et nous espérons même les faire sortir de France si possible, vers l’Espagne et la Suisse.

C’est M. Gilbert qui dessine les labyrinthes : “Ce n’est pas facile”, dit sa femme. “Il le dessine d’abord sur papier et doit prendre en compte les différentes tailles et le terrain de chaque emplacement. Chacun est unique, puis il en propose un nouveau pour l’année prochaine, pour que ce ne soit jamais le même.”

READ  Le ministre américain des Affaires étrangères promet une "transition en douceur" ... vers le "deuxième" mandat de Trump

Les champs ont une superficie d’environ quatre hectares, avec cinq kilomètres de chemins chacun, et le but est de trouver une issue.

En moyenne, cela devrait prendre environ une heure et demie, et pour ceux qui se débattent et tournent en rond, il y a des issues de secours.

L’agriculteur plante tout le champ, puis au début du printemps, lorsque le maïs commence à pousser, l’équipe Pop Corn Labyrinthe s’installe et retire les jeunes pousses au besoin pour créer les chemins. Début juillet, le maïs est assez long, ce qui rend impossible la sortie en regardant d’en haut.

Ils sont ouverts de juillet à fin août, certains se prolongeant jusqu’en septembre.

“Le coronavirus signifie que les labyrinthes sont populaires auprès des visiteurs, car il s’agit d’une activité de plein air. Tous les âges peuvent s’amuser, et pour certains enfants, c’est la première fois qu’ils voient des grains pousser. ”

Partout en France se trouvent de nombreuses attractions touristiques dont des labyrinthes de toutes sortes et de toutes sortes. Le Bugue, en Dordogne, possède un « labyrinthe préhistorique », parmi les rochers et les miroirs, et cet hiver, le personnel de la station de ski de La Clusaz, en Haute-Savoie, a passé trois jours à en créer un avec la neige.

Sur le Sentier des Pas Perdus à Romagne, Vienne, propose quatre types de labyrinthes différents avec différents niveaux de difficulté. Il y a un chemin avec des chemins herbeux où vous pouvez facilement voir le design, l’un est une clôture en bois avec un thème médiéval, l’autre a des haies et des concours sur l’environnement et le plus difficile, selon la co-fondatrice Beatrice Blaudo, le labyrinthe de maïs :

READ  Le Japon accueille les premiers «exercices de guerre» conjoints avec les États-Unis et la France | Actualités Europe

« C’est un vrai labyrinthe sans aucune indication pour sortir, donc c’est un défi. Mon mari, Laurent, le conçoit et le construit lorsque le maïs n’a que quelques centimètres de haut, mais néanmoins, lorsque la récolte atteint sa pleine maturité au milieu de Juillet, j’ai du mal comme tout le monde Un autre à trouver ma sortie.

“Les habitants reviennent année après année pour découvrir le nouveau design, qui change chaque année, car ils ont un réel sentiment d’accomplissement quand ils arrivent à la fin.”

De formation touristique et son mari agriculteur, ils décident de se diversifier grâce à leurs compétences conjuguées en profitant de la fréquentation croissante du Futuroscope tout proche et d’un nouveau zoo :

“Au cours des 20 dernières années, nous avons développé le thème pour ouvrir une saison plus longue, car le maïs n’est vraiment viable que pour juillet et août. Nous étions inquiets de l’impact de Covid sur notre entreprise, mais en fait nous avons eu le même nombre de visiteurs en 2020 comme les autres années.

Histoires liées

La prochaine génération de randonneurs français se tourne vers les petites aventures outdoor

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer