Top News

Les groupes de protection de la vie privée de l’Union européenne ont à l’esprit l’entreprise de reconnaissance faciale

Publié en: la moyenne:

Paris (AFP)

Jeudi, des organisations de protection de la vie privée se sont plaintes auprès des régulateurs de cinq pays européens des pratiques de Clearview AI, une entreprise qui a construit une solide base de données de reconnaissance faciale en utilisant des images «prises» sur le Web.

Ioannis Kovakas, juriste chez Privacy International, a déclaré que l’utilisation par Clearview d’images – y compris celles présentes sur les comptes de médias sociaux – pour fournir des services de biométrie aux entreprises privées et aux forces de l’ordre “va bien au-delà de ce à quoi nous pouvons nous attendre en tant qu’internautes.” Permis.

Alors que Clearview vante sa capacité à aider les forces de l’ordre, ses détracteurs affirment que la reconnaissance faciale est ouverte aux abus et pourrait à terme éliminer l’anonymat dans les lieux publics – citant des cas comme le système de surveillance publique massif de la Chine.

La technologie de reconnaissance faciale a également été attaquée pour son incapacité à faire la distinction entre les visages non blancs et féminins, ainsi que sa capacité à reconnaître les images masculines blanches – conduisant potentiellement à de faux positifs.

Avec trois autres organisations de droits numériques, PI a déposé des plaintes auprès des régulateurs de données en France, en Autriche, en Italie, en Grèce et en Grande-Bretagne.

«Nous attendons d’eux qu’ils se remettent au défi de juger que les pratiques de Clearview n’ont pas leur place en Europe, ce qui aura des répercussions significatives sur les opérations de l’entreprise à l’échelle mondiale», a déclaré PI.

READ  Journal : la France interdit le piégeage des oiseaux avec de la gomme

En février, le commissaire canadien à la protection de la vie privée a conclu que l’activité de l’entreprise «était une surveillance de masse et était illégale» en vertu des lois sur la protection de la vie privée du pays.

Les organismes de surveillance britanniques et australiens de la protection de la vie privée ont lancé leur propre enquête conjointe l’année dernière.

“Ce n’est pas parce que quelque chose est en ligne que c’est un jeu équitable d’être repris par d’autres de la manière qu’ils veulent – ni éthique ni légale”, a déclaré Alan Dahi, un avocat de protection des données au sein du groupe autrichien de protection de la vie privée Noyb.

Clearview est apparu publiquement dans un rapport du New York Times de janvier 2020 détaillant comment il travaillait réellement avec les autorités chargées de l’application de la loi, y compris le Federal Bureau of Investigation des États-Unis et le Department of Homeland Security.

Sur son site Web, il possède «la plus grande base de données connue de plus de 3 milliards d’images de visage tirées uniquement de sources Web publiques, y compris les médias d’information, les sites de photos, les médias sociaux publics et de nombreuses autres sources ouvertes».

Le fondateur Hoan Ton-That a admis au NYT à l’époque que Clearview violait les conditions d’utilisation de Facebook et d’autres médias sociaux en collectant les photos des utilisateurs.

Facebook, Twitter, YouTube (Google) et LinkedIn (Microsoft) ont tous protesté contre les pratiques de Clearview.

Et l’année dernière, des entreprises technologiques, notamment Microsoft et Amazon, ont interrompu les ventes de logiciels de reconnaissance faciale aux forces de police face au mouvement Black Lives Matter 2020.

READ  Le chien Curtis avait été acquis illégalement et "peu entraîné"

Amazon a prolongé la semaine dernière le moratoire initial d’un an “jusqu’à nouvel ordre”.

Mais «les outils de reconnaissance faciale sont largement disponibles», même en dehors des grandes entreprises technologiques, selon le journaliste Nicholas Kayser-Brill, qui s’est conformé à un rapport sur la technologie de plaidoyer d’AlgorithmWatch l’année dernière qui a trouvé au moins 10 forces de police européennes les utiliser.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer