Top News

Le Pakistan lève l’interdiction d’un parti radical derrière un rassemblement anti-français

ISLAMABAD – Le Pakistan a annoncé lundi avoir levé l’interdiction d’un parti islamique radical derrière une violente manifestation anti-française le mois dernier qui a conduit à des affrontements avec la police, tuant six officiers et quatre manifestants.

Cette évolution fait suite à un accord conclu la semaine dernière entre le gouvernement du Premier ministre Imran Khan et le mouvement pakistanais Labbaik selon lequel le parti arrêtera sa marche vers Islamabad. La marche a appelé à exiger la fermeture de l’ambassade de France dans la capitale pakistanaise.

Le ministère de l’Intérieur a levé l’interdiction dimanche soir.

Le TLP a été interdit il y a un an au milieu de violents rassemblements contre la publication de caricatures du Prophète de l’Islam en France. Le parti a commencé à exiger l’expulsion de l’envoyé français en octobre 2020, lorsque le président français Emmanuel Macron a tenté de défendre les caricatures du prophète Mahomet en tant que liberté d’expression.

Les commentaires de Macron sont intervenus après qu’un jeune musulman a décapité un professeur de français qui avait montré des caricatures du Prophète en classe. Le magazine satirique Charlie Hebdo a republié les photos pour marquer le début du procès sur l’attaque meurtrière de 2015 contre la publication sur le dessin original.

Cela a rendu furieux de nombreux musulmans qui pensaient que ces images étaient blasphématoires.

La décision du Pakistan de lever l’interdiction du TLP a suscité des critiques sur les réseaux sociaux. Le gouvernement a déclaré que l’interdiction avait été levée dans le « plus grand intérêt national » au milieu des assurances que le parti ne se livrerait pas à des activités violentes à l’avenir.

READ  Histoire de La Course by Le Tour de France, le cap a changé en raison des élections régionales en Côte d'Ivoire

La marche de protestation à Islamabad, qui a débuté le 22 octobre, visait également à demander la libération du chef du parti, Saad Razavi, arrêté il y a un an, ainsi que des milliers d’islamistes arrêtés lors d’une répression contre les islamistes. Une marche de Lahore à Islamabad.

Les partisans du TLP n’ont pas encore officiellement annoncé la fin de leur marche et des dizaines de manifestants sont toujours assis le long de l’autoroute dans la ville de Wazirabad. Les autorités disent que la semaine dernière, elles ont libéré plus de 1 000 partisans du TLP détenus et qu’un processus de libération de Razavi est en cours.

Le parti de Razavi a pris de l’importance lors des élections pakistanaises de 2018, en faisant campagne sur une question pour défendre la loi du pays sur le blasphème, qui appelle à la peine de mort pour quiconque insulte l’islam.

L’armée pakistanaise doit informer les législateurs plus tard lundi sur la situation sécuritaire actuelle dans le pays.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer