Economy

Les enfants sont passés d’un actif productif précieux à un bien de consommation coûteux

Les gens vivent plus longtemps que jamais. Ceci, comme je l’ai récemment souligné, crée à la fois des opportunités et des défis. Mais retarder la mort n’est qu’un aspect de l’histoire démographique. L’autre raison est le faible taux de natalité. La combinaison des deux crée d’énormes changements dans le monde dans lequel nous vivons, écrit Investor, dans un article traduit par Martin Wolf, commentateur économique en chef du Financial Times.

Le terme « transition démographique » remonte à près d’un siècle. Les sociétés humaines avaient autrefois des populations à peu près stables avec des taux de mortalité élevés ainsi que des taux de natalité élevés. En Angleterre et au Pays de Galles, aux XVIIIe et XIXe siècles, les taux de mortalité ont fortement chuté. Mais le taux de natalité ne l’est pas. Le résultat fut une explosion démographique, jusqu’à ce que les taux de natalité finissent par s’effondrer également.

À mesure que les bénéfices de la croissance économique et les progrès de la médecine et de la santé publique se répandent, la plupart des pays du monde ont été témoins de ce modèle de transformation, mais à un rythme bien plus rapide. En conséquence, la population humaine a quadruplé au cours des 100 dernières années, passant de 2 à 8 milliards de personnes. Au fil du temps, le taux de natalité a suivi l’évolution du taux de mortalité. Le résultat a été une forte baisse du taux de fécondité (nombre de naissances par femme) dans la plupart des régions du monde. Selon une étude récemment publiée dans The Lancet, « la fécondité est en baisse à l’échelle mondiale, les taux de fécondité dans plus de la moitié des pays et territoires tombant en dessous du niveau de remplacement en 2021 ».

Pour l’ensemble du monde, le taux de fécondité en 2021 était de 2,3 (légèrement supérieur au taux de remplacement), en baisse par rapport au taux de 4,7 de 1960. Pour les pays à revenu élevé, le taux de fécondité n’était que de 1,6, contre 3 en 1960. Dans l’ensemble, les pays sont encore en difficulté. Les pays pauvres ont des taux de fécondité plus élevés que les pays plus riches, mais même là, ils sont en baisse.

Qu’est-ce qui explique cet effondrement de la natalité ? Une partie importante de la réponse réside dans l’évolution positive selon laquelle plus d’enfants survivent que prévu (ou souhaité). Par conséquent, les gens ont commencé à pratiquer diverses formes de contrôle des naissances, contrairement à ce que prédisait Thomas Malthus. Mais le désir d’avoir beaucoup d’enfants a également fortement diminué. Étonnamment, cela s’est également produit dans le contexte d’idéologies réactionnaires. Chez les mollahs iraniens, par exemple, le taux de natalité est passé de 6,6 en 1980 à 1,7 en 2021.

READ  MISES À JOUR DES NOUVELLES EN DIRECT DU 4 JANVIER: McCarthy perd le vote du sixième orateur, Sunak présente sa "vision du changement"

L’une des principales raisons de ce changement est que les enfants, pour leurs parents, sont passés du statut d’actif productif précieux à celui de bien de consommation coûteux. Comme le disait feu Gary Becker, les gens en sont venus à vouloir seulement quelques enfants instruits, et non plus beaucoup. Cela s’explique en partie par le fait que c’était le genre de travailleurs que l’économie récompensait. Mais l’éducation prolongée rend les enfants coûteux en termes de temps et d’argent. En outre, la participation des femmes à l'économie a considérablement augmenté au XXe siècle, notamment dans les professions hautement qualifiées. Cela a augmenté le « coût d’opportunité » d’avoir des enfants, en particulier pour les mères – celles qui sont les plus attachées à la parentalité. Donc ils ont des enfants plus tard ou pas du tout.

Dans The Economics of Fertility: A New Era, une excellente étude publiée par le National Bureau of Economic Research (NBER) des États-Unis en 2022, les auteurs constatent que là où les services de garde publics sont plus généreux, les femmes sont encouragées à combiner carrières lorsqu'elles accouchent. L’absence d’une telle assistance explique en partie les taux de natalité très faibles dans une grande partie de l’Asie de l’Est et de l’Europe du Sud, où le soutien aux parents est limité. Mais ce n’est plus aussi évident : les taux de fécondité sont récemment tombés en dessous du seuil de remplacement, même dans les États-providence nordiques.

Cette évolution mondiale vers des taux de natalité très faibles, sauf (pour l’instant) en Afrique subsaharienne, constitue l’une des évolutions les plus importantes de notre monde. L’une des conséquences est que la population de l’Afrique devrait être plus nombreuse que celle de tous les pays à revenu élevé d’aujourd’hui, plus la Chine d’ici 2060. Une autre conséquence est que les pyramides des âges familières, avec des chiffres plus élevés chez les plus jeunes, sont en train de se déplacer. En Corée du Sud, par exemple, les hommes âgés de 50 à 54 ans représentent 4,3 % de la population, tandis que les garçons de moins de 4 ans n'en représentent que 1,5 %. Des coups d’État similaires se produisent ailleurs, notamment en Chine et même en Inde, quoique plus lentement.

Un taux de natalité très faible créera certainement d’énormes défis. La première est de savoir comment maintenir les systèmes de retraite et de soins de santé alors que la population en âge de travailler diminue fortement. Une des réponses serait en fait une vie professionnelle beaucoup plus longue. Un autre problème pourrait être l'immigration. Mais la migration nécessaire pour parvenir à une stabilisation démographique dans des sociétés à faible taux de natalité, sans parler de celles caractérisées par des taux de natalité très faibles, serait énorme et, en tant que telle, serait presque certainement politiquement, voire pratiquement impossible. Au-delà de ces questions se pose la question de savoir si la pénurie de jeunes privera l’économie de la prise de risques dont dépend le progrès. Dans le même temps, un déclin démographique à long terme contribuerait à rétablir l’équilibre entre les besoins de l’humanité (d’une part) et la capacité de la planète à subvenir à ses propres besoins et à la santé des autres espèces avec lesquelles nous la partageons (d’autre part).

READ  French Creek Marina envisage de construire un nouveau magasin et des chalets | un travail

Et enfin, quelles sont les politiques pertinentes ? La capacité des sociétés à augmenter les taux de natalité est limitée, d’autant plus qu’elles devront influencer le comportement des jeunes instruits et qui réussissent, ce qui est très difficile. Mais les sociétés ne peuvent se soucier des enfants que si elles se soucient de leur avenir. Aider les gens à avoir les enfants qu’ils souhaitent d’une manière qui correspond à leurs propres projets devrait être au centre de la politique. Dans le monde d'aujourd'hui, il est essentiel d'aider les parents, en particulier les femmes, à concilier carrière et enfants. Il semble clair que beaucoup ne sacrifieront pas l’indépendance que leur confère une carrière pour s’occuper de leurs enfants, peu importe la joie que cela leur apporte. Plus largement, de nombreuses politiques doivent être revues : dans une société où la population vieillit, par exemple, il y aura plus de ménages et donc plus de logements seront nécessaires.

Ces changements démographiques sont profonds. Que cela nous plaise ou non, ils changent le monde et nous devons réagir en conséquence, conclut Woolf.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer