Economy

L’effondrement des relations franco-allemandes est de bon augure pour l’Union européenne

L’auteur est le directeur général pour l’Europe du groupe Eurasia

Le « moteur » franco-allemand qui était au cœur de l’Union européenne depuis six décennies s’est effondré. Le plus grand coupable est le nouveau gouvernement de Berlin. Le chancelier Olaf Scholz se préoccupe surtout de l’unité de sa coalition et de l’économie allemande. S’il levait la tête pour contempler le monde extérieur à l’Allemagne, c’était généralement son regard de l’autre côté de l’Atlantique, et non vers Paris ou Bruxelles.

Pour preuve, ne cherchez pas plus loin que le discours de Schulze sur l’Europe à Prague en août dernier. La chancelière n’a fait référence qu’en passant à la France. Le discours du président français Emmanuel Macron sur l’Europe à la Sorbonne en 2017 a mentionné l’Allemagne à six reprises.

Le plus gros problème de Schulz est que le plus petit parti de sa coalition, Démocrates libéraux, se bat pour sa survie, après avoir été évincé de trois parlements d’État depuis les élections fédérales de septembre 2021. Ils risquent également la défaite aux élections en Bavière et en Hesse cet automne. Ils sont revenus aux premiers principes – des positions intransigeantes sur l’Europe, la politique budgétaire et le changement climatique – pour tenter de rétablir le soutien.

Sans les libéraux, le gouvernement Schulz tomberait. Il ne pourra pas non plus former une nouvelle majorité, compte tenu du jeu de forces actuel au Bundestag. Cela explique le caractère défensif de l’agenda européen de Scholz et pourquoi il a retiré le soutien de son gouvernement à une interdiction européenne des moteurs à combustion à partir de 2035, bien que cela soit considéré comme un fait accompli à Bruxelles.

READ  La querelle grandissante entre Rome et Paris - Politico

Macron n’est pas sans reproche. Il a tendance à s’écarter du scénario, comme en témoignent ses récents propos très critiqués à Taïwan. Et cela peut être hypocrite. Il s’est plaint que l’Allemagne subventionne les prix de l’énergie après que la France a dépensé 100 milliards d’euros pour ses subventions.

Le duo franco-allemand a connu des effondrements temporaires dans le passé. Le chancelier Gerhard Schröder et le président Jacques Chirac se sont rarement parlé pendant plusieurs mois après Désaccord sur la politique agricole dans l’Union européenne En 1999. La chancelière Angela Merkel et les présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande ont pris un mauvais départ pour ce qui est finalement devenu des mariages fructueux, aux conditions de Merkel, en 2007-2012 et 2012-2017.

Mais la froideur actuelle dans les relations reflète quelque chose de plus fondamental. La nouvelle structure de pouvoir de l’Allemagne semble indifférente ou peu disposée à penser en termes européens. Sans eux, Macron a peu d’espoir de concrétiser sa vision de Europe « souveraine »Diplomatiquement indépendant des États-Unis sans dépendance vis-à-vis de la Chine.

L’effondrement sape déjà l’agenda de l’UE dans des domaines tels que le climat. Cela jette un doute sur la réforme du cadre budgétaire de l’UE, le Pacte de stabilité et de croissance, créant moins de prévisibilité pour les investisseurs quant à la viabilité budgétaire dans les économies européennes fortement déficitaires et fortement endettées. Cela rend également moins probable une réponse crédible à la loi inflationniste américaine, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ayant supprimé les barils du budget de l’UE pour financer une réponse européenne collective.

READ  Avez-vous entendu parler de Renault Talisman Shooting Break RS ᐉ Actualités de Fakti.bg - Auto

Cependant, cela soulève des questions plus fondamentales sur les priorités stratégiques de l’UE, en particulier avec une nouvelle commission prenant le relais après les élections au Parlement européen de l’année prochaine. Les questions épineuses concerneront l’élargissement de l’Union européenne à l’Ukraine, à la Moldavie et aux Balkans occidentaux, et les implications budgétaires et de gouvernance qui en découleront. Une modification radicale du traité semble inévitable. Mais avancer sur ces questions – ainsi que décider qui à Bruxelles serait le mieux placé pour les faire avancer – serait difficile, voire impossible, sans un alignement entre Paris et Berlin.

La plupart des grandes réalisations de l’Union européenne au cours des six dernières décennies ont été formulées conjointement par l’Allemagne et la France ou façonnées par les colonies franco-allemandes. le Traité de Rome de 1957 Il a eu de nombreux pères fondateurs mais cela ne serait pas arrivé sans l’accord entre Konrad Adenauer et Charles de Gaulle.

L’Acte unique européen de 1992 était en partie l’œuvre d’un couple improbable, Jacques Delors et Margaret Thatcher, mais il aurait échoué sans Helmut Kohl et François Mitterrand, dont l’amitié s’est illustrée par un pique-nique main dans la main à Verdun en 1984. a été créé par Kohl et Mitterrand comme contrepoids pour unir l’Allemagne.

La France et l’Allemagne ne peuvent pas – et ne doivent pas – dominer l’UE-27 comme les six d’origine l’ont fait, et au grand dam de la Grande-Bretagne, les Neuf, Dix et Douze européens doivent désormais être une entreprise plus collective.

Mais Berlin et Paris feraient bien de reconnaître un fait fondamental. Leur relation est plus que celle de la France et de l’Allemagne. Il sert un objectif supérieur. C’est un banc d’essai – formulation, laboratoire – de ce qui est possible au niveau de l’UE. Rien de fondamental ne peut arriver en Europe si ses deux plus grandes économies ne sont pas d’accord.

READ  Baltimore Spirits New Ray vieilli en fûts de vin français - CBS Baltimore

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer