Economy

Le tribunal diffère dans l’ordonnance de gel contre les parties accusées d’avoir fraudé le représentant français

La Cour suprême a amendé une ordonnance de gel rendue contre plusieurs parties accusées d’avoir fraudé le célèbre acteur, écrivain et réalisateur français Danny Bon avec des millions d’euros.

Plus tôt ce mois-ci, les avocats représentant Daniel ou Danny Boone ont obtenu une ordonnance de gel temporaire de la Cour suprême interdisant Thierry Vialik Perls, alias Terry Perls, alias Thierry Waterford-Mandeville, et plusieurs personnes morales qu’il contrôlerait ou dont il serait le bénéficiaire effectif ultime. . Actifs d’une valeur inférieure à 6 millions d’euros.

Les sociétés défenderesses dans le procès sont South Sea Merchant’s Mariners Ltd Partnership (SSMM), Hibernian Petroleum Limited Partnership, United Irish Estates Limited et Hibernian Yachts Company Limited, toutes des entités enregistrées en Irlande, et United Far East Oriental Holdings enregistrée à Samoa (Samoa) . ) Ltd.

M. Boone affirme avoir versé 6,7 millions d’euros l’an dernier à des entités liées à M. Perls, qui se serait présenté comme un « seigneur irlandais d’une vieille famille » et un avocat maritime expert.

M. Boone affirme qu’en juillet 2021, sur les conseils de Perls, il a investi 4,5 millions d’euros de son argent via SSMM dans un stratagème avec la Banque centrale d’Irlande, dont M. Perls lui aurait dit qu’il payait 3,25% d’intérêts annuels qui étaient fiscaux. -libre.

M. Boone a déclaré qu’il avait découvert plus tard qu’il n’existait pas de tel stratagème et que, malgré plusieurs demandes, l’argent ne lui avait pas été restitué.

Il affirme également avoir payé 2,2 millions d’euros supplémentaires, via SSMM, pour couvrir les frais d’exploitation du yacht.

Les avocats de Boone admettent qu’on ne sait pas encore combien de cette somme aurait été saisie.

Commande Geler

Lorsque l’affaire a été renvoyée devant la Cour suprême jeudi, le juge Brian O’Mor a déclaré qu’il était disposé à modifier l’ordonnance de gel afin que les avocats, qui souhaitent enregistrer et représenter M. Perls et toutes les sociétés défenderesses à l’exception de SSMM, puissent payer.

READ  payé le 16 décembre, quels montants?

Cette entité n’était pas représentée au tribunal et le juge était convaincu d’avoir été informé des documents de l’affaire.

Le juge, suite à une demande de Rossa Fanning SC à M. Boon, a déclaré qu’il était disposé à modifier l’ordonnance pour permettre aux avocats disposés à représenter M. Birles et à payer 50 000 € plus TVA à quatre des sociétés défenderesses.

Le juge a convenu avec M. Fanning qu’une condition pour les différences devrait être que les avocats de M. Boone reçoivent des détails sur la source de ces fonds.

Le tribunal a également appris que dans une interview aux médias récemment publiée, M. Perls a nié les allégations portées contre lui et a déclaré qu’il « contesterait les accusations sans fondement portées contre lui ».

Notant que les longues vacances légales débuteront fin juillet, le juge a indiqué que compte tenu de la gravité des faits reprochés, la demande de maintien en vigueur de l’ordonnance de gel jusqu’au règlement définitif du litige devrait être entendue, dans les meilleurs délais. possible.

Le juge a fixé l’audience sur cette demande à la semaine prochaine.

« Quelque part dans les Caraïbes »

Bien qu’il ait été admis que l’avocat des accusés n’était pas très long, le juge a déclaré qu’en raison du contenu du rapport des médias, M. Perls, qui avait été entendu par le tribunal quelque part dans les Caraïbes, était au courant des allégations portées contre lui. .

Le juge a déclaré qu’il poursuivait les ordonnances de gel émises la semaine dernière contre Perls et les quatre accusés qui avaient demandé à être représentés par un avocat.

READ  Dîner de charité pour la Chambre de commerce française de Macao 2021 le 28 mai

En ce qui concerne SSMM, le juge s’est dit satisfait d’émettre une ordonnance pour maintenir l’injonction contre cette société en vigueur même après l’audition complète de la réclamation de M. Boon contre elle.

Le juge O’Mor avait auparavant accordé à M. Boone une injonction de gel ou de mariva empêchant les défendeurs de réduire, transférer ou dissiper l’un de leurs actifs de moins de 6 millions d’euros.

L’ordonnance de gel empêche M. Perls de transporter une goélette qu’il aurait possédée appelée « Erin » depuis son emplacement actuel à Crosshaven, Co Cork.

L’ordonnance empêche également les accusés de gaspiller ou de transférer l’argent présumé sur divers comptes bancaires.

L’ordonnance empêche également les défendeurs de disposer ou de transférer des biens situés dans Strand Street, Youghal, Ko Cork, qui seraient la propriété effective de M. Perls et qui, selon M. Boone, ont été acquis avec son argent.

Boone a également obtenu diverses ordonnances de divulgation demandant aux accusés de lui fournir divers documents, dans le but de déterminer où était allé son argent.

« Fraude détaillée »

Fanning avait précédemment déclaré que son client avait été victime d’une prétendue « escroquerie élaborée » perpétrée par Perls, qui avait dit à Boone de « mentir après mensonge » sur une variété de sujets.

L’avocat a ajouté que Perls avait commis la fraude en utilisant un réseau de sociétés qu’il semblait avoir mis en place en Irlande et dans d’autres juridictions, quelqu’un « utilisant plusieurs pseudonymes différents ».

M. Boone, basé en Belgique, a fait ces allégations grâce aux conclusions d’un cabinet privé d’enquêteurs qu’il avait engagé en raison de ses inquiétudes au sujet de M. Perls.

L’avocat a déclaré que son enquête avait été lancée après une dénonciation anonyme d’une personne qui prétendait avoir été victime d’une fraude qui aurait été commise par M. Perls.

READ  L'ancien chef de la sécurité nommé prochain dirigeant de Hong Kong

L’avocat a déclaré qu’après la recommandation d’un collègue commun l’année dernière, M. Boone, un marin enthousiaste, a engagé M. Perls pour aider à fournir des services pour le yacht représentatif « Omarin ».

M. Perls lui aurait conseillé d’utiliser le SSMM enregistré à Dublin.

M. Perls aurait dit à M. Boon qu’il était un partenaire de SSMM que sa famille a fondé il y a plus de 100 ans, pour fournir des services maritimes privés au yacht de M. Boon.

Fanning, avec Allison Kerr Bell sur les instructions de l’avocat de McCann, Fitzgeralds, a déclaré que M. Boone avait fourni plus de 2,2 millions d’euros via SSMM pour couvrir les frais d’exploitation du yacht.

Il prétend avoir été informé plus tard par M. Perls que SSMM avait été repris par une famille italienne du nom de Rossi et qu’il travaillait pour l’entreprise en tant que consultant.

Actualité vidéo

En direct: La Banque centrale européenne relève les taux d’intérêt et teste Biden…

Lorsque M. Boone a cherché à récupérer son argent auprès de SSMM, un membre présumé de la Russie l’a informé que l’argent avait été transféré sur des comptes en Corée du Sud et que le Panama lui serait restitué en temps voulu.

Malgré ses demandes, SSMM, dont M. Perls a dit plus tard qu’il avait licencié ses services, n’a pas rendu son argent.

Il affirme que l’enquête a révélé que le SSMM était une fraude, que la famille Rossi qui aurait acquis le SSMM n’existait pas et que tous les messages de leur part provenaient en fait de M. Perls.

En outre, le prétendu plan d’investissement avec la Banque centrale d’Irlande n’était pas réel, a déclaré Fanning.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer