sport

Le tennis se joue avec le Covid-19, mais le virus ne s’arrête pas au tennis

A l’approche de la finale, l’édition de cette année de Wimbledon a déjà prouvé de nombreux points.

Rafael Nadal peut jouer au tennis de haut niveau avec un pied de zombie et un muscle abdominal déchiré, mais seulement aussi longtemps. Iga Swiatek est battable, du moins sur l’herbe. Alors que la moscovite Elena Rybakina, qui est représentée au Kazakhstan, atteint la finale du simple féminin, l’interdiction des joueuses russes ne laisse pas nécessairement la compétition libre de joueuses russes.

Mais peut-être le plus surprenant, après 27 mois de tournois annulés, d’événements sans spectateurs, de tests constants et d’environnements de type bulle, le tennis a peut-être finalement dépassé Covid-19.

Depuis près de deux ans, plus longtemps que tout autre sport majeur, le tennis a du mal à vivre avec la pandémie.

En novembre, lorsque la NFL, la Ligue, la Premier League et la plupart des autres organisations sportives ont repris vie un peu comme 2019 – pas de masques, pas de tests, pas de bulles – les joueurs de tennis vivaient toujours avec des restrictions sur leurs mouvements, faisant des conférences de presse vidéo en ligne et les cotons-tiges collent leur nez dans les tournois.

Un mois plus tard, Novak Djokovic, alors numéro 1 du simple masculin, a contracté un deuxième cas de COVID-19 à temps pour s’assurer, selon lui, une entrée spéciale en Australie pour disputer l’Open d’Australie, même s’il n’avait pas été vacciné contre le COVID. – 19 L’état était encore largement réservé aux personnes vaccinées. Les responsables australiens ont fini par l’expulser parce qu’ils ont dit qu’il pourrait encourager les autres à ne pas se faire vacciner, un drame qui a dominé la préparation et les premiers jours du tournoi.

Lire | Djokovic et Kyrgios ont fixé une date pour le dîner après Wimbledon avec le gagnant du paiement

READ  Novak Djokovic établit un record en 16e de finale à Paris

L’épisode a cristallisé comment le tennis, avec son calendrier international dynamique, était soumis à la volonté et aux caprices des gouvernements locaux, avec des règles et des restrictions changeant parfois chaque semaine. Les voyages fréquents et les vestiaires partagés ont fait des joueurs quelque chose comme des canards assis, toujours à un frottis nasal du confinement dans une chambre d’hôtel de 10 jours, et parfois loin de chez eux, aussi prudents soient-ils.

Contrairement à d’autres sports qui ont devancé les directives sanitaires et médicales pour garder leurs coffres pleins, le tennis a dû refléter où en était la société dans son ensemble à chaque étape de la pandémie. Les principaux organisateurs ont tout annulé ou reporté pour le printemps et le début de l’été 2020, bien que Djokovic ait organisé un tournoi showtime qui a fini par être un événement très populaire.

L’US Open 2020 s’est déroulé comme prévu à la fin de l’été sans public. Être au rauque Billie Jean King National Tennis Center pendant ces semaines à New York était quelque chose comme être sur la lune.

L’Open de France a été reporté à l’automne froid de Paris avec seulement quelques centaines de fans autorisés. L’Australie a largement soumis les joueurs à une quarantaine de 14 jours avant de pouvoir participer à l’Open d’Australie 2021.

Les vaccinations se propageant plus tard dans l’année, les fans sont revenus, mais les joueurs devaient généralement vivre dans des bulles, incapables de se déplacer dans les villes qu’ils habitaient jusqu’aux événements estivaux aux États-Unis. Mais à mesure que la variable delta s’est propagée, les bulles sont revenues. Puis est venue l’impasse entre l’Australie et Djokovic sur les vaccins, tout comme les querelles sur les États ont éclaté ailleurs.

Malgré cela, ces derniers mois, alors que les attitudes du public envers la pandémie ont changé, les mandats pour les masques ont été levés et les restrictions de voyage assouplies, même le tennis a apparemment bougé, même si le virus n’a pas fait de même.

READ  De France: Manchester City a donné l'occasion de signer le Paris Saint-Germain "en option sur le banc"

Il n’y avait pas de test obligatoire pour Wimbledon ou Roland-Garros. Les gens ne savent pas quoi faire s’ils ont un rhume ou un mal de gorge, et les joueurs de tennis ne sont pas différents. Plusieurs joueurs ont déclaré qu’ils ne savaient pas exactement quelles règles suivre pour ceux qui commençaient à se sentir mal à l’aise. Alors que deux joueurs très connus, Matteo Berrettini et Marin Cilic, se sont retirés de Wimbledon après avoir été testés positifs, sans avoir besoin d’un test, eux et tout autre joueur auraient pu choisir de ne pas passer le test et de jouer à travers les symptômes qu’ils éprouvaient. .

« Beaucoup de règles », a déclaré Nadal. « Pour certaines personnes, certaines règles sont bonnes ; pour d’autres, les règles ne sont pas bonnes. S’il y a des règles, nous devons suivre les règles. Sinon, le monde est un gâchis. »

Après près de deux ans de vie de bulles, cependant, les plaintes tenaces concernant l’approche « ne pas demander et ne pas dire » et les mandats de sécurité ont été pratiquement inexistantes.

Agla Tomljanovic d’Australie, dont le pays a certaines des politiques les plus strictes concernant la pandémie, a déclaré qu’elle restait prudente, en particulier lors d’événements majeurs, mais avait atteint le point où elle devait trouver un équilibre entre sécurité et santé mentale.

« J’essaie juste de prendre soin de moi autant que possible car je ne m’isole toujours pas complètement, là où ce n’est pas amusant de vivre », a déclaré Tomljanovic, qui a perdu contre Rybakina en quart de finale.

La star espagnole Paula Padusa a déclaré qu’elle avait cessé de s’inquiéter du virus.

« J’ai eu toutes sortes de COVID possibles », a déclaré Padusa, qui a été testée positive pour la première fois en Australie en janvier 2021 et l’a eu deux fois de plus. « J’ai aussi été vacciné. Donc, dans mon cas, si je le reçois, elle aura beaucoup de malchance. »

READ  Le défenseur de Chelsea Malang Sar se retire de l'équipe de France olympique

Les responsables des tournées masculines et féminines ont déclaré que, quels que soient les niveaux d’infection, leurs organisations n’avaient pas l’intention de reprendre les tests réguliers ou de restreindre les mouvements des joueurs. Ils ont dit qu’ils suivraient l’exemple des élus locaux.

Avec la disparition des exigences de test, de quarantaine et d’isolement, ou simplement leur existence en tant que recommandations, le tennis semble être enfin entré dans une phase d’indifférence pandémique, comme une grande partie de la société, Omicron et ses sous-variantes sont damnés.

Il y a, bien sûr, une exception majeure à tout cela, et c’est Djokovic, dont le refus de vacciner – unique parmi les 100 meilleurs joueurs du circuit masculin – semble l’empêcher de jouer à l’US Open.

Les règles américaines exigent que tous les étrangers entrant dans le pays soient vaccinés contre le COVID-19. Djokovic a déclaré qu’il pensait que les individus devraient être autorisés à choisir de le faire sans pression des gouvernements.

De plus, étant donné son expulsion d’Australie, Djokovic aura besoin d’une exemption spéciale pour retourner dans le pays pour participer à l’Open d’Australie en janvier. Il y a remporté neuf fois le titre du simple messieurs.

À moins que les règles ne changent, il ne pourra pas participer à un autre tournoi du Grand Chelem avant l’Open de France de mai prochain, ce dont il a dit qu’il était bien conscient, mais cela ne changerait pas sa réflexion quant à savoir s’il se ferait vacciner.

Autrement dit, le Covid-19 n’a pas vraiment fini de jouer au tennis.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer