sport

Coupe du monde : une entreprise française accusée de travail forcé au Qatar | sport national

Paris (AFP) – Une filiale de l’entreprise française de construction Vinci a été mise en examen mercredi pour travail forcé et autres violations présumées des droits des travailleurs migrants chargés de construire des infrastructures au Qatar dans tout le pays. Coupe du Monde.

La société nie les accusations et fait appel, accusant les juges d’avoir accéléré la décision avant l’ouverture du tournoi le 20 novembre.

Mais le groupe de défense des droits à l’origine de la plainte légale initiale contre Vinci il y a sept ans a salué la décision de mercredi comme une avancée majeure, après de longs efforts pour tenir l’entreprise responsable des abus présumés.

avant la coupe du monde, Le Qatar est passé au crible Législation du travail et traitement de centaines de milliers de travailleurs migrants, principalement originaires d’Inde, du Bangladesh, du Pakistan, du Sri Lanka, du Népal et d’autres pays d’Asie du Sud.

La filiale de Vinci, Vinci Construction Grands Projets, a été accusée de maintenir plusieurs personnes en esclavage par le travail forcé ; soumettre les travailleurs à des conditions et à un logement incompatibles avec la dignité humaine; et obtenir des services de personnes vulnérables ou en état de dépendance, selon un responsable judiciaire et le groupe de défense français Sherpa.

Sherpas a déposé la plainte initiale en 2015, avec plusieurs anciens travailleurs.

Les sherpas ont déclaré avoir recueilli des témoignages sur les conditions de travail sur certains chantiers de construction exploités par la filiale Vinci, qui incluaient le travail à des températures supérieures à 45 degrés Celsius (113 Fahrenheit) avec une eau insuffisante, des passeports retenus et aucun accès aux toilettes dans les logements.

READ  Les Catalans ont battu "l'énorme" St Helens après un mauvais moment pour la ligue française de rugby

Sandra Cossart, présidente de Sherpas, a déclaré à l’Associated Press que ces accusations sont « un signal fort pour ces acteurs économiques qui profitent de l’esclavage moderne ». « Nous espérons que cela fera bouger les choses. »

Vinci a déclaré plus tôt cette semaine que les juges d’instruction avaient convoqué ses représentants pour faire face à d’éventuelles accusations dans cette affaire.

En réponse aux accusations mercredi, l’avocat de la filiale de Vinci, Jean-Pierre Versini Campinci, a déclaré sur la radio France-Info que l’entreprise chercherait à faire annuler la décision.

Il a déploré ce qu’il a appelé « le délai insuffisant accordé aux avocats pour constituer des réponses utiles, et le choix hâtif de la date (à convoquer), à quelques jours seulement de l’ouverture de la Coupe du monde de football ».

Lundi, Vinci a déclaré qu’aucun des projets attribués à son unité qatarie QDVC n’avait quoi que ce soit à voir avec la Coupe du monde et qu’il s’était engagé à améliorer « les conditions de vie et de travail de tous les travailleurs sur les chantiers de construction, dans le monde entier ».

Le groupe de construction a travaillé sur certaines des infrastructures qui seront utilisées pendant la Coupe du monde, notamment le métro de Doha qui relie l’aéroport au centre-ville historique et le réseau de transport Lusail Light Rail.

Le responsable judiciaire a déclaré que les accusations initiales concernaient des actions menées dans le cadre de la Coupe du monde. Le fonctionnaire n’a pas été autorisé à révéler son nom lors de l’examen de l’enquête en cours.

Les accusations préliminaires en vertu de la loi française signifient qu’il y a lieu de soupçonner un crime, mais accordent aux juges plus de temps pour enquêter avant de décider de renvoyer l’affaire en justice.

READ  Un citoyen franco-irlandais détenu en Iran suspend sa grève de la faim : sa sœur

Couverture de la Coupe du monde AP : https://apnews.com/hub/world-cup Et le https://twitter.com/AP_Sports

Droits d’auteur 2022 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer