Economy

Le secteur français de l’énergie a de nouveau été touché par les grèves en cours

Les mesures industrielles qui ont perturbé les raffineries françaises, les terminaux de gaz naturel liquéfié (GNL), les alimentations électriques et la maintenance des réacteurs se sont prolongées dans leur 16e jour jeudi alors que les protestations se poursuivaient contre le plan de réforme obligatoire des retraites du gouvernement.

La mesure s’inscrit dans un mouvement national contre les modifications du système de retraite, notamment le relèvement de l’âge de deux ans de la retraite à 64 ans, dont le président Emmanuel Macron a dit qu’il tentait de passer à l’action pour engager d’autres réformes.

Fluxys (FLUX.BR) a déclaré dans un bulletin en ligne qu’un cas de force majeure avait été déclaré jeudi dans un terminal GNL à Dunkerque, dans le nord de la France, après que les opérations aient été interrompues par la grève.

La mesure devrait durer jusqu’à vendredi matin, indique le bulletin, limitant la capacité de livraison sur le site à 70 gigawattheures par jour (GWh/jour).

Une source syndicale a indiqué qu’une assemblée générale se tiendra avec les travailleurs vendredi midi pour décider de la reconduction ou non de la grève.

Côté raffinage, le gouvernement français a renouvelé le bon de commande des salariés du dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer exploité par les Dépôts de gaz de Fos (DPF), a indiqué un porte-parole du ministère de l’Energie.

Le porte-parole a ajouté qu’un bon de commande avait également été préparé pour le site de Gonfreville dans le nord de la France, la plus grande raffinerie de TotalEnergies dans le pays, mais la notification officielle n’avait pas été publiée à ce stade.

READ  Le Royaume-Uni et la France concluent une trêve sur le conflit des licences de pêche

Un porte-parole de Gonfreville a déclaré que Gonfreville avait fermé mardi en raison de la grève, laissant les réservoirs de stockage presque pleins.

« Je le dis avec force : si faire grève est un droit constitutionnel fondamental, alors bloquer (les infrastructures) ne l’est pas », a déclaré la ministre de l’Energie Agnès Pannier-Ronacher.

Les syndicats ont déclaré qu’ils poursuivraient leur protestation.

« Nous n’avons pas d’autre choix que de faire grève et de bloquer l’économie jusqu’à ce que (Macron) cède et retire son projet », a déclaré Fabrice Krequet, secrétaire général de la fédération FO-ADP.

Environ 37% des employés de Total Energy (TTEF.PA) ont pris part à la grève jeudi matin, a déclaré un porte-parole de l’entreprise, perturbant les opérations de plusieurs raffineries et dépôts.

Un responsable syndical CGT a déclaré que 11 réacteurs nucléaires ont cessé de fonctionner. Cela inclut le réacteur Penly 1, qui a découvert de nouvelles fissures de corrosion sous contrainte au début du mois. L’arrêt pour maintenance a duré 11 jours.

Le représentant de la Fédération a indiqué que la disponibilité de l’énergie française a diminué de 21 gigawatts dans les centrales nucléaires, thermiques et hydrauliques.

Reportage complémentaire de Forest Crelin, Lucien Lippert et Marc Lleras ; Montage par Mark Potter, Kirsten Donovan

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer